Rappel: la séance de yoga pour l'été de Florence Ponceau

A la saison d'été, on préfèrera pratiquer aux heures fraîches: le matin au réveil et/ou à la fin de l'après-midi, après les grosses chaleurs, pour ne pas puiser trop loin dans nos tissus - dhatus.
Dans la pratique, on accompagne la force d'élévation, udâna vayu, celle-là même qui anime la nature et nos esprits au moins jusqu'au solstice - udâna vâyu est, entre-autres, à l'origine de nos aspirations et de l'accession à plus grand, plus haut, plus lumineux (du point de vue spirituel) - par de grands étirements, une généreuse ouverture des poumons. Ceci sans pour autant perdre son ancrage ni s'épuiser dans des pratiques trop intenses. La pratique doit au contraire permettre de générer la fraîcheur, l'ouverture, l'expansion. Elle tend à rafraîchir les organes des sens pour échapper à la saturation, à l'aveuglement, afin de se laisser éblouir par la nature profonde de toute chose.

C'est ainsi que l'on accède le plus simplement du monde à l'expérience des différents centres d'énergie ou chakras, et que l'on se libère encore - kaivalya.
Pour sitali pranayama, voir cette vidéo. ete1_1_.jpg
ete2.jpg
ete3.jpg
ete4.jpg
ete5.jpg
Le temps de tenue des postures et le nombre de répétitions des séquences sont adaptable selon votre pratique et vos ressentis, ils ne sont volontairement pas toujours indiqués d'ailleurs. Certaines pratiques proposées sont exigeantes, voyez avec votre professeur ou référent.e en la matière quelle adaptation vous pouvez en faire, ou comment cheminer, pas à pas, comme un enfant apprenant à marcher, vers la posture proposée. Aussi, si vous avez un quelconque doute entre la compatibilité de votre état de santé et la pratique, n'hésitez pas à laisser un commentaire afin que nous puissions vous conseiller.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet