Le paradis c'est ici ! - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 20 décembre 2015

Ay que calor!

"Voie lactée ô soeur lumineuse
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts suivrons nous d'ahan
Ton cours vers d'autres nébuleuses

Regret des yeux de la putain
Et belle comme une panthère
Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins

Ses regards laissaient une traîne
D'étoiles dans les soirs tremblants
Dans ses yeux nageaient les sirènes
Et nos baisers mordus sanglants
Faisaient pleurer nos fées marraines

Mais en vérité je l'attends
Avec mon coeur avec mon âme
Et sur le pont des Reviens-t'en
Si jamais reviens cette femme
Je lui dirai Je suis content

Mon coeur et ma tête se vident
Tout le ciel s'écoule par eux
O mes tonneaux des Danaïdes
Comment faire pour être heureux
Comme un petit enfant candide.(...) Apollinaire, "Alcools"

Baies d'épine-vinetteLa Loire s'étale toujours mollement apparente entre les bancs de sable nombreux et inhabituels, les levers et parfois les couchers de soleil flamboient rose dans des cieux enfantins, les plantes du début du printemps font leur apparition (quelques fleurs de lilas pointent leur nez): il fait doux, très doux, trop doux pour la saison. Là où le calendrier lunaire prévoyait de la neige, il y a la fraîche douceur des matins et la langueur des après-midis. Les discours se font plus tendus, la conduite vraiment risquée pour les vélos face à des voitures impatientes, les conflits naissent puis s'apaisent faussement, les égos s'affirment à n'importe quel prix... Les déséquilibres de la saison produisent des déséquilibres d'humeur: inflammations de toute sorte, frilosité, raideurs psychologique et physique, insomnie, sécheresse ou tension de la zone ORL...
Heureusement, si on suit son instinct, et les plantes qui nous montrent le chemin, on peut danser avec ce faux printemps, y puiser l'espoir d'une chaleur après le coup de froid des événements de novembre, et sans doute cette chaleur nous permet-elle aussi de ré-ouvrir nos coeurs et les échanges que pépient les oiseaux joyeux.
Quelques aliments pas désagréables peuvent nous aider à ré-ouvrir ces échanges si on est un peu tendu et ne pas tout voir en noir et blanc, pour avoir enfin ensuite le courage et la fraîcheur nécessaires de descendre en nos tréfonds y affronter les cauchemars et les doutes qui ont pu y naître: les poires (par exemple les Tarte au citron bergamoteincomparables poires en biodynamie de Patrick Couté sur les marchés Beaujardin et Velpeau de Tours), les premières oranges amères, pour les écorces (recette ici) qui vident la vésicule biliaire de ses colères noires et favorisent le courage, le souffle du bas et le relâchement, la tarte au citron aux vertus pectorales qui permettent l'éclosion de la douceur, ainsi que la production de mucosités lors de phénomènes inflammatoires, le risotto d'orge dont je parle souvent, la panna cotta pour désaltérer les tissus en profondeur et "vider son sac" aussi, le vin allongé d'eau ou de fruits comme en été pour transpirer, un pesto de roquette à la pâte de noisette et au gingembre, une salade de radis noir yaourt et roquette, une poêlée de chou au carvi, une compote de carottes au lait à la cannelle, beaucoup de céréales onctueuses pour nourrir la paix et parce que c'est la saison, une cuillerée à soupe d'huile d'olive ou de noix le matin à jeûn et quelques gouttes d'huile de noisette ou d'amande dans le nez ("mets de l'huile"), le piquant des cressons et du raifort pour nous rendre moins piquants nous-même, mais aussi le repos quand le corps le demande, l'alternance de douches froides et chaudes ou un bain chaud avec transpiration suivi de friction et d'une douche froide, l'exposition à la lune bientôt pleine ou les aliments appropriés qui y ont été exposés (riz au lait, eau...), le tai chi en appui sur les cuisses sans forcer pour ne pas ajouter de tension, les étirements, la contemplation des horizons sur la Loire, de la lune et des étoiles, et le soin de nos pieds qui paraissent bien loin de nous en ce moment ... Grâce et harmonie pour transformer la chaleur en tendresse et clarté, même flamboyante s'il le faut.

Coucher de soleil sur la Loire Une fois encore, même si c'est Noël, comptons sur notre appétit et nos désirs plutôt que sur des traditions appropriées à un temps qu'il n'a pas fait depuis quelques années à Noël. Foie gras, dinde et marrons par 19°C, ça peut couper l'appétit pour longtemps... Soyons créatifs!

Recette de la tarte au citron
Ingrédients: deux jaunes d'oeufs, 3/4 de tasse de sucre blond, 1/2 tasse de jus de citron, le zeste râpé de 3 citrons, 1 citron entier, 1 tasse de beurre clarifié (c'est l'ingrédient qui change tout), pâte sablée.
Préparation: cuire la pâte sablée dans des moules à tartelettes ou dans un moule à tarte. Fouetter vigoureusement les jaunes et le sucre, puis ajouter le jus des citrons quand le mélange est clair. Placer au bain-marie ou dans une casserole épaisse, idéalement en cuivre-inox, sur feu doux et laisser épaissir en fouettant de temps en temps sans ébullition. Retirer alors du feu et laisser rafraîchir soit en posant dans un saladier rempli de glaçons, soit lentement à température ambiante. Une fois prise, fouetter la crème avec le beurre clarifié jusqu'à une texture complètement unie et soyeuse, puis garnir la pâte cuite à la spatule ou rafraîchir et garnir à la poche à douille. Mettre au frais la/les tarte/s. Dans une poêle, faire chauffer une cuillerée à soupe de ghee et y placer le citron restant découpé en tranches fines bien étalées sur la poêle. Laisser les tranches devenir translucides à feu doux puis saupoudrer de sucre et caraméliser légèrement à feu moyen. Ajouter les tranches en décoration sur la crème.
Les tranches de citron seules sont mon remède favori aux extinctions de voix dûes à trop de chaleur et de sécheresse.

Un phénix dans le ciel Recette du risotto d'orge
Ingrédients: orge perlée, poireaux, cardamome, poivre de setchuan, poivre, beurre clarifié, sel, parmesan ou autre fromage sec au goût neutre.
Préparation: faire cuire l'orge dans 3 fois son volume d'eau. Ajouter de l'eau, et du parmesan râpé en quantité désirée, puis saler au goût, et cuire à nouveau à petit feu pour obtenir un mélange crémeux. Pendant ce temps, émincer finement les poireaux. Faire chauffer du beurre clarifié, et y laisser revenir quelques secondes les épices fraîchement moulues, puis le poireau jusqu'à ce qu'il soit bien moelleux et fondu. Mélanger l'orge et les poireaux et remettre quelques minutes sur le feu puis servir.

Recette de la panna cota
Ingrédients: lait cru, crème liquide, agar-agar, vanille, amande amère.
Préparation: faire chauffer un peu de lait où l'on aura dilué l'agar-agar (une cuillerée à café bombée pour un litre de préparation) jusqu'à ébullition. Y ajouter la crème et chauffer à feu doux sans laisser monter à ébullition. Laisser rafraîchir en fouettant toutes les demi-heures, et ajouter les extraits d'amande amère et de vanille quand c'est tiède. Laisser prendre au réfrigérateur. Déguster avec une cuillerée d'amaretto, ou un coulis acidulé, par exemple de la mélasse de pommes ou de la gelée d'orange amère.

Une petite chanson ici pour les guerrières un peu découragées, pour relâcher un peu de pression, ou ici, toujours du "pays du matin frais".

Je ré-active les commentaires après une manip qui devrait limiter les spams...

mardi 21 décembre 2010

Le re-doux est bien installé

buisson de romarin étoilé de bourgeonsbuis roussi mais portant déjà ses bourgeons de fleurs Les bourgeons de fleurs de buis sont déjà là, les amandiers, les pêchers et les arbres de Judée préparent leurs éclosions précoces, les mimosas sont en fleurs, les cyprès ont achevé de mûrir leurs galbules, les genévriers resplendissent... la nature semble croire à un re-doux durable, voire à la fin de l'hiver.
Pour certains, c'est un peu abrupt. Et la lune, pleine, rousse et éclipsée ce matin, ajoute à la confusion.
On peut être constipé, déprimé, sans appétit, nauséeux, avoir maux de tête, rhumes, saignements de nez, angines, irritations cutanées...Mais la pluie aujourd'hui porte la douceur et le soulagement du repos des souffles, et tout s'apaise naturellement.
Le feu allumé par l'hiver doit s'éteindre doucement, tandis que la présence est préservée: pommes en abondance le matin à jeûn, ou 1 heure après une cuillerée d'huile d'olive qui achève d'amener les souffles au repos (et permet de fluidifier un transit difficile ou un excès d'acidité), fenugrec rôti saupoudré sur la nourriture, tisanes de fleurs dans la journée, poêlée d'épinards, topinambours un peu, plats de carottes, nourritures doucement parfumées, subtiles, sèches...On mange humide comme le temps: soupes, bouillons, tisanes...mais en utilisant les astringents de l'hiver: légumineuses, riz complet, fruits secs, viande séchée (si on en mange)...Le menu des fêtes semblera plus délicieux encore s'il est plus léger, et achevé par une boule de glace.
Pour qu'un feu subtil continue de nous éclairer, on peut se confier au safran, au romarin, et au genévrier. Pas trop d'épices qui chauffent: cannelle, poivre, gingembre sec, piment...