Le paradis c'est ici ! - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 6 juin 2016

Pour apaiser les tensions...quelques boissons

 Le ciel astral est toujours marqué de la pierre aux quatre angles, celle des situations bloqués et des tensions irrésolues, celle qui nous pousse vers notre âme pour pouvoir respirer. Et la température monte...
Alors, comme l'année dernière, quand il fera chaud, en cas d'inappétence, de souffles bloqués (constipation, maux de tête...), d'anémie, de colère sans raison, pour se rafraîchir, récupérer ses esprits dans la fournaise, et surtout ... parce que c'est délicieux:

Boisson à la rhubarbe et à la rose
Couper 5 belles tiges de rhubarbe bien nettoyées en petit tronçons. Les placer dans une casserole avec 1,5l d'eau. Amener à ébullition et laisser bouillir à petits feux environ 5mn avec éventuellement quelques graines d'angélique ou de cardamome. Eteindre le feu et laisser tiédir.
Filtrer ensuite. Ajouter 2 cuillerées à soupe de sucre blond, et une cuillerée à soupe d'eau de rose.
Petit souvenir de Nostradamus...
Aspérule odorante Boire à température sous un arbre, en écoutant "Les roses roses" de Vanessa Paradis et Benjamin Biolay, ou en regardant les nuages.

Pour passer de la boue à la lumière et ouvrir la voie à la joie, on peut boire un thé d'aspérule odorante.
Pour la mémoire, le repos, la stabilité et la tendresse, une infusion fraîche de santal, camomille et écorces d'orange à la réglisse.
Pour nourrir sa chair, s'emplir de douceur, lisser les noeuds, de l'orgeat et sa version "pastis" à l'anis et à la réglisse.
Pour la tonicité dans l'effort physique et la transpiration qui relie le dedans et le dehors, un peu de vin sucré aux cerises et très allongé d'eau, ou de la liqueur de cailloux allongée d'eau, ou un pastis maison très allongé. Pour retrouver sa voix et décoincer les rouages, une panna cotta arrosée, ou un tiramisu.

mercredi 1 juin 2016

Juin

« C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes ses haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons. » Le dormeur du val, de Arthur Rimbaud

Cueillette dans un jardin ensauvagé Juin, habiter l'espace jusqu'aux éblouissements du solstice
Sur les chemins et au bord des routes, dans les prés et les jardins, dans les bois, tout frémit, tout s'agite. Le végétal se tend vers la lumière, s'étire vers le soleil, à la conquête de l'espace, en épiaisons graciles, en floraisons colorées, et nous aussi.
Élan d'inspiration, d'expansion, de création, d'échanges: ceux de l'air dans les poumons, ceux de l'amitié, ceux de l'esprit qui se partage, se diffuse, s'ouvre, batifole comme le papillon, bourdonne d'activité incessante comme les insectes qui se multiplient, chante comme les oiseaux, danse comme les prairies... Il n'est plus temps pour les régimes et les efforts physiques, mais bien pour la douceur, qui nourrit ces envols en protégeant notre humanité. C'est le temps privilégié de la vie de l'esprit, étirant lui aussi sa substance vers la lumière, dans une quête affairée. Les idées, et les regards, fusent, volages, s'effacent, s'échangent... Peu importe, c'est bientôt l'été, le temps des vacances. « On n'est pas sérieux »... Temps de l'inspiration libérée des contraintes, de l'adaptabilité souriante et légère, de la respiration. Respirer le monde. Respirer au-delà du monde. Se gorger de lumière. Aux sommets, plus près du soleil. Contempler l'espace infini, être inspiré par la vision de l'immensité. Et oublier les démons d'Icare en sautant par-dessus les feux de la St-Jean, rappel à notre incarnation.

 Le piquant, saveur de la saison
Quand la saveur d'une saison n'est pas naturellement présente, on peut l'ajouter dans l'alimentation. Juin, c'est le déploiement des premières aromatiques : après le thym de mai, fenouil, menthe, mélisse, sauge, verveine, origan, hysope, calament, lierre terrestre... particulièrement en terres humides où le piquant du chaud et du sec sont moins présents. Et il semble que ce début de mois voit de l'humidité un peu partout...
S'il fait chaud et sec, on appréciera les saveurs douces, amères et astringentes qui apaiseront le feu. Préparations de céréales en brouets comme dans l'orgeat ou la soupe d'orge, infusions fraîches de camomille ou saveur subtile de branches de mélisse et de menthe laissées dans la carafe le soir, infusion d'écorces ou dilutions de vin tannique comme dans le miot qu'on apportait aux moissonneurs pour les désaltérer, ou la sangria espagnole, ou le vin que ma grand-mère nous diluait avec beaucoup d'eau lors des grosses chaleur, avec des tartines de pain frotté à l'ail. Vins de fleurs, qui ramèneront la transpiration, légumes juteux, céréales onctueuses et légères.
On mange chaud pour soutenir le feu digestif qui se dissipe sous la chaleur ou s'éteint sous la pluie: chaud en température, mais pas en énergie, et léger. Aussi, contrairement à des habitudes bien arrêtées, le repas froid n'est pas forcément celui qui nous fera profiter le mieux des chaleurs de l'été, à moins d'être constitué d'aliments piquants et stimulants, comme la gaspacho espagnol -un peu précoce quand même (non, ce n'est pas non plus la saison des tomates!).

 Juin, temps du repos souriant et enchanté
Si le soleil brille et nous grille, ou même si la pluie tombe, quelque chose en nous s'étire avec l'allongement des jours vers la manifestation, épuisant les réserves. Aussi n'est-ce pas la saison pour s'exposer au soleil, faire des pratiques demandant de l'endurance, avoir une intense activité sexuelle... mais laisser venir l'inspiration et monter l'épanouissement près du chant de l'eau, dans les berceaux de verdure, sous la générosité des futaies ruisselantes de lumière tandis que tout s'élance. Si on suit le rythme du soleil, on dort moins et on peut préserver sa chair et sa pulpe en faisant une sieste quand le soleil est à son zénith. Orgeat, mon favori de l'étéOn peut aussi manger les plus gros repas « à la fraîche », quand la température n'est pas encore ou plus à son maximum. Les massages à l'huile rappelleront au corps sa forme et délieront les tensions.
Cette saison est celle où l'on fait provision de chaleur interne, qui se manifestera à la saison froide.

Se rafraîchir dans la présence à soi-même
Bien sûr, rien de plus rafraîchissant que la présence des amis et des amours, le partage de la tendresse, la contemplation de la beauté de la nature, les soirées à chanter et à rire, l'abandon de soi, la délicatesse... mais aussi un lit couvert de pétales de roses, comme en Inde pour les fiévreux et les amoureux, une maison tenue fraîche par l'humidité des voilages parfumés, une douche des chevilles le soir à l'eau fraîche, les odeurs de fleurs comme le jasmin, le chèvrefeuille, la rose, la fleur d'oranger... fleur de chicorée

Potée de petits pois et courgettes à l'angélique (ou à la cardamome)
Ingrédients : une tasse de petits pois écossés (conserver les cosses pour la soupe), 3 ou 4 courgettes, quelques gousses de cardamome ou quelques graines d'angélique (Angelica archangelica) fraîches, une demi-tasse de crème liquide, sel, poivre, deux cuillerées à soupe de pavot blanc ou d'amandes effilées, quelques feuilles de menthe ou de coriandre.
Préparation : couper les courgettes en cubes et les placer avec les petits pois dans une casserole à fond épais. Ajouter une cuillerée de beurre clarifié et laisser fondre à couvert et à feu doux pendant une dizaine de minutes. Puis ajouter la crème, le pavot blanc ou les amandes effilées rôties à sec, le sel et le poivre, et les gousses de cardamome écrasées ou les graines d'angélique. Laisser à feu doux et à couvert jusqu'à ce que la crème ait imbibé complètement les courgettes. Servir avec menthe ou coriandre ciselée.

mardi 24 mai 2016

Recettes à l'oignon

L'oignon serait, paraît-il chez mes amis indiens, né de la sueur tombée sur terre des Asura se battant avec les dieux pour la possession de l'amrita, le nectar d'immortalité. A ce titre il est de mauvaise réputation chez les yogis et interdit de consommation pour nombre de rituels, tandis que pour d'autres, ceux des divinités courroucées, il est obligatoire.
Disons que lors des situations de transformation, quand le feu monte et brûle, il peut être très utile: pour apaiser l'inflammation du nez dans la rhinite et certaines migraines, ou celle des yeux, celle des urines sombres...après une soirée bien arrosée, au déclenchement de fortes pluies, pour les activités combatives...ou au moment des saints de glace et autres traversée de queues de comètes.
En ce moment, ça tombe bien, il est de saison, tout menu, tout neuf, tout blanc, et il se marie particulièrement bien avec la crème, comme dans la flammekueche.

Flammekueche
Ingrédients: farine, eau, ghee, oignons, crème, quelques lamelles de fromage de chèvre ou de tomme, un peu de verdure
Préparation: faire une pâte avec la farine, l'eau, un peu de ghee et de sel, comme pour une chapati. Etaler la pâte dans un moule ou à plat sur une plaque.
Faire revenir dans du ghee suffisamment d'oignons pour couvrir la pâte d'une couche uniforme. Etaler les oignons légèrement dorés sur la pâte. Verser par-dessus de la crème liquide ou étaler de la crème fraîche. Ajouter quelques lamelles de fromage pour le goût, ou des pousses d'épinards. Saler et poivrer.
Cuire à four chaud (200° environ) pendant une demi-heure, selon la cuisson désirée. Déguster bien chaud en apéritif, ou en plat avec une salade.

Guacamole aux feuilles de printemps
Ingrédients: une poignée de feuilles de violette ou de jeunes feuilles de tilleul, 3 avocats mûrs, 3 petits oignons nouveaux, sel, poivre, le jus d'un gros citron, un trait d'huile.
Préparation: mixer le tout plusieurs minutes jusqu'à une texture uniforme.
L'oignon est particulièrement utile pour nettoyer les yeux et le nez quand il est cru, quitte à mettre son jus directement dans les yeux ou le nez... ou manger un guacamole.

Soupe à l'oignon et au gingembre
Ingrédients: 5 gros oignons, 1 doigt de racine de gingembre ou une branche d'angélique fraîche, ghee, sel, poivre, 1 tasse de vin blanc, 3 feuilles de laurier, 3 carottes, 1 branche de céleri, thym frais, pain, fromage fondant.
Préparation: émincer finement les oignons, éplucher et râper le gingembre ou émincer finement l'angélique. Faire blondir les oignons dans un peu de ghee à feu doux, puis ajouter le gingembre ou l'angélique, et laisser revenir quelques minutes encore. Déglacer avec le vin blanc, ajouter la feuille de laurier, les carottes en tronçons et la branche de céleri ainsi qu'un litre d'eau. Laisser mijoter à feu doux et à couvert en remuant de temps en temps jusqu'à une bonne odeur et une consistance idéalement liée (jusqu'à deux heures). Retirer l'angélique s'il y a lieu, les carottes et le céleri.
Cueillir des sommités de thym fleuri (en ce moment) dans le pot ou le jardin. En garnir quelques tranches de pain au fromage et passer au four pour gratiner. Servir sur la soupe.
Le fromage fondu est important: lui aussi est un remède aux rhinites et autres inflammations sèches de la tête. Si on en mange, on peut ajouter pour un bouillon plus riche un os à moelle.

Confit d'oignon
Ingrédients pour 4 personnes : 4 oignons rouges, mélasse de grenade, 1/2 c. à soupe de miel, 1/4 de tasse de vinaigre (de sureau si possible), 1 c. à soupe de raisins secs, 1 c. à café de graines de fenouil (optionnel).
Préparation : éplucher et émincer les oignons, puis les faire suer dans du beurre clarifié jusqu 'à évaporation complète du jus à feu doux. Ajouter le miel, le fenouil et les raisins, et déglacer au vinaigre de sureau avec un trait de mélasse de grenade puis faire réduire à nouveau à feu moyen en remuant souvent. Saler au goût et mettre en bocal ou servir.

Tarte à l'oignon
Ingrédients: 4 gros oignons, 100g d'amandes entières mondées ou non, 20cl de crème, sel, poivre, 1 branche d'angélique fraîche ou le zeste d'un citron, pâte brisée, ghee
Préparation: monder les amandes à l'eau bouillante si nécessaire et réduire en purée en ajoutant petit à petit la crème fraîche. Emincer finement les oignons et les faire blondir dans du ghee avec le zeste ou l'angélique. Etaler la pâte brisée dans un moule à tarte. Couvrir des oignons dorés et parfumés, puis de la crème aux amandes. Saler, poivrer. Passer au four 30mn, à 200° environ. Servir tiède avec un vin de mai à l'aspérule et une salade sauvage.

dimanche 28 juin 2015

Rappels de conseils pour la canicule

Rivière en Ardêche-le matin, rincer doucement le haut de la tête à l'eau fraîche, plusieurs fois d'affilée, tête penchée en arrière comme chez le coiffeur, éventuellement avec une infusion de fleurs adoucissantes (mauve, guimauve, rose trémière, sureau, camomille...) dans de l'eau minérale et les yeux ouverts. Ca apaise les maux de têtes, la sensation de chaleur, et redonne de la clarté aux yeux et à l'esprit.
Le soir, presser doucement de l'eau fraîche alternativement sur chaque cheville entre les deux malléoles, aussi longtemps que nécessaire (au moins 10mn). Cela fait redescendre les souffles, apaise des excès de soleil et de chaleur et permet de dormir.

chandelier de bouillon-blanc -tirer les volets, les persiennes, les stores... pour maintenir votre lieu de séjour dans l'ombre comme le terrier protecteur. Mais laisser les fenêtres ouvertes pour permettre la circulation de l'air. Humecter régulièrement les rideaux avec des eaux parfumées: l'air en circulant au travers des rideaux humides fera baisser la température intérieure de plusieurs degrés, tout en apportant une douce humidité. Les odeurs de fleurs ou d'herbe apaiseront les souffles et renforceront le sens de l'odorat, nous reliant à la terre. On peut aussi placer des pots de terre cuite non vernissés (genre pot de fleur dont on a bouché le trou) sur le rebord des fenêtres, modeste équivalent de la climatisation des plus anciennes civilisations.

-le matin au lever, s'étirer sans faire d'effort, pour rétablir la circulation des souffles qui a tendance à se figer avec la chaleur, et puiser dans la lumière et la chaleur l'inspiration qui nourrira les prochains mois, tandis que nous sommes trop cuits pour conserver nos fixations habituelles: laisser notre ciel s'ouvrir à l'inconnu dans la lumière.

-si on peut, se lever et se coucher avec le soleil, quitte à faire la sieste. Le soleil est particulièrement doux et agréable à son lever, et le seul auquel on puisse vraiment s'exposer lors des canicules.

Fraises des bois -en Espagne, il y a la sangria, en Touraine la chicolle ou le miot qu'on apportait aux moissonneurs: lors des grandes chaleurs, boire un peu de vin sucré dilué à l'eau, avec des fruits frais éventuellement, comme nous le servait ma grand-mère bordelaise quand nous étions petits lors des canicules de 1975 et 1976 (accompagné de tartines grillées frottées à l'ail), comme le vrai pastis de Provence. Cela rétablit une circulation, une transpiration...

-on peut être irrité: gelée à base d'agar-agar, panna cota, orge, orgeat (à base de farine d'orge grillée par cette chaleur, recette ici), purée d'amandes, lin, mauve, guimauve, voire aloe si on est dans un pays de cactus... peuvent procurer une sensation délicieuse de fraîcheur intérieure. On peut même se nourrir d'orgeat.

-pour rafraîchir les yeux, contempler le lointain: levers et couchers de lune ou de soleil, horizon...

-en cas de manque d'appétit, trempette dans la piscine, la rivière, la baignoire... d'eau froide de temps en temps, ou douche fraîche. On peut aussi prendre une tisane astringente avant l'heure des repas: thé vert à la menthe pas trop sucré, tisane de myrte, d'absinthe, de reine des prés, d'achillée, de feuilles de noyer, de 4 semences chaudes selon l'endroit où l'on est, ou tartines de chutney de fenugrec (recette ici).

Clématite vitalba -manger peu à la fois, liquide, parfumé. Préférer les jus (de fruits frais, de légumes, au gingembre frais en l'absence d'angélique fraîche), les bouillons (de céréales, de légumineuses, de légumes...), voire les tisanes... d'aliments rôtis, grillés, puis réhydratés par l'eau, comme nous. Des jus pour remplacer les nôtres qui s'étiolent. Boire peu à la fois, pour ne pas diluer les sucs digestifs. Consommer du lassi, ou yaourt battu avec de l'eau, ou du lait ribot, surtout en fin de repas, parce que c'est délicieux bien sûr, que ça fait le ventre plat et évite l'émaciation et les problèmes de transits, avec un peu de cumin ou du mélange "4 semences chaudes" et un peu de sel.

-manger et boire chaud, et tant mieux si cela fait transpirer, parce que la transpiration est un bon signe de circulation des souffles, et qu'elle est rafraîchissante.

-s'exposer aux rayons de la lune

Les souffles s'apaisent avec le lait du soir avant le coucher, la tendresse salvatrice des proches, la contemplation des joues rondes de la lune, les nourritures fraîches en énergie.

Une petite humaine dans l'eau et la lumière Pour les gourmands, quand le corps aura évacué l'excès de chaleur impromptu, ce sera le moment des pâtisseries! Des vraies, nourrissantes, onctueuses, à base d'oléagineux, comme on les fait au Moyen-Orient ou au Maghreb, ou encore en Inde, en Grèce, en Géorgie..., qui nourrissent la plénitude et stimulent le feu digestif. Ce sera aussi le temps des potées de viandes, poissons ou légumes, longuement cuites à petit feu, riches en graisse légères, accompagnées de céréales blanches et onctueuses: couscous, orge grillée, riz grillé... Avant, yaourt battu, pain sec, olives, fruits cuits ou au vin, et un peu de pastis bien dilué, peuvent suffire à réjouir le coeur et l'appétit.

mercredi 24 juin 2015

Recette pour apaiser les coeurs brûlés

 Orge à la crème et aux concombres
Le bon moment: quand on pique-nique par une belle journée chaude et ensoleillée, quand on se sent fatigué et tout sec, quand la chaleur nous monte à la tête, quand "c'est la misère", quand on a trop marché en plein soleil, après le stress des examens, après une dispute...
Ca fait quoi? C'est tout tendre et bien nourrissant, ça fluidifie, ça rassure, ça rajeunit et ça rafraîchit.
Ingrédients pour 3 personnes: 1 tasse d'orge, 3 tasses d'eau, 1/2 tasse de crème liquide, 1/2 concombre, 1/2 cuillerée de graines de moutarde noire, le zeste râpé d'1/2 citron, sel, poivre, graines d'angélique (optionnel)
Préparation:
- faire rôtir légèrement l'orge à sec dans une poêle jusqu'à une couleur beige
- la mettre à cuire dans les 3 tasses d'eau jusqu'à ce que l'eau soit absorbée
- pendant ce temps, éplucher le concombre, enlever les graines et le détailler en petits cubes que l'on fera "blanchir" 2 mn dans de l'eau bouillante
- faire chauffer 1 cuillerée à café de ghee, y mettre les graines de moutarde et les laisser crépiter quelques secondes avant de les mélanger à la crème
- ajouter du sel, du poivre fraîchement moulu, , et assembler tous les ingrédients dans la casserole d'orge
- laisser chauffer à feu très doux 2 à 3 mn et servir tiède avec par exemple une soupe de courgette et petits pois, ou un bouillon de lentilles et d'herbes, ou parsemer de menthe fraîche
Si les souffles sont très perturbés, on peut écraser une gousse d'ail avec la moutarde dans le ghee.

mercredi 3 juin 2015

Avant les grosses chaleurs

 En cas d'inappétence, de souffles bloqués (constipation, maux de tête...), d'anémie, de colère sans raison, pour se rafraîchir, récupérer ses esprits dans la fournaise, et surtout ... parce que c'est délicieux:

Boisson à la rhubarbe et à la rose
Couper 5 belles tiges de rhubarbe bien nettoyées en petit tronçons. Les placer dans une casserole avec 1,5l d'eau. Amener à ébullition et laisser bouillir à petits feux environ 5mn avec éventuellement quelques graines d'angélique ou de cardamome. Eteindre le feu et laisser tiédir.
Filtrer ensuite. Ajouter 2 cuillerées à soupe de sucre blond, et une cuillerée à soupe d'eau de rose.
Petit souvenir de Nostradamus...
Boire à température sous un arbre, en écoutant "Les roses roses" de Vanessa Paradis et Benjamin Biolay, ou en regardant les nuages.
Dans ce billet, quelques "trucs" pour faire face à la chaleur soudaine.

samedi 23 mai 2015

Recette de l'orgeat

Ancolie fleurissant et fructifiantJe ne sais pas si la pluie a lavé nos cieux mais il me semble qu'une certaine corrosion est à l'oeuvre. C'est le moment de préparer de l'orgeat.

Orgeat à l'ancienne

Le bon moment: Quand l'irritation monte, quand la chaleur brûle, quand la colère ou la fièvre nous emportent, quand on a du mal à respirer ou que les bronches sont irritées. En temps de chaleur forte et de matin frais. A la saison des amandes fraîches et des bourdonnements d'insectes.

Ca fait quoi? Ca apaise, ça repulpe, ça rafraîchit, ça allège et ça décrispe. Cela favorise aussi l'expectoration, empêche catarrhes et saignements (avec le benjoin), et permet à la joie pure de monter.

Ingrédients: 1/2 tasse d'orge perlée, 200g d'amandes fraîches ou 2 cuillerées à soupe de purée d'amandes blanches ou 200g de graines des 4 semences froides (courge, citrouille, melon, concombre), Bouteille d'orgeatsucre au goût, 1/2 cuillerée à café de teinture de benjoin ou d'extrait d'amandes amères.

Préparation: Faire cuire l'orge perlée dans 1,5l d'eau jusqu'à ce que l'eau prenne une teinte laiteuse, environ 3/4h. Filtrer et ajouter les amandes fraîches décortiquées et pilées ou la purée d'amandes. Redonner un bouillon. Laisser refroidir et filtrer à travers un torchon propre et mouillé.
Fleur de nigelle Sucrer au goût et ajouter l'extrait d'amandes amères ou la teinture de benjoin. On peut aussi aromatiser à la fleur d'oranger en plus. Servir à température. Garder au frais, pas plus de 24h, sauf avec la teinture de benjoin. Un dépôt se forme, ce qui est normal: il suffit d'agiter gentiment la bouteille pour que la coloration laiteuse redevienne uniforme.

On peut réutiliser l'orge en risotto, et le reste d'amande fraîche filtrée pour épaissir une soupe ou une autre préparation.
On trouve la teinture de benjoin sur internet, les pharmacies ne l'utilisant plus pour leurs préparations.

mardi 20 mai 2014

Précisions sur les stages à venir

Fleurs de nigelle

A la rencontre de la lumière

Pour les myopes, ceux qui passent du temps devant des écrans, qui ont les sourcils froncés... et les autres
Stage à Tours, du 6 au 9 juin (Pentecôte), de 10h à 17h, repas inclus, 200 euros.
Tandis que les plantes ouvrent leurs yeux de couleurs, un long WE pour raviver notre regard, et laisser là nos béquilles de lentilles et de lunettes:
- soins ayurvédiques: pieds, tête
- exercices de yoga: posture, souffle, regard
- technique de marche héritée de bergers
- plantes nettoyantes spécifiques
- points d'énergie
Assez pour faire l'expérience de quelques dioptries de plus, garder un petit bagage à pratiquer seul facilement, et soigner ses yeux d'enfant.

DSCN4314__800x346_.jpg

Femme, mère

Pour les femmes qui souhaitent retrouver un équilibre pour elles et leur famille grâce à des outils simples spécifiques de la nature féminine.
En Gruyère, à 800m d'altitude, du 21 au 24 juillet.
Nous profiterons de la conjonction de Jupiter et du Soleil pour rejoindre les sommets à travers des randonnées quotidiennes. Sur le chemin, cueillette et repérage de plantes, pratiques de yoga au soleil levant, cuisine, point sur les pratiques féminines et destinées aux enfants, questions-réponses. Logement en sus, possible aux Laviaux, le gîte qui nous accueille souvent, au bord du lac de Gruyère. Prix, repas inclus: 400 euros.

lever de soleil à St Rémy

Purifier les souffles

Retraite ayurvédique d'été, du 26 au 31 juillet, pour le centre Kalachakra de la Sarthe (réservation et tarif au 01 40 05 02 22)
Pendant cette retraite, au moment de l'accumulation des souffles dans le corps dûs à la sécheresse et à la chaleur, nous ferons un nettoyage complet du système digestif (qui métabolise aussi les émotions, les pensées et les actions), si le temps le permet, après plusieurs jours de préparation par la pratique des postures, du pranayama, du yoga nidra, la cueillette et la cuisine de plantes sauvages et cultivées. Pratiques de 5h30 à 22h. Arrivée le 25 au soir. Inscription sur entretien téléphonique préalable.

Vue sur la Vallée Etroite

La montée au sommet

Retraite d'été et marche en montagne, du 4 au 10 août : le tour du mont Thabor(3178m), 84km de marche.
Sur ce très beau circuit du parc national de la Vanoise, riche en lacs de montagne, également voie de pèlerinage vers la chapelle Notre-Dame des 7 douleurs au sommet du Thabor: méditation, yoga et marche devenant silencieuse à l'approche du Mont Thabor, repérage de plantes sauvages et médicinales dans la très riche Vallée Etroite, observation des animaux sauvages, point sur la saison en cours (pluies d'été). Matériel de randonnée indispensable: bonnes chaussures de marche(pierriers) et chaussures plus légères, sac à dos confortable, "sac à viande", tenue chaude pour le soir...
Coût des séjours en refuge avec les repas (sauf déjeûner): 250 euros/personne pour 6 nuits
Coût du stage: 450 euros/personne (7 jours)

samedi 21 mai 2011

Après les saints de glace, c'est l'été!

salade menthe et soucisdéjeûner d'été
Une salade avec les cadeaux du jardin de mon amie Nathalie: menthe et mélisse fraîches, fleurs de soucis, un ajoût de tomate, jus de citron, sel, mmm... dans une assiette de riz rouge et de potée de courgettes et petits pois.
Suggestions de menus à venir.
J'ai un peu tardé à écrire ce billet, la faute à mon déménagement. pourtant, l'été est là depuis longtemps, un été chaud annoncé par les floraisons précoces et intenses de ce printemps, par quelques bonnes herbes coutumières des mois de juillet et même août, les blés mûris déjà...
Beaucoup de chaleur et de sécheresse donc. Les souffles s'envolent, le feu digestif est faible, on perd le contact avec la terre et l'humanité des émotions,, on peut rêver très loin, emporté par le vent, devenir une flêche souple ou rigide, se fondre dans les clartés et les espaces ouverts...et se rappeler combien la tendresse et la douceur de nos gestes, de nos paroles, de nos proches, ont un effet salvateur. Il est bien temps de changer de régime de vie.
Abandonner avant tout les efforts physiques violents: course à pied, vélo, tennis...C'est le temps de la lenteur. Les postures de yoga gagnent à être pratiquées dans la recherche de la grâce, tenues plus longtemps, dans une présence au corps qui mène à la sérénité. Marcher en forêt, les pieds baignant parfois dans les ruisseaux, apaisé par la lumière ruisselant sur les feuilles, dans les odeurs humides, le parfum des fleurs et des essences aromatiques. Contempler la beauté, celle de nos enfants, des visages aimés, du déploiement de la nature fructifiante...
La maison peut être tendue de voiles humides, parfumés d'essences rafraîchissantes: moi, je vaporise périodiquement mes rideaux de coton avec des eaux parfumées à la fleur d'oranger, à la rose, au vétiver...Cela fait baisser notablement la température de la pièce et apaise les souffles. Les chevilles peuvent être baignées avant de dormir avec de l'eau fraîche: une éponge humide essorée sur la malléole fait descendre la fièvre qui monte avec le soir et attendrit les esprit échauffés. De même, le massage des pieds entre amoureux ou membres de la famille. Des pétales de fleurs répandus sur le lit peuvent transmettre leur pulpe et leur fraîcheur au dormeur. Les massages complets à l'huile, suivis d'une douche tiède, apportent détente et présence au corps et à la vie. Tout cela si on n'est pas proche de la mer ou d'une rivière, ou d'une piscine salée.
Le béton, l'ordinateur, la télévision, les jeux vidéo...Tout cela est à éviter de préférence.
Comme chaque année, l'esprit exalté va cueillir sa lumière aux montées éblouies du solstice, tandis que tout autour, les graminées élancées à hauteur d'homme, les insectes multipliés, et les pollens échangent, bourdonnent et batifolent. Temps de l'esprit qui prépare sa graine, temps de l'échange, de l'activité incessante et légère.
La nourriture gagne à être rafraîchissante en énergie: concombre, lassis bienfaisants, soupes apéritives au cumin, courgettes, groseilles et framboises déjà mûres, pêches au vin...C'est le temps de l'orgeat aux amandes fraîches, des compotes de rhubarbe, de l'artichaut cru, des asperges, des noix vertes bien astringentes qui réveillent l'appétit macérées dans le vin, des pestos de mélisse et de menthe...Les saveurs dominante sont le doux, l'amer et l'astringent, mais il est temps de manger onctueux ou gras à nouveau, pour conserver sa pulpe et sa douceur. On peut attendre pour manger que la fraîcheur soit revenue: tôt le matin et tard le soir, et de petits repas dans la journée. Il n'est vraiment pas temps de faire un régime...mais plutôt de manger pâtisseries et plats parfumés, liquides, onctueux, savoureux.
Si le feu digestif est affaibli, l'art de la cuisinière y pallie par la présence d'épices dosées avec sagesse. Les crucifères peuvent aider au relâchement de la pression vers le haut: moutarde noire, raifort, cresson...en cas de conjonctivite, maux de tête, problèmes ORL dûs à la chaleur, sans échauffer le foie. La rhubarbe, la réglisse, la mauve, la bardane, la guimauve, l'orge...les huiles et le ghee aident à enraciner les élans sans tension.
Et, comme la pluie tombe plus volontiers sur les forêts, si nous gagnons en fraîcheur et en douceur, la pluie viendra peut-être bénir nos élans...

vendredi 2 juillet 2010

C'est la canicule...

La St Médard, ça ne marche plus?!! En tout cas, il ne pleut plus, comme vous avez pu le constater...Il fait même très chaud et très sec. Ici, en Provence, le vent souffle un peu, rafraîchissant l'air mais accentuant l'impression de sécheresse.
J'y vais moi aussi de mes conseils pour supporter la chaleur:
-tirer les volets, les persiennes, les stores...pour maintenir votre lieu de séjour dans l'ombre comme le terrier protecteur. Mais laisser les fenêtres ouvertes pour permettre la circulation de l'air. Humecter régulièrement les rideaux: l'air en circulant au travers des rideaux humides fera baisser la température intérieure de plusieurs degrés, tout en apportant une douce humidité. On peut aussi placer des pots de terre cuite non vernissés (genre pot de fleur sans trou) sur le rebord des fenêtres.
-le matin au lever, s'étirer sans faire d'effort, pour rétablir la circulation des souffles qui a tendance à se figer avec la chaleur. Plus tard dans la journée, danser, chanter...et tout concourre à nous y encourager en été.
-si on peut, se lever et se coucher avec le soleil, quitte à faire la sieste. Le soleil est particulièrement doux et agréable à son lever, et le seul auquel on puisse vraiment s'exposer en été, à moins de séjourner à côté d'une rivière, d'un lac, d'une piscine...
-en cas de manque d'appétit, trempette dans la piscine, la rivière, la baignoire...d'eau froide de temps en temps, ou douche fraîche. On peut aussi prendre une tisane astringente avant l'heure des repas: thé vert à la menthe pas trop sucré, tisane de myrte, d'absinthe...
-sous climat chaud et sec, consommer du lassi, ou yaourt battu avec de l'eau, surtout en fin de repas, parce que c'est délicieux bien sûr, que ça fait le ventre plat et évite les problèmes de transits. Sous climat plus humide, des boissons au lait en dehors des repas.
-manger et boire chaud, et tant mieux si cela fait transpirer, parce que la transpiration est un bon signe de circulation des souffles, et qu'elle est rafraîchissante.
-boissons de saison: orgeat véritable (eau de cuisson de l'orge, purée d'amandes, extrait d'amande amère, fleur d'oranger, miel), vraie limonade (eau miellée au zeste de citron très légèrement fermentée, puis allongée au jus de citron), thé vert à la menthe, tchaï, autres thés au lait, infusion de mélisse, de menthe, sucrée à la réglisse.
Les souffles s'apaisent avec le lait du soir avant le coucher, la tendresse salvatrice des proches, la contemplation des joues rondes de la lune, les nourritures fraîches en énergie.
Pour les gourmandes, c'est le moment des pâtisseries! Des vraies, nourrissantes, onctueuses, à base d'oléagineux, comme on les fait au Moyen-Orient ou au Maghreb, ou encore en Inde, en Grèce, en Géorgie..., qui nourrissent la plénitude.

mardi 8 juin 2010

C'est l'été depuis longtemps

Après les Saints de Glace, l'été est arrivé. Il est temps de changer notre alimentation et nos modes de vie en douceur pour épouser les forces de la Nature. Le tapis vert a grimpé en hauteur jusqu'à concurrencer notre humaine hauteur, nous sommes presque enfouis par cet élan vers le soleil du solstice. "Un petit val qui mousse de rayons" juillet_2009_005.JPG

Elan d'inspiration, de création, d'échanges: ceux de l'air dans les poumons, ceux de l'amitié, ceux de l'esprit qui se partage, se diffuse, s'ouvre, batifole comme le papillon, bourdonne d'activité incessante comme les insectes qui se multiplient, chante comme les oiseaux...Nos corps traversés de cet élan vers le très haut se tendent, perdant parfois leur moelleux, et le chemin vers la lumière peut être entravé par un noeud dans la gorge, fait de chant retenu. Il n'est plus temps pour les régimes et les efforts physiques, mais bien pour la douceur, qui nourrit ces envols en protégeant notre humanité,
Libérer la parole et le chant, paroles d'amitié dans la fraîcheur des maisons et des berceaux de fleurs, chant quotidien pendant les travaux domestiques répondant au chant de l'oiseau. Le corps est bien accompagné par des postures de yoga toutes en harmonie, tenues plus longtemps, sur plusieurs respirations, sans effort...suspendu dans la fluidité des souffles d'air ambiants, mais aussi par le taï chi, et la danse sous toutes ses formes.
On se rafraîchit les yeux et le foie, comme dans "Les Mille et Une Nuits", par le spectacle de la beauté: fleurs, femmes, enfants, paysages, créations...et contemplation de l'espace, où se dissolvent les excès de feu et les tensions qui n'ont plus prise.
On mange chaud et cuit surtout, on boit chaud aussi, mais des nourritures et des boissons fraîches en énergie: courge, concombre, courgette, laitues, pourpier, cerises, melons, orge, amande, herbes de saison...Tandis que le corps grille sous la chaleur, le palais apprécie particulièrement les mets doux, liquides, onctueux, légers, aux vertus émollientes, adoucissantes, subtiles.
Sirop de violette, thé à la menthe, sirop de coquelicot, orgeat véritable, eau de source où on a laissé macéré une branche d'absinthe, ou de menthe, des écorces de citron..., lait au safran et aux amandes fraîches....toutes boissons fournies en abondance par les plantes de saison. Limonade maison avec ou sans gingembre, sirops fermentés, vins très dilués à l'eau...