Eupatoire chanvrine Comme Nasreddine Hodja, le fou divin qui fait toujours ses lessives au moment où il pleut, avec toute cette eau qui tombe, et après cet été dont nous savons qu'il marque une charnière dans l'histoire du monde, on peut avoir envie, si cela n'a pas été déjà été fait, de tout nettoyer: la crasse de notre histoire, personnelle et collective, sa fragilité aussi, nous ont jailli à la figure, et même si les signes cardinaux (Bélier, Cancer, Balance, Capricorne) ont été plus durement touchés, chacun d'entre nous doit sentir qu'il a besoin de balayer devant sa porte, afin de ramener des parfums légers, de la vie pétillante et frémissante, de la joie, pour avoir la force de digérer les évènements et de mener les changements nécessaires, d'autant que nous rentrons à nouveau, après la parenthèse enchantée de début août, dans une phase de 15 jours environ d'activité héroïque ou turbulente, de flamboiement, de joie extatique ou de douleur/colère "cosmique", de changements radicaux, avec le trigone Mars-Uranus, dont le point culminant devrait être le 30 août. Instabilité inquiétante des marchés financiers, incendies gigantesques en Amazonie, en Sibérie et en Afrique subsaharienne... en sont une autre métaphore.

La menthe aquatique embaumait si fort sous le soleil du matin que c'était enivrant On peut jeûner, commencer une mono-diète de raisin pas trop longue et accompagnée d'activité physique, ou simplement s'étirer beaucoup, se frictionner pour dissoudre et faire circuler. Le matin au lever, un gargarisme à l'huile d'olive fruitée peut être très agréable, faisant descendre les souffles, clarifiant la gorge, et soulageant la tête. On peut également, en cas d'irritation des narines, se verser quelques gouttes d'huile de noisette dans le nez. L'huile est aussi bienvenue sur les tartines grillées du petit-déjeuner, et en massages avant la douche, éventuellement sur le gant de hammam avec lequel on se frictionne si on est mince (un peu trop). Quelques gouttes d'huile de ricin, dont les fruits rosissent en ce moment, appliquées sur un lumbago, ou une douleur aigüe arrivée avec la pluie, apaiseront le souffle à l'origine de cette douleur.

Terminaison florale de menthe Et on a soif de pureté. Comme la reine-des-prés pour cet été lourd et caniculaire, la candide et humble menthe au parfum pur et pénétrant semble dissoudre les lourdeurs des trombes d'eau et les ténèbres des grands changements. Dans la cuisine, en tisane, en aspersion sur le linge à repasser, dans le liquide de nettoyage avec lequel on fait le grand ménage... sa petite tête hérissée de fleurs violettes aux grands cils ouvre la voie.

Les jours sans soleil, on a besoin de plus de gras, d'acide et de salé dans la nourriture. A ce moment, et même quand le soleil revient un peu, la légèreté des fermentations peut nous attirer: le pain, les soufflés, tout ce qui gonfle à la vapeur, les blinis ou les délicieuses appams (galette de riz levées), les iddlis, les pains de farine de pois chiches... accompagnées de légumes grillés et de potées de légumineuses fraîches, pour danser sous la pluie après.

Et, pour acter ce changement inéluctable, il nous faut certainement dire adieu à ces fonds de placards, ces habits jamais mis, ces ustensiles inutilisés, ces meubles qui bloquent la circulation... mais aussi à ces réserves de notre corps, ces vieux griefs, ces fermetures, ces engrangements de satiété et de confort. Pour être léger et vivant, uniquement.