DSCF7326.JPGTandis que s'inclinent dans les champs les têtes des adventices, et que saint Laurent pleure ses larmes d'étoiles filantes dans le ciel, la tension devenue forte ces derniers jours se relâche enfin avec la pluie, sur Paris. La douceur peut nous habiter à nouveau, les lourdeurs s'évacuer avec les humeurs dans le corps, la joie tendre et pétillante reprendre force après les contemplations hallucinées de la canicule. Nous aussi pouvons nous incliner devant cette -peut-être- promesse de fécondité revenue, de plantes remontantes, d'amours incarnées, de jus et d'eau. O toi, l'eau, porteuse de mémoire, de vie, et d'informations, toi qui nous relie les uns aux autres, merci de nous revenir un peu, merci de ta fraîcheur qui libère nos feux et notre sécheresse et nous ramène à la vie.

 Du coup, petite épidémie de lumbagos, tendinites, torticolis, et autres sortes de rouages grippés, à soigner par l'habituelle panna cotta pour ceux du bas, et les bains de pied chauds pour ceux du haut, ainsi que quelques frictions vigoureuses de ces corps hébétés par le souffle qui descend, encore un peu trop lourds pour prendre le train de la pluie au vol. Si les gonflements de "mouillé" deviennent engorgements, ou que la faim nous ronge dès le lever, une cuillerée d'huile d'olive à jeûn le matin, avec éventuellement une goutte de citron, quelques plantes astringentes (reine-des-prés, framboisier, feuilles de vigne...) pour les femmes, des amères de saison (gentiane, chicorée, absinthe, angélique sauvage...) pour les hommes, et les pectorales: bouillon-blanc, mauve, guimauve, rose trémière...

Angélique sylvestre On peut avoir (eu) envie de faire un grand ménage de la maison, instinct précieux pour préparer l'arrivée de la pluie, métaphore magique du grand ménage intérieur à ce moment de bascule de l'année: la Vierge entre en dormition, ou fait son ascension, le 15 août, après avoir donné le fruit de ses entrailles aux hommes, ô Vierge, ô Terre, qui a tout manifesté et entre en repos doucement, tandis que les premières feuilles de platane jonchent les rues des villes, jusqu'à son retour en février, après sa régénération.

Les lourdes grappes des baies de sureau noir C'est un moment idéal pour les cures, pour travailler ses assouplissements (à présent plus faciles avec la détente de la pluie), pour évacuer les trois humeurs du corps, particulièrement les souffles accumulés en excès, plus que jamais cet été. Le jeûne, particulièrement alterné, est idéal pour cela, comme au printemps, afin d'épouser l'aridité de l'été une dernière fois, et d'accueillir la lourdeur comme une bénédiction. En l'absence de jeûne, on peut être particulièrement attiré par la pureté des saveurs camphrées: menthe, menthe poivrée, menthe pouliot, basilic, camphre... ainsi que l'aigreur gentiment acidulée du verjus ou jus de raisin vert, ou, à défaut, du vinaigre.
Raisin vert Et c'est la vraie saison des solanacées: tomates, aubergines, poivrons, pommes de terre, puis physalis plus tard, dont l'énergie chaude convient au relâchement de la pluie. Tout ce qui ramone sera également bienvenu: céréales complètes, légumineuses fraîches, haricots verts, mais aussi les "sauvages" devenues plus fibreuses avec l'été.

Les planètes se sont alignées sur l'amour, la bienveillance, la générosité, la lumière intérieure... une parenthèse enchantée de 15 jours dans cet été qui marque indéniablement un basculement dans les consciences. La contemplation de la flamme d'une bougie peut accompagner l'omni-présence des nuages si nécessaire.

Propositions de menus:
Petits-déjeuners: brousse de brebis, mélange "sauvage", pain grillé, pesto de menthe aux abricots, infusion des 4 fleurs pectorales; fouées ou chapatis, farcies au beurre et à la gelée de baies de sureau, infusion de reine-des-prés; reine-claude, tartines grillées arrosées d'huile de noix, chicorée ; fougasses fondantes au beurre clarifié saupoudrées de sarriette, thé de feuilles de noyer, figues rôties; poires à l'orange au four, porridge de lentilles, orge et noisettes rôties à la cardamome (bsissa), thé d'orge grillée; crumble de figues au géranium rosat, scones, beurre, thé fumé.
Déjeuners: bouillon de tomates et fromage caillé à la menthe, galettes rôties de pois chiches et légumes, pesto de consoude et feuilletés d'artichauts, papeton d'aubergines; tarte verte gratinée aux orties, pesto de menthe, compotée de figues; salade sauvage aux fleurs (soucis, mauve, guimauve...), boulettes de bsissa au beurre clarifié, potée de concombre, courgettes et jeunes pâtissons aux amandes grillée; risotto d'orge à la tomate et au basilic, aubergines grillées sauce aigre-douce, salade verte; potée grillée de haricots verts et pommes de terre, galettes de lentilles vertes, pesto de basilic; galette de farine de pois chiches, ratatouille, chutney de pruneaux, feuilles de vigne farcies.
Dîners: soupette de verdure du chemin à l'angélique, pommes de terre en robe des champs; crème d'orge, légumes grillés; courgettes rondes farcies au kasha et safran, crackers d'orge, compotée d'abricots; soupe au pistou, tartines grillées et mélange "floral" ou "za'atar"; potée grillée de pommes de terre et petits pois à la menthe et coriandre, pesto d'amaranthe; poêlée de poivron grillé, courgette et basilic, risotto.

L'association "Semeurs de forêts" a un projet incroyable qui a besoin de financements, vous pouvez cliquer ici pour aller voir.