Tu es venue le feu s'est alors ranimé
L'ombre a cédé le froid d'en bas s'est étoilé
Et la terre s'est recouverte
De ta chair claire et je me suis senti léger
Tu es venue la solitude était vaincue
J'avais un guide sur la terre je savais
Me diriger je me savais démesuré
J'avançais je gagnais de l'espace et du temps
J'allais vers toi j'allais sans fin vers la lumière
La vie avait un corps l'espoir tendait sa voile
Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
Promettait à l'aurore des regards confiants
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
Ta bouche était mouillée des premières rosées
Le repos ébloui remplaçait la fatigue
Et j'adorais l'amour comme à mes premiers jours ... Paul Eluard "La mort, l'amour, la vie"

photo trouvée sur http://www.backtothegeek.com/L'esprit de Holi, c'est ça ou ça: la pleine lune de printemps célébrée par des danses effrénées et des jets de poudres colorées et de liquides. Une sorte de St Valentin débridée, joyeuse et très colorée... qui tombe cette année le jour de l'équinoxe de printemps. Dédié à Kâma, le dieu du désir amoureux dans le Sud de l'Inde, le festival est, dans le Nord, dédié à Krishna, autre figure de l'amour, divin cette fois.
Et avec la montée rapide des températures, on peut effectivement sentir cette fébrilité, cette envie de courir partout en jubilant, cette tentation de réveiller les passants dans le rire, ce frisson de croiser peut-être au détour d'une rue... l'ami(e) que notre coeur désire, dans les yeux duquel brillent soudain les mêmes papillons, comme les gouttes de rosée deviennent pierres précieuses avec l'aurore, comme les pousses jaillissent de terre, comme les fleurs ouvrent leur yeux colorés au matin du monde, comme l'invisible encore il y a peu s'affaire à la manifestation.
Happy Holi!

Voici re-publiée une recette pour se rafraîchir des courses effrénées dans les rues, ou de la chaleur qui nous envahit:
Thandaï pectoral
Quand ? Après une course effrénée dans les premières chaleurs et les premiers soleils, quand les fleurs s'épanouissent: celles des amoureux, des jeunes filles de 16 ans, des femmes enceintes, des cycles féminins, des femmes qui ont cessé de concevoir, de la lune haute... et celles des prairies colorées après les gris de l'hiver et le frémissement des frimas.
Ca fait quoi : ça donne vigueur aux élans, ça nourrit le feu qui brûle, ça redonne la douceur de la respiration...
Ingrédients : 1l d’eau, 1l de lait cru ou de lait d'orge, ½ tasse de miel ou de dattes, ½ c. à café de graines de cardamome grossièrement pilées, ½ c. à soupe de graines de fenouil, 1 pincée de filaments de safran, 1 c. à soupe d’eau de rose véritable, 1 c. à soupe de purée d’amandes blanches, 1 c. à café de grains de poivre, quelques tronçons de racine de guimauve.
Préparation : Amener l’eau à ébullition. Laisser dissoudre le miel, ou tremper les dattes dénoyautées et coupées en rondelles, dans la moitié de l'eau. Si on a utilisé les dattes, au bout de 20 mn, passer l'ensemble au mixeur puis filtrer.
Dans le reste de l’eau, faire tremper le fenouil, la cardamome, le poivre, le safran, la guimauve et la purée d'amandes, pendant 20 minutes.
Egoutter et réserver le liquide.
Ajouter le lait et l’eau de rose, ainsi que l’eau miellée ou sucrée aux dattes.
Servir frais avec des pétales de rose.