Avec le vent chaud, la température est encore montée pendant la nuit, enlevant sa fraîcheur apaisante au petit matin. Il est possible que certains d'entre nous soient plein de "grognons", fassent de mauvais rêves, aient la goutte au nez et des douleurs au milieu du corps, voire des mucosités plus épaisses, la nausée, un manque total d'appétence, et très froid...
Le réflexe est de se couvrir et de rester caché mais c'est le contraire qui libère: la chaleur interne prise de court par la hausse des températures doit circuler. Etirements toniques, vigoureuses frictions, courses sautillantes dans le vent, enchaînements en appui sur les cuisses, bains de pied chauds... c'est cela qui soulagera de ce supplément d'énergie un peu indigeste... ou une bonne gastro!
Le jus chaud des premiers citrons bergamote aussi, avec une bonne dose de gingembre voire de poivre, une poêlée d'épinards au beurre clarifié, des coings cuits au four, du pesto de persil, des écorces d'orange amère confites de l'année dernière, du Picon avec de la bière, ou la version maison, des aliments qui tiennent au corps pour garder la présence, qui croustillent, qui sont compacts, et relevés, de la "cervoise tiède" et de la nourriture quand on a faim seulement, par petites quantités.
Considérant le périgée lunaire au solstice, on me dit que les conditions pour un passage tempétueux type 1999 sont bien réunies du 22 au 24 alors accrochez-vous peut-être. Tandis que la conjonction Jupiter-Mercure fait de cette période une excellente occasion pour les conversations difficiles. Avant la grande lourdeur annoncée de la nouvelle lune de janvier, celle de la neige j'espère, l'humeur est à l'héroïsme, à la liberté, à la joie, et toujours à l'amour! Et le vent gonfle notre enthousiasme... Menus de Noël dans le prochain billet aujourd'hui... Recettes dans la newsletter.