CentauréeLe temps orageux se poursuit pour la troisième semaine consécutive... On peut se sentir fatigué, lourd, découragé, l'appétit en berne et sans forces. Voire être inhabituellement pâle, étranger à soi-même, sans émotions. Le ciel nous met face à nos lourdeurs, tandis que la nature s'épanouit outrageusement, dans une sorte de débauche insolente sous les orages. Comme cette Vénus qui depuis plusieurs jours trône en Cancer dans une configuration de "diamant", exaltée par 3 planètes collectives en signe d'eau. Le Soleil peut bien se fatiguer de recevoir les océans parfois troublés de Neptune, les illusions peuvent nous berner, l'épanouissement persiste, quitte à être scandaleux.

Cascade dans le Queyras Quand la saison n'agit pas selon son cycle, on peut avoir spontanément besoin de la remplacer: le piquant absent de la saison peut nous attirer, à travers les aromatiques ou les saveurs poivrées et pimentées, de même que les textures grillées, l'exposition au soleil quand il est là, pour réduire un peu toute cette lourdeur, puis à la fraîcheur relative de l'eau. Les plantes qui vivent en milieu humide et en terre lourde peuvent aussi nous sembler particulièrement savoureuses, qu'elles soient de consommation courante ou à vocation médicinale: noix vertes, fraises des sous-bois, aspérule odorante, épilobe, marjolaine, prêle, menthes, consoude, cardamine, frêne, cassis... De même que tout ce qui pétille de vie: les prairies qui moussent de rayons, les eaux vives, le kombucha, la bière, le kéfir de fruits, les trésors colorés de notre palais intérieur, les arc-en-ciels de nos amours, l'espièglerie de nos enfants, les éclats de rire, la danse...

Propositions de menus:
Iris sauvages Petits-déjeuners: fraises cuites, fromage blanc, brioche, kombucha maison; soupe de lentilles aux légumes, pain de riz vapeur, confit de citron; clafoutis chaud aux cerises, thé au jasmin, confit d'angélique; pesto de menthe, tartines grillées, kéfir; naans, taboulé aux herbes et fromage caillé grillé, jus de carotte et gingembre.
Déjeuners: radis et mayonnaise de rhubarbe, artichauts Clamart au safran, risotto (orge) poivré au citron; artichauts poivrade, riz aux pointes d'asperges, crème et aneth, sauce aux poivrons (type ajvar ou muhammara; salade d'herbes de saison, cocotte de légumes de saison à la crème (brocolis, courgette, pois, fèves...), pavé grillé de céréales germées, pickles de gingembre ou wasabi; crème d'artichauts sur crackers, pastilla de légumes, feuilles de vigne farcies, salade mi-sauvage à la féta et achards.
Goûters: glace aux noix vertes et gelée d'herbes à la réglisse, tapioca au lait et cerises, bavarois, crème glacée de roquette (recette dans "La Voie Lactée"), gelée de gomme de cerisiers ou d'amandiers, ravioles de fraises et thym.
Dîners: crème d'orge germée aux amandes amères; soupe de vermicelles au lait; crème passée de cosses de pois et queues d'asperges; soupe de lait aux grains d'orge, cubes de gelée d'herbes, et mini-quenelles végétales.

Prairie de dentelle Artichauts Clamart au safran
Parer une douzaine de petits, ou deux gros, artichauts violets. Les plonger dans une casserole d'eau bouillante additionnée d'un peu de jus de citron jusqu'à mi-cuisson. Laisser tiédir. Pendant ce temps, découper une laitue en chiffonnade, et écosser une livre de petits pois. Puis préparer un sirop de safran bien foncé. Enlever la barbe et les bractées des fonds d'artichauts, que l'on place dans une casserole basse avec 1 c. à café de beurre. Ajouter la chiffonnade, les pois, un peu d'eau, 1 c. à café du sirop de safran, puis saler et poivrer. Laisser cuire à feu doux et à couvert dans un premier temps, puis à découvert pour que les jus se concentrent. Beurrer à nouveau si besoin. Servir avec un peu de menthe ciselée.