"Bientôt sera fait échec à l'hiver ;
Bientôt se délaceront fondront les ligatures glacées —
Encore un peu,
L'air, la terre, la vague seront inondées de douceur par la nature épanouie — mille formes apparaîtront
Aux mottes de terre sourdes, aux courants d'air montés comme du fond des caveaux.
Tes yeux tes oreilles — tes meilleurs attributs — tout ce qui prend connaissance de la beauté de la Nature,
S'éveilleront, s'empliront.
Tu percevras les spectacles simples, les miracles délicats de la Terre,
Le pissenlit, le trèfle, l'herbe émeraude, les parfums les fleurs précoces,
L'arbousier sous la semelle, le vert jaune du saule pleureur, le prunier le cerisier en fleurs ;
Avec eux le rouge-gorge, l'alouette la grive, chanteront leurs chants — le rouge-gorge aux ailes vives ;
Tous les spectacles que la pièce annuelle rejoue."
Poème extrait de "Feuilles d'herbes" de Walt Withman (trad. Jacques Darras).

Roses dans le jardin de l'ArsenalLe coeur a d'abord frémi au gonflement du fleuve, débordant joyeusement les cadres pesants de la vie citadine, donnant à Paris l'aspect d'une Venise ou d'une station balnéaire ou spatiale, gonflement de vie hivernale venu apaiser et moquer la frénésie humaine et les fleurs trop précoces.
Puis la neige est arrivée, déversant ses dentelles d'eau et de lumière pétillante, voilant de pureté les frémissements de la Chandeleur, fête de la purification de la Vierge, ancienne fête d'Imbolc, de la Terre Mère Brigit. Au petit matin angélique de l'année, dans les rosées, les frimas, les lumières blanches et roses, les profondeurs frétillent de vie, pas encore visible, vibration intérieure répondant à l'allongement des jours et à la course de la Terre. L'hiver peut bien être reparti pour 40 jours encore, ça froufroute, ça pétille, ça chante doucement au fond de nous, avec une vigueur nouvelle.
Puis le soleil est revenu et notre coeur s'est rapidement épanoui dans la clarté et la joie, tandis que les températures descendaient, soutenant notre élan. Elles vont descendre encore, nous promettant une renaissance que les années précédentes n'ont plus connue, un printemps fleuri et coloré, et une forme de purification après les ébranlements de 2017, ravivant notre feu intérieur, et nous permettant de faire provision d'ancrage et de fraîcheur intérieure.
mimosa fleuri
Le Carême a commencé cette année le lendemain de la fête des amoureux, le 15 février. Quand il était strictement observé, on faisait "maigre" toute la journée à ce moment, sauf le dimanche. C'est-à-dire qu'on ne mangeait que ce qu'il reste normalement à cette époque de l'année, quand on exclut importations et serres chauffées (pour notre planète aussi): des fruits secs, quelques fruits d'automne dans les années fastes, des céréales, des légumineuses, des racines, pas de gras, pas de sucre, pas de produits animaux. Les oeufs et les pâtes levées également sont réservées à la sortie du Carême et à la fête pascale. Certains ne mangeaient qu'un seul repas à la tombée du jour, et on s'engageait, spontanément comme le paysan préparant sa terre, ou le nomade obligé de parcourir plus d'espace pour trouver de quoi se nourrir, ou diligemment comme les moines ou les yogis, dans des pratiques physiques toniques et importantes au moment où les premières fleurs sortaient. A notre époque où l'onctuosité des corps s'amenuise, on peut adopter un régime moins contraignant, ou moins longtemps.
 Néanmoins, pour faciliter l'enfantement des floraisons à venir, et le feu qui se manifestera en nous avec le retour de la douceur, on peut trouver agréable de manger "maigre", en ne conservant peut-être, pour apaiser les souffles au moment de la descente, que le lait et la crème. C'est le moment de puiser dans la cuisine vegan, à condition de rester local et de saison. Si l'énergie stagne avec le froid, on peut baisser le chauffage et pratiquer des frictions à l'eau de Cologne, des bains de pieds chauds aux graines de moutarde noire, et des inhalations d'infusion de plantes (romarin, menthe...). Les saveurs principales restent l'acide, le doux et le salé. La mélasse aux 27 plantes (recette dans le tome 1) peut être particulièrement efficace à cette époque. Tandis que les gelées liquéfient nos lourdeurs, prêtes à ruisseler à la tiédeur, emportant les réserves de l'hiver, les plats en gelée peuvent nous plaire. Si la vie ne pétille pas au fond de nous, on peut l'ensemencer d'un verre à liqueur de bière, à jeûn le matin, éventuellement additionnée de plantes. Moi, j'aime y ajouter de la mélasse de grenade. La bière resserrera notre intérieur, stimulera la circulation figée et contaminera tout notre corps de ses froufrous.
Dans la maison, le chauffage assèche l'atmosphère et contribue à figer la circulation, ce qui s'ajoute aux gelées extérieures: c'est le moment de laisser mijoter longuement à tout petit feu un plat qui parfumera la maison, donnera de la souplesse à l'atmosphère et stimulera les appétits et les désirs. Jardin de l'Arsenal

Propositions de menus:
Petits-déjeuners: hydromel, porridge d'orge ou de blé noir aux fruits secs (bsissa), compote de pruneaux aux écorces de citron bergamote, infusion "frimas" (hysope, écorce d'orange, thym, origan) ; bière à la grenade, crackers d'orge aux graines, pâte de purée d'amandes-mélasse de raisin-fleurs d'oranger, infusion d'angélique ou "Matins purs"; compote de fruits secs, pomme au four, jus de pomme-carotte-gingembre; thé noir au beurre, farine d'orge grillée, gelée de pommes; cidre ou poiré, gâteau de châtaignes ou "castagnaccio", compote d'airelles, panna cotta d'amandes.

Déjeûners: pounti, potée de carotte et panais, chutney de pommes, salade de radis noir; gratin d'orge aux poireaux, carottes vichy, compote de poires; galettes d'épeautre, chouée (feuilles de chou-rave très doucement fondues dans le beurre), compote de fruits secs, panna cotta au lait d'amandes; potée de pois chiches à l'angélique et purée de noisettes, aspic de légumes, galettes non levées, crème de châtaignes et fromage blanc ou tofu soyeux; gratin de crozets, soupe à l'oignon, compote de cornouilles ou airelles; poêlée de topinambours aux pommes, potée de châtaignes au safran; terrine de racines en gelée, cubes de courge rôtis au four au romarin, boulettes d'épeautre.

Dîners: soupe de haricots secs aux légumes, ou minestrone; soupe de pois cassés au cresson, croutons; potée de chou et croutons, gratin d'endives; soupe miso aux légumes, gratin de purée pomme de terre-céleri; patates douces caramélisées dans leur peau, soupe miso; panais cuits dans leur peau, crackers, bortsch; risotto de courge et amandes; lasagnes de courge butternut au tofu et farine d'orge rôtie; roulades de chou chinois farcies à la farine d'orge grillée et épine-vinette, compote de pommes; crème d'orge aux carottes et baies acidulées.

A noter: pour trouver les billets d'une année précédente, ajouter /archive à l'adresse du blog. On tombe sur les billets classés par mois et année.

La prochaine causerie est le 12 mars. Ce sera une conférence suivie de questions, pour plus de clarté.