La forêt de Ballan en TouraineDepuis mon plus jeune âge, je me suis toujours étonnée que personne autour de moi, à part peut-être ma grand-mère à sa façon, ne considère les végétaux et la Terre comme des êtres vivants. Je pleurerai encore longtemps mon ami le chèvrefeuille retrouvé mort au retour de vacances d'été, ce qui me laissa inconsolable pendant des semaines.
De nombreuses fois dans ma vie, j'ai fait l'expérience de la relation particulière et nourricière qui se tisse avec le règne végétal quand on envisage ses éléments comme des êtres sensibles. Heureusement maintenant, grâce à de beaux livres comme "La vie secrète des arbres", adapté en film, la pensée évolue, même s'il est dommage qu'il faille en passer par la "science" pour cela, tant c'est une expérience que chacun peut faire au quotidien.

Décomposition sur bois mort Il est donc temps d'aller un peu plus loin et d'imaginer une "agriculture" qui ne mette pas la terre et le sauvage en coupe réglée. Je l'ai pratiquée dans tous mes jardins, avec le même émerveillement renouvelé. Quand on prend soin de la terre, elle devient réellement nourricière, pour peu qu'on ré-apprenne à se nourrir de ce qui y pousse sans soin, nous conférant la vigueur du végétal spontané, parfaitement à sa place sur ce sol sous ce climat, et qui n'a besoin de nulle protection. Si "je suis ce que je mange", alors pourquoi manger des animaux domestiques et des plantes qui ont besoin de nombreux soins après des siècles de sélection pour pouvoir grandir?
Dans une forêt exploitée (quel mot horrible qui contredit aussitôt l'idée de forêt!), les ronces et les épines de toutes sortes poussent pour protéger la forêt et la formation de nouveaux arbres. Y passer le motoculteur sans arrêt, croire qu'il faut enlever le bois mort pour que de nouveaux arbres poussent, est intrigant. Surtout quand on regarde les forêts intouchées: le sol s'y éclaircit naturellement des épines autour des arbres qui grandissent quand ces "mères du bois" ont fait leur travail, et le bois mort nourrit toute une petite faune, ainsi que la terre.
Berceau de vie Comme ce paysan en Suisse qui ne décolérait pas contre le rumex envahissant son terrain régulièrement puriné et ratiboisé par les vaches: sa terre tentait simplement de rétablir un équilibre et de réagir à l'éradication de toute microbiologie sous l'acide du purin... Ou cet arboriculteur en biodynamie qui veut passer la consoude d'une parcelle au motoculteur pour la remplacer par des fruitiers, sans comprendre que la terre de cette parcelle ne s'y prête pas, malgré les traitements perfectionnés et "naturels" qu'il projette. Une terre parfaite pour la consoude, cette maman nourricière de vie, peut accueillir aussi des noyers, des sureaux, des noisetiers, même des figuiers... mais pas de pommier ou de poirier, encore moins de pêcher. Ou ce riche propriétaire qui s'obstina plusieurs années, en bordure des Alpilles, à faire croître une haie protectrice autour de son domaine, sur une ligne tellurique: les arbustes, des lauriers exotiques, ne cessèrent de se dessécher pour laisser de grandes trouées qu'il fallait sans cesse reboucher. Il aurait sans doute suffit de déplacer la haie de deux mètres, ou d'y favoriser des essences friandes de ces fractures.

Champ d'oliviers bleutés au coucher du soleil Oui, il est temps d'envisager que simplement prendre soin de la terre, la nourrir, y jeter ça et là des graines et des fruits peut-être, suivre ses lignes -ses "méridiens"-, puisse être aussi nourricier, voire beaucoup plus, que la broyer, l'asperger, la griffer, la labourer... une mise en ordre du Vivant à laquelle nous croyons devoir être astreints depuis que nous avons été, dit-on, chassés du jardin prolifique du Paradis et que nous devons gagner notre pain à la sueur de notre front, une mise en ordre qui est source de fierté tant le "Progrès" nous paraît le fruit de la brutalité.
Le Paradis, c'est ici. Il suffit de le laisser émerger avec tendresse pour se remplir de félicité.
Un article de Reporterre sur un oasis en Bretagne.