DurgaChaque année, quand je sens à l'automne l'inflammation qui monte, quand la couleur rouge devient dominante dans mes vêtements, quand le besoin de pureté me saisit, mes pensées errent vers l'Inde et les célébrations de Durga. Et quand les feuilles des arbres rougissent soudain, ou que j'ai tout d'un coup besoin de tout nettoyer dans la maison, je sais, sans pouvoir l'expliquer, qu'en Inde les Navratri ont commencé et que la grande fête de la victoire du Bien sur le Mal, Dussehra, suit bientôt.
C'est encore le cas cette année: les Navratri ont commencé le 21 septembre, à la nouvelle lune, pour s'achever avec Dussehra le 30, en même temps que Yom Kippour cette année. Et dans la nature, les premiers rougeoiements ont enflammé les arbres. A la prochaine nouvelle lune, le 19, Durgaon célèbrera la terrible Kali, à qui sont offerts les sanglants produits de la chasse et des sacrifices d'animaux. Un mois de rouge, de mort, de purification et de fêtes bondissantes(à partir de la 18ème seconde), au moment d'entrer dans la nuit de l'année, et sa nature féminine.
A cette période, on ne consomme pas de céréales, rien de ce qui peut chauffer et provoquer des éclats à l'extérieur (donc pas d'ail, oignon, gingembre...), évidemment pas de viande puisque les hindous sont végétariens, pas d'alcool également... mais beaucoup de préparations, variant suivant les régions et les familles, qui ont une seule chose en commun: l'apaisement de l'inflammation. Fruits cuits, légumes crus, boulghour, verdures, légumineuses, pâtisseries au lait...Eau lustrale en cours de fabricationC'est le moment de tout ce qui rougit: la grenade, la mélasse de coings, le safran, l'épine-vinette... et de ce qui fleurit: les guirlandes, les salades, les tisanes, les dessins... de fleurs peuvent aussi nous soulager, de pair avec la fraîcheur des perles, et nous permettre de manifester ce feu dans l'éclat de nos yeux et de notre teint.
Il est possible que, vous aussi, vous ayez soudain envie de nettoyer la maison dans ses moindres recoins, de la décorer, d'y mettre de nouveaux objets ou d'en rafraîchir l'apparence, de vous vêtir de vêtements neufs, éclatants, peut-être blancs, ou rouges, après avoir passé du temps à prendre soin de vous, par exemple au hammam, où exsuder les poussières de vos recoins.
Il est possible que vous sentiez monter le rouge à vos joues, et l'amour à votre coeur, devant les couchers de soleil, ou les levers, bientôt teintés des étranges couleurs laissées par le passage de la Terre dans les Draconides puis les Orionides; que vous ayez besoin d'espace infini,celui du ciel de jour comme de nuit, et de l'horizon où poser son regard, au point de délaisser les lumières artificielles des écrans et des villes pour poursuivre le miroitement de la lumière sur l'eau et les feuilles, ou les étoiles le soir, fixes et filantes: Erable près de Reugnypeu lumineuses et peu nombreuses cette année, celles des Draconides du 6 au 10 octobre, plutôt en début de soirée, mais aussi le pic des Taurides le 10 octobre, très lumineuses, puis les Orionides, plus près de 30/h, avec un pic le 21 octobre.
Evidemment, c'est le moment, quand il fera soleil, pour l'eau lustrale: fraîche, exposée à la lumière du soleil et de la lune pendant plusieurs jours, elle est très purifiante et rafraîchissante et ... ne coûte rien! Autre allié de la fraîcheur, le ghee, dont c'est la saison. Allié à des plantes amères, il pacifie nos humeurs du moment, relâche nos crispations et nourrit notre éclat.
Les pratiques plus médicinales incluent la purgation, pour relâcher un peu de ce rouge, et les saignées, pratiquées sur des points précis. Parfois le corps se purge seul des trop-pleins, et c'est bon signe, sauf si cela devient chronique.