Narcisse à MonnaieNous sommes le 15 mars, date de fin du décompte. Et il y a, sous réserve d'erreur de comptage des frais de port, 2701,43 euros en caisse affectés à la publication. Merci à Jean-Marc, Gisèle, Patricia, Marie, Maryse, Jeanne-Marie, Dominique, Sonia, Gaëlle, Julie, Eloïse, Alexis, Martine, Karine et Cécile. Normalement c'est la fin, mais trois d'entre vous m'ont suggéré autre chose. Chacun va donc être contacté par mail pour vous proposer un remboursement, ou de simplement attendre que le montant collecté à travers les ventes du tome 1 ou les contributions soit suffisant pour l'impression du tome suivant. Je m'en remettrai donc pour la suite à vos réponses, d'autant plus importantes que c'est pour vous que j'écris!

Depuis le 4 mars, la Vénus du soir dessine dans le ciel son bel ouroboros autour du Soleil, avant son union avec le Soleil le 25 mars et la "nouvelle" Vénus, qui deviendra du matin. Au cours de cette boucle, elle va repasser sur le trajet effectué depuis le 30 janvier, pour redevenir directe le 15 avril et finalement achever sa boucle le 19 mai (de 26° du signe des Poissons à 13° du signe du Bélier). Prunus en AuvergneLes personnes nées en signe vénusien (Taureau, Balance), ainsi que celles pour qui Vénus est une planète dominante du thème, peuvent vivre une forme de dormition, ou de retrait, dont les beaux fruits se manifesteront en mai. Pendant cette période, les affaires de coeur sont au centre de l'attention, mais intériorisées, approfondies. Les remises en question sur la manière dont nous vivons les nôtres, leurs enjeux, leur "réalité", et peut-être aussi celles que nous avons vécu lors de la dernière boucle de Vénus dans ce secteur, en février-mars-avril 2009, sont susceptibles de mener à une évolution importante dans le secteur concerné de notre thème. Cette boucle, ce ralentissement, ce retour... donnent à Vénus pour quelques semaines la puissance d'une planète lente, et sa station en Bélier une énergie conquérante au moment de l'année où l'amour monte au coeur. Ces jours, elle a encore son visage courroucé, celui dont la flamboyante beauté déjoue les manipulations et les obstacles. Le 25 mars est une date exceptionnelle pour le coeur, la fécondité, la réconciliation, le dépassement des ruptures..., ainsi que les jours avant et après.

Magnolia à St Pierre-des-Corps Ca y est, le printemps froufroute à nos pieds, jette ses premiers à-plat de couleur sur les cerisiers et les prunelliers, ses touffes de narcisses, de jonquilles, de primevères, d'orchis.. dans les prairies, nous réveille les narines de timides parfums sous le soleil... Une incertitude demeure dans l'hésitation de la chaleur qui nous balance d'une saison à l'autre à la faveur d'une éclaircie, tandis que sous nos pieds des mondes s'ouvrent: premières et délicieuses rosettes de pâquerette, de pissenlit, de pimprenelle, de cressonnette, cardamine, herbe-à-Robert, stellaire, silène enflé...Les saules aux chevelures anisées se balancent dans la brise, tandis que les peupliers aux branches encore nues rougeoient de leurs bourgeons au parfum entêtant. C'est le moment du tout petit, du gracile, du fragile... Les pétales qui s'envolent déjà, les pousses qu'il faut s'agenouiller pour regarder ou prier... La vie pétille et fourmille mais ne se manifeste encore qu'avec retenue, sous la terre, dans les troncs et les tiges.
Inanna Mangeons des pousses, buvons des sèves, et continuons de nous abstenir de graisse, de sucre et de produits animaux pour éclore en majesté en avril. Les saveurs qui dominent le printemps: piquant, amer-acide, astringent. On les trouve dans les bières médicinales où ont macéré des plantes, dans les sèves qui fermentent naturellement, le kombucha, les limonades maison, dans les pousses de printemps, dans les pâtes non levées, les céréales de terre pauvre, ce qui est rôti, grillé, séché, les graines germées, les jus d'herbe...
Vierge aux roses Et, comme le manteau de la Terre, que notre peau fourmille, et laisse s'échapper pousses et bourgeons subtils, comme la Vierge aux roses ou la déesse sumérienne Inanna, tandis qu'une activité physique de nature tonique nous garde dans la présence, et une certaine détente malgré le passage de mars en Bélier.
A Paris et dans les villes touchées par la pollution, l'alliance entre plantes pectorales et verdures nettoyantes de saison est particulièrement importante, même si les restaurants et les magasins nous proposent déjà les légumes de l'été: allergies, irritation des bronches, des yeux, des muqueuses nasales... peuvent être apaisés par les moyens habituels de rafraîchissement intérieur. A l'aube des élections, il est peut-être temps de nous mettre à rêver un autre mode d'existence!

Propositions de menus:
Petits déjeûners : café d'orge et de chicorée, jus de carottes, pain d'orge grillé au beurre clarifié, gelée d'angélique; pain moelleux, sirop de bourgeons de pin, fromage frais, infusion de buis fleuri; pain de verdure, compote de pruneaux, bière de gingembre ; un demi-verre d'hydromel pétillant au sureau, puis une salade de graines germées et fruits secs de toutes les couleurs.
Déjeûners: polenta grillée à l'hysope, écorces d'orange amère, salade sauvage aux mille saveurs (par exemple, jeune fenouil, persil, pissenlit, roquette, violette, moutarde, feuilles de chou rave, pousses de brocoli, alliaire, stellaire, cardamine), confit d'oignon; pesto de pissenlit, poêlée de chou au carvi, tartines grillées, noix trempées dans le miel; crêpes roquefort et pissenlit, bouillon d'épluchures, mâche et stellaire, confit d'épine-vinette.
Dîners: crackers, pesto de pousses d'orties, soupe à l'oignon; potée de haricots et amandes, poêlée de verdure, chutney de prunes; gratin de kasha au safran, chutney de pommes et céleri rémoulade.