_1000782.JPGMerci à Laurence, Cécile, Stella, Corinne, Anaïs, et Nathalie qui ont, les premières, soutenu le tome 4. Nous sommes à 190,97 euros. Une longue route à parcourir donc... En théorie, nous sommes à J-17. Comme sur Ulule, si nous ne parvenons pas à réunir le montant nécessaire pour l'édition du tome 4, tous les fonds versés vous seront retournés.

La comète, alliée à l'éclipse pénombrale de la nuit d'hier, et la "lune des neiges" (bien nommée cette année à Paris puisque la danse des blancs flocons a enfin saupoudré la capitale d'une magie éphémère), nous a peut-être un peu tourneboulés, inspirés, attendris... et notre corps anticipe à nouveau une rapide remontée des températures. Peut-être que le Ravi fait son apparition dans notre coeur, soudain immense comme la nuit peuplée d'étoiles, peut-être que nous avons quelques grognons tout jaunes qui rechignent au fond de nous et se contorsionnent dans nos canaux subtils, peut-être que le feu qui monte va embraser la cheminée de nouveau... Un sorbet au citron bergamote ou à la mandarine (oui, je sais, j'en mange depuis Noël) fera descendre les trop-pleins de l'estomac; un peu d'activité physique tonique au réveil, jusqu'à la transpiration, transformera les grognons et gardera la belle énergie qui monte dans le corps; un peu de bière pour ceux qui ne veulent/peuvent pas bouger, et les saveurs acides, piquantes et astringentes réveilleront l'appétit; du triphala avec un peu de ghee le soir pour les grognons les plus lourds, les vraiment très renfrognés... parce que ce mois de février, de fièvres, de sueurs et de rosée, n'est pas comme les autres années: il danse sa valse hésitation entre l'hiver roide et le printemps tendre et amoureux. Cette ébullition qui monte habituellement avec grâce au début de février, sous la neige ou la douceur, se déhanche en gestes saccadés, manifestant la folie du Carnaval, folie/révélation qui durera peut-être toute l'année.