P1000657_-_Copie.JPGCes jours, autour de la nouvelle lune, nous célébrons la Toussaint, tandis que dans le Nord de l'Inde, les hindous fêtent la victoire de Rama sur le démon Ravana, dont l'effigie sera brûlée dans les villages, comme flambe dans la nature le feu accumulé de l'été; mais ils fêteront aussi le retour de Sita, la douce, qui accompagne le retour de la fraîcheur, de la douceur, de la tendresse. Avec Halloween, mais aussi avec, là où quelques traditions ont été préservées, le soir de la St Martin, ou 11 novembre, devenu célébration de la fin d'une guerre charriant son lot de récits horrifiques, les anciens(nes), ou les programmes télé, raconteront toute la nuit aux enfants, et aux plus grands parfois, des histoires terrifiantes, au moment où le froid de l'hiver étend ses premiers doigts glacés sur nos épaules, et où les chaudes journées succédant aux nuits fraîches nous font parfois perdre de vue les terrestres réalités.

Arbousier en fruits et fleurs, jardin des Plantes A la St Martin, on sacrifiait les animaux qui ne passeraient pas l'hiver, ou dont l'entretien serait trop lourd. C'était le temps d'agapes dont la richesse répondait aux ors de l'automne et aux moissons de feuilles promettant un riche printemps. Le gras et le sucré nourrissaient le flamboiement pour éviter que le feu qui monte ne consume la vie même, en plus des nécessaires sacrifices de la saison. On s'offre donc en Inde de nombreuses pâtisseries en se souhaitant une année aussi douce et riche que leur saveur. Après avoir nettoyé toute la maison, en particulier les ouvertures, on y place des bougies, symboles de pureté et de clarté, puis on s'habille de nouveaux vêtements pour commencer une nouvelle année, en espérant que la Déesse visite la maison, attirée par la clarté, la beauté et la pureté. Souvent sur le pas de la porte, on dessine des mandala de fleurs ou de couleur et des traces de pas pour guider les Siens.

P1000668_-_Copie.JPG Voici quelques idées pour profiter de cette fête: les beignets de pâte de lait ou gulab jamun (recette ici), la crème de yaourt (recette ici), les beignets de pâte d'amande au safran (recette dans mon premier livre)...; plus traditionnel chez nous, ce sont les tartes tatin (pomme, poire, coing, endives...), les confits de châtaignes ou de canards, les rillettes d'artichauts (recette dans le tome 1 du "Chant des saisons") ou de chair animale... et quelques photos de la splendeur de cet automne à Paris sous le ciel pur. Moi, en ce moment, je petit-déjeune avec une pomme au four, des sandwichs de mozzarella et roquette, arrosés de vinaigre balsamique, de za'atar et d'huile de noix, et un thé de frêne à l'angélique et à la cannelle.Dahlias sur les quais de Seine
Sur les quais...
Rillettes d'artichaut
Ingrédients : 4 artichauts, ½ coing, ½ bouquet d'aneth, 1 c. à soupe de beurre clarifié, sel, poivre au moulin, 1 feuille de laurier.
Préparation : cuire les artichauts à l'eau et au gros sel, manger les feuilles, ôter le duvet et découvrir le cœur. Placer les cœurs d'artichauts dans une casserole plate où ils ne se couvrent pas, ajouter le beurre clarifié et le laurier, puis le coing en tranches fines. Couvrir d'eau et faire cuire à feu fort jusqu'à évaporation de l'eau et transformation en crème. Saler, poivrer. En pulsant le tout au mixeur, mais pas trop longtemps pour garder une texture grumeleuse, on obtient des rillettes de cœurs d'artichaut. A tartiner sans modération...