fleur de chicorée - manger et boire chaud, et tant mieux si cela fait transpirer, parce que la transpiration est un bon signe de circulation des souffles, et qu'elle est rafraîchissante. En cas de sensation de lourdeur, on peut ajouter des épices et des herbes piquantes ou pénétrantes.

- le matin, rincer doucement le haut de la tête à l'eau fraîche, plusieurs fois d'affilée, tête penchée en arrière comme chez le coiffeur, éventuellement avec une infusion de fleurs adoucissantes (mauve, guimauve, rose trémière, sureau, camomille, bleuet, hamamélis...) dans de l'eau minérale et les yeux ouverts. Ca apaise les maux de têtes, la sensation de chaleur, et redonne de la clarté aux yeux et à l'esprit.
Le soir, presser doucement une éponge trempée dans une bassine d'eau fraîche alternativement sur chaque cheville entre les deux malléoles, les pieds posés sur les bords de la bassine ou au-dessus, aussi longtemps que nécessaire (au moins 10mn). Cela fait redescendre les souffles, apaise des excès de soleil et de chaleur et permet de dormir.

Au bord du ruisseau: reine-des-prés en fleurs et fruits, épis parme de salicaire, et iris dans l'eau - tirer les volets, les persiennes, les stores...du côté où tape le soleil, pour maintenir votre lieu de séjour dans l'ombre comme le terrier protecteur. Mais laisser les fenêtres ouvertes pour permettre la circulation de l'air et humecter régulièrement les rideaux avec des eaux parfumées: l'air en circulant au travers des rideaux humides fera baisser la température intérieure de plusieurs degrés, tout en apportant une douce humidité. Les odeurs de fleurs ou d'herbe apaiseront les souffles et renforceront le sens de l'odorat, nous reliant à la terre. On peut aussi placer des pots de terre cuite non vernissés (genre pot de fleur dont on a bouché le trou) sur le rebord des fenêtres, modeste équivalent de la climatisation des plus anciennes civilisations.

- le matin au lever, s'étirer sans faire d'effort, pour rétablir la circulation des souffles qui a tendance à se figer avec la chaleur, et puiser dans la lumière et la chaleur l'inspiration qui nourrira les prochains mois, tandis que nous sommes trop cuits pour conserver nos fixations habituelles: laisser notre ciel s'ouvrir à l'inconnu dans la lumière.

- si on peut, se lever et se coucher avec le soleil, quitte à faire la sieste. Le soleil est particulièrement doux et agréable à son lever, et le seul auquel on puisse vraiment s'exposer lors des canicules.

- en Espagne, il y a la sangria, en Touraine la chicolle ou le miot qu'on apportait aux moissonneurs: lors des grandes chaleurs, boire un peu de vin sucré dilué à l'eau, avec des fruits frais éventuellement, comme nous le servait ma grand-mère bordelaise quand nous étions petits lors des canicules de 1975 et 1976 (accompagné de tartines grillées frottées à l'ail), comme le vrai pastis de Provence. Cela rétablit une circulation, une transpiration...

-on peut être irrité: gelée à base d'agar-agar, panna cota, orge, orgeat (à base de farine d'orge grillée par cette chaleur, recette ici), purée d'amandes, lin, mauve, guimauve, voire aloe si on est dans un pays de cactus... peuvent procurer une sensation délicieuse de fraîcheur intérieure. On peut même se nourrir d'orgeat.

- pour rafraîchir les yeux, contempler le lointain: levers et couchers de lune ou de soleil, horizon... et le laisser nous sortir de nos sentiers re-battus. Evacuer complètement le travail intellectuel et les écrans sous peine d'aggraver notre colère et notre chaleur interne.

 - en cas de manque d'appétit, trempette dans la piscine, la rivière, la baignoire... d'eau froide de temps en temps, ou douche fraîche. On peut aussi prendre une tisane astringente avant l'heure des repas: thé vert à la menthe pas trop sucré, tisane de myrte, d'absinthe, de reine des prés, d'achillée, de feuilles de noyer, de 4 semences chaudes selon l'endroit où l'on est, ou tartines de chutney de fenugrec (recette ici).

- manger peu à la fois, liquide, parfumé. Préférer les jus (de fruits frais, de légumes, au gingembre frais en l'absence d'angélique fraîche), les bouillons (de céréales, de légumineuses, de légumes...), voire les tisanes... d'aliments rôtis, grillés, puis réhydratés par l'eau (orge, riz...), comme nous. Des jus pour remplacer les nôtres qui s'étiolent. Boire peu à la fois, pour ne pas diluer les sucs digestifs. Consommer du lassi, ou yaourt battu avec de l'eau, ou du lait ribot, surtout en fin de repas, parce que c'est délicieux bien sûr, que ça fait le ventre plat et évite l'émaciation et les problèmes de transits, avec un peu de cumin ou du mélange "4 semences chaudes" et un peu de sel.

DSCF7326.JPG -manger et boire chaud, et tant mieux si cela fait transpirer, parce que la transpiration est un bon signe de circulation des souffles, et qu'elle est rafraîchissante.

Pour les gourmands qui ne manquent pas d'appétit, quand le corps aura évacué l'excès de chaleur impromptu, après le soleil, ce sera le moment des pâtisseries! Des vraies, nourrissantes, onctueuses, à base d'oléagineux, comme on les fait au Moyen-Orient ou au Maghreb, ou encore en Inde, en Grèce, en Géorgie..., qui nourrissent la plénitude et stimulent le feu digestif. Comme aussi ma fameuse tarte aux figues (recette ici). Ce sera aussi le temps des potées de viandes, poissons ou légumes, longuement cuites à petit feu, riches en graisse légères, accompagnées de céréales blanches et onctueuses: couscous, orge grillée, riz grillé... Avant, yaourt battu, pain sec, olives, fruits cuits ou au vin, et un peu de pastis bien dilué, peuvent suffire à réjouir le coeur et l'appétit.