Merveilleuses griotteset les inflammations font rage: la stabilité, la tendresse, la compacité, l'empathie, la réserve, la structure, la lenteur et la douceur... sont des valeurs particulièrement mises à mal en ce moment (surtout à Paris) et leur absence nous rend plus sensibles à tous les changements, dont ceux de température. Une manière de nous rappeler au corps sans doute, à la "nature" dont le virtuel ne nous dédouane pas bien au contraire. Nous n'avons pas régénéré notre fraîcheur intérieure dans le froid de l'hiver, les incertitudes du temps et de l'actualité nous baladent, les causes de trouble s'accumulent, la pleine lune attire les eaux aux sommets ...

Si ça flambe, si la colère gronde, si les humeurs noires nous guettent, on peut:
Fraises des bois - profiter du beau temps pour partir cueillir des cerises dans les vergers (comme ceux des fermes ouvertes à la cueillette autour de Paris): le travail des bras en hauteur a une action rafraîchissante qui fait retomber les souffles et libère les organes.

- manger des framboises, du cassis, des groseilles et de la rhubarbe: oh, c'est de saison!

- se faire une douche des chevilles, quand ça coince, quand la chaleur monte avec le soir, quand on se sent fiévreux, stressé, enragé... ça rafraîchit les reins, fait retomber les souffles, apaise et détend.

Rivière en Ardêche - pratiquer la respiration de l'abeille, en cas de migraine, quand la zone ORL est douloureuse, ou qu'on a l'impression d'être collé au plafond: assis en tailleur ou en lotus, on inspire à fond bouche fermée, puis on bouche les oreilles avec les index et on expire lèvres closes en faisant un son de bourdonnement. Petit à petit, on diffuse la vibration dans tout le corps jusqu'à se sentir léger et frais comme un enfant ou un papillon. En plus, ça fait une belle voix.

- on peut aussi avoir envie de chanter, pratiquer une activité physique de manière modérée mais tonique, s'exposer au soleil pour sécher les tourbes intérieures laissées par les jours de pluie, boire de la bière et transpirer... et goûter enfin la joie, même éphémère, de jours d'été.

- garder dans nos repas une part importante de céréales peu assaisonnées et bien cuites, particulièrement le soir. Leur saveur délicate et douce restaure aussi notre paix.
On peut aussi laisser faire notre corps qui sait éliminer les excès de chaleur interne, et se vider de toute colère...