DSCN7557__800x400_.jpgMoi aussi, j'aime le mois de février. J'aime ce frissonnement que l'on ressent en profondeur, comme la première bulle de l'hydromel mis à fermenter à la Chandeleur remontant à la surface. Rien n'a encore changé, sous la neige, la pluie ou le soleil, mais quelque chose dans l'allongement des jours fait frémir la vie réfugiée dans les racines, l'idée d'une éclosion, d'une percée, un dessin qui prend forme, le projet d'un épanouissement à la lumière du soleil qui transpire doucement en brume et en rosée, fermente et mousse intérieurement.
DSCN7571__800x600_.jpg En Touraine, la végétation prend cette coloration irréelle dominée par l'anis phosphorescent des mousses qui couvrent les troncs, l'or vert des boules de gui, l'orangé des branches de saules nues, et le rougeoiement des premiers bourgeons. Elle nimbe la Loire de magie serpentine dans les brumes matinales, et on y sent la trace des Mélusine et autres êtres mouvants à la croisée des mondes. En Gruyère, la neige a beau être retombée, la lumière a changé, une aube entoure les arbres et la terre d'un halo, promesse de vie à venir.
Février, mois des fièvres.
Hellébores du jardin Le Vivant s'est saturé, avec la descente du soleil vers le Sud, de froid et d'immobilité, de réserve et de stabilité, de nuit et de féminité. La goutte de lumière révélée avec le divin enfant dans les tréfonds et les très-bas de l'hiver commence son oeuvre encore toute intérieure. Avec la Chandeleur, la fête de la purification de la Vierge, Terre mère Brigit, ancienne fête mystérieuse d'Imbolc, on est sur le fil du basculement vers la manifestation. c'est l'aube de l'année, avec sa pureté et sa joie montante. Cette année, l'attrait vers la manifestation est impérieux, violent.

"Que Brigide,la vierge et la bonne,
Brigide notre flambeau et notre soleil
Brigide, la rayonnante et l'invisible,
Nous conduise au Royaume éternel." Colum Cill (VIème s.)

Il peut rendre tant de transformations nécessaires que la grippe nous plaque au lit pour une mise à jour complète et sans concession. Pour passer ce moment plus en douceur, si c'est possible, on peut être attentif à la stimulation du souffle du bas: bains de pieds aux graines de moutarde le soir au couchant, ou au gros sel, verres de lait chaud avant le sommeil, DSCF8005__800x533_.jpgadoucissants comme la guimauve qui permet de préserver l'équilibre des liquides ou la tarte au citron ou les écorces d'agrumes (cédrat, orange amère, citron bergamote...) confits au miel et au beurre clarifié ou les compotes de fruits pectoraux (dattes, raisins secs, figues, jujubes) ou laxatifs (pruneaux), transpiration accompagnant la transpiration de la terre, bière ou hydromel en cours de fermentation (en quantité modérée) au lever avant l'exercice physique, ensemençant le corps de transformation et de rosée...
Dans la médecine ayurvédique, on sert des boissons fermentées au printemps, sortes de bières ou de limonade, mais qui ne contiennent ni orge ni houblon. Si notre bière actuelle, anaphrodisiaque pour les hommes, aphrodisiaque pour les femmes, en paraît très éloignée, c'est que nous avons oublié les bières du Moyen-Age dans la composition desquelles rentraient toutes sortes d'herbes médicinales, et dont on vantait les vertus soit céphaliques, soit analgésiques, soit... DSCF7988__532x800_.jpgsuivant les herbes qui l'aromatisaient. Les anglais qui n'ont pas de vigne, ont mieux conservé, quant à eux, la tradition des bières (ale) et des vins de plantes ou de fleurs, dont la plus populaire reste le ginger ale, une fermentation tonique de miel et de gingembre à laquelle on ajoute du citron. Les propriétés médicinales de l'eau gazeuse furent quant à elles à l'origine de la création par un horloger suisse, m. Schweppes, d'une société bien connue.
L'hiver n'ayant été que peu froid, on peut avoir besoin de créer ces réserves que le froid ne nous a pas incité à faire: porridges émollients, risotto d'orge, orge au lait, panna cotta... Toutes ces préparations onctueuses et tendres qui stabilisent les élans et les nourrissent. Une activité ancrée dans les cuisses (ski, roller, chi qong...), les massages quotidiens également, avec les étirements . Mais point encore d'activité physique trop tonique.
Le rythme du Vivant est encore modeste, hésitant, comme le chant des oiseaux. Avec l'allongement des jours, on peut dormir moins, un peu moins. Le Carême a commencé, quasi en même temps que la nouvelle année chinoise et tibétaine cette année. et pourtant il me semble cette année que les austérités peuvent attendre encore un peu,même si les premières fleurs -ficaire, violette, pissenlit, lamier, perce-neige, et les étoiles des prunus...-violettes_spontanees_du_jardin.JPG sont sorties, apposant leurs timides touches de couleur sur la pâleur de l'hiver finissant. Les saveurs dominantes sont l'acide, le doux et le salé. Les textures sont frémissantes, mousseuses, pétillantes, en transformation, douces, émollientes, tendres, en gelée, craquantes en contrepoint. Donc point de fromage à pâte cuite, de fruits secs non réhydratés, de charcuterie... sauf si on est dans les hauteurs enneigées.
Propositions de menus:
Petits-déjeûners: hydromel, porridge d'orge ou de blé noir aux fruits secs, compote de pruneaux aux écorces de citron bergamote, infusion de sureau; pain au lait aux raisins secs et à la fleur d'oranger, tranches de citron confites au beurre et au miel, infusion d'angélique fraîche; pancakes, sirop de bourgeons de pins, beurre fondu, noix concassées, citron chaud au miel; tartines au beurre et à la compote de cédrat corse, jus de carottes et mandarine.
 Déjeûners: pesto d'avocat et feuilles de violettes sur pain grillé, pounti, tarte au citron bergamote; pesto de cardamine des prés ou de cresson, risotto d'orge aux poireaux, soupette de pois cassés, tiramisu; pesto de persil, galettes d'épeautre, chouée (feuilles de chou-rave très doucement fondues dans le beurre), compote de fruits secs et panna cotta au lait d'amandes.
Dîners: soupe de haricots secs aux carottes, ou minestrone; soupe de pois cassés au citron; soupe au chou.
Une petite recette tourangelle: le confit de pruneaux au Vouvray
Verser la bouteille de Vouvray dans une casserole avec 1/2 tasse de sucre blond, de la vanille, de la muscade, un zeste de citron. Cuire 20mn, filtrer et remettre à bouillir. Ajouter 1 livre de pruneaux trempés 1h. Couvrir et réduire. Mettre au frais pour 3 jours. Servir avec de la crème Chantilly, un Fontainebleau...
Variante: Faire une infusion de vanille, sucrer, ajouter du gingembre frais et du zeste de citron gratté à la mandoline. Filtrer et faire cuire les pruneaux couverts du liquide.

"Bientôt sera fait échec à l'hiver ;
Jonquilles Bientôt se délaceront fondront les ligatures glacées — Encore un peu,
L'air, la terre, la vague seront inondées de douceur par la nature épanouie
— mille formes apparaîtront
Aux mottes de terre sourdes, aux courants d'air montés comme du fond des caveaux.
Tes yeux tes oreilles — tes meilleurs attributs —
tout ce qui prend connaissance de la beauté de la Nature,
S'éveilleront, s'empliront. Tu percevras les spectacles simples,
les miracles délicats de la Terre,
Le pissenlit, le trèfle, l'herbe émeraude, les parfums les fleurs précoces,
L'arbousier sous la semelle, le vert jaune du saule pleureur, le prunier le cerisier en fleurs ;
Avec eux le rouge-gorge, l'alouette la grive, chanteront leurs chants
— le rouge-gorge aux ailes vives ;
Tous les spectacles que la pièce annuelle rejoue."
Poème extrait de "Feuilles d'herbes" de Walt Withman (trad. Jacques Darras).
Printemps des poètes du 7 au 22 mars 2015 à Tours, cité par "Lire au jardin" sur sa feuille mensuelle.