salade menthe et soucisdéjeûner d'été
Une salade avec les cadeaux du jardin de mon amie Nathalie: menthe et mélisse fraîches, fleurs de soucis, un ajoût de tomate, jus de citron, sel, mmm... dans une assiette de riz rouge et de potée de courgettes et petits pois.
Suggestions de menus à venir.
J'ai un peu tardé à écrire ce billet, la faute à mon déménagement. pourtant, l'été est là depuis longtemps, un été chaud annoncé par les floraisons précoces et intenses de ce printemps, par quelques bonnes herbes coutumières des mois de juillet et même août, les blés mûris déjà...
Beaucoup de chaleur et de sécheresse donc. Les souffles s'envolent, le feu digestif est faible, on perd le contact avec la terre et l'humanité des émotions,, on peut rêver très loin, emporté par le vent, devenir une flêche souple ou rigide, se fondre dans les clartés et les espaces ouverts...et se rappeler combien la tendresse et la douceur de nos gestes, de nos paroles, de nos proches, ont un effet salvateur. Il est bien temps de changer de régime de vie.
Abandonner avant tout les efforts physiques violents: course à pied, vélo, tennis...C'est le temps de la lenteur. Les postures de yoga gagnent à être pratiquées dans la recherche de la grâce, tenues plus longtemps, dans une présence au corps qui mène à la sérénité. Marcher en forêt, les pieds baignant parfois dans les ruisseaux, apaisé par la lumière ruisselant sur les feuilles, dans les odeurs humides, le parfum des fleurs et des essences aromatiques. Contempler la beauté, celle de nos enfants, des visages aimés, du déploiement de la nature fructifiante...
La maison peut être tendue de voiles humides, parfumés d'essences rafraîchissantes: moi, je vaporise périodiquement mes rideaux de coton avec des eaux parfumées à la fleur d'oranger, à la rose, au vétiver...Cela fait baisser notablement la température de la pièce et apaise les souffles. Les chevilles peuvent être baignées avant de dormir avec de l'eau fraîche: une éponge humide essorée sur la malléole fait descendre la fièvre qui monte avec le soir et attendrit les esprit échauffés. De même, le massage des pieds entre amoureux ou membres de la famille. Des pétales de fleurs répandus sur le lit peuvent transmettre leur pulpe et leur fraîcheur au dormeur. Les massages complets à l'huile, suivis d'une douche tiède, apportent détente et présence au corps et à la vie. Tout cela si on n'est pas proche de la mer ou d'une rivière, ou d'une piscine salée.
Le béton, l'ordinateur, la télévision, les jeux vidéo...Tout cela est à éviter de préférence.
Comme chaque année, l'esprit exalté va cueillir sa lumière aux montées éblouies du solstice, tandis que tout autour, les graminées élancées à hauteur d'homme, les insectes multipliés, et les pollens échangent, bourdonnent et batifolent. Temps de l'esprit qui prépare sa graine, temps de l'échange, de l'activité incessante et légère.
La nourriture gagne à être rafraîchissante en énergie: concombre, lassis bienfaisants, soupes apéritives au cumin, courgettes, groseilles et framboises déjà mûres, pêches au vin...C'est le temps de l'orgeat aux amandes fraîches, des compotes de rhubarbe, de l'artichaut cru, des asperges, des noix vertes bien astringentes qui réveillent l'appétit macérées dans le vin, des pestos de mélisse et de menthe...Les saveurs dominante sont le doux, l'amer et l'astringent, mais il est temps de manger onctueux ou gras à nouveau, pour conserver sa pulpe et sa douceur. On peut attendre pour manger que la fraîcheur soit revenue: tôt le matin et tard le soir, et de petits repas dans la journée. Il n'est vraiment pas temps de faire un régime...mais plutôt de manger pâtisseries et plats parfumés, liquides, onctueux, savoureux.
Si le feu digestif est affaibli, l'art de la cuisinière y pallie par la présence d'épices dosées avec sagesse. Les crucifères peuvent aider au relâchement de la pression vers le haut: moutarde noire, raifort, cresson...en cas de conjonctivite, maux de tête, problèmes ORL dûs à la chaleur, sans échauffer le foie. La rhubarbe, la réglisse, la mauve, la bardane, la guimauve, l'orge...les huiles et le ghee aident à enraciner les élans sans tension.
Et, comme la pluie tombe plus volontiers sur les forêts, si nous gagnons en fraîcheur et en douceur, la pluie viendra peut-être bénir nos élans...