Tandis que le vent du Nord nous inonde de souffle et d'énergie pure et fraîche, avec le soleil retrouvé, dont les ors éclairent toujours plus bas les racines et les cachettes, il est possible que certains d'entre nous peinent à suivre la danse endiablée des températures: maux de têtes ou de cheveux, constipation, "rhume" dont les antibiotiques ne débarrassent pas, rougeur des yeux, difficultés au réveil...Les deux jours de soudaine douceur ont ajouté de l'irritation, et la colère résonne parfois dans les maisons.
sous-bois hivernal dans les Alpilleschênes sur le chemin du plateau de la Caume La mauve, si présente sur les chemins à cette époque reculée de l'année, l'annonçait bien.
Mauve donc, mâche, beignets de bourrache, orge grillée, pain grillé et toutes céréales rôties, soupe de carottes et céleri à la crème fraîche, gâteau de carottes au lait (recette dans mon livre), poêlée de poireaux, mais aussi endives braisées, topinambours sautés aux pommes, compote de pommes ou de coings, gruau d'orge au lait, réglisse, mélasse de grenade, kakis, crucifères...et véritable pain d'épice (miel et seigle, sans sucre ni gras), aliment remède par excellence de ces jours suivant la St Nicolas (6 décembre), jusqu'à ce que la course du soleil revienne vers le Nord.
On peut prendre une cuillerée d'huile d'amande douce ou d'olive au réveil.
Pour le nez irrité, deux ou trois gouttes d'huile d'amande au réveil. Et mâchonner quelques gommes à la réglisse, qui tirent la pituite du nez.
Pour fluidifier les secrétions, cataplasmes de miel et de feuille de chou écrasées au rouleau: sur le cou pour les angines, sur la poitrine et entre les omoplates pour les bronches, sur les poignets douloureux. Boissons et pâtisseries à base de l'un des quatre fruits pectoraux -jujubes, figues, raisins secs et dattes- seront également bienvenus: riz aux dattes, sirop de figue, dundee cake, panettone aux fruits confits, riz sucré au safran et aux raisins secs(recette dans mon livre), korma de fruits secs à la crème, cake aux fruits secs. Ou les utiliser comme sucrants dans les préparations... Les articulations douloureuses ou rigides pourront bénéficier de frictions d'huile de cade très diluée. Le maintien d'une certaine humidité dans l'atmosphère de la maison peut aussi être très important: casserole d'eau chaude, bain,
Un peu de poudre de fenugrec saupoudrée sur les plats chauds aide à garder l'ancrage et l'appétit. L'usage de la cardamome noire aussi. Un bon mélange pour les périodes de changement brutal: clou de girofle, cardamome noire, fenugrec, rôtis à sec et pilés. C'est le dhansak masala.
Le genévrier et l'angélique peuvent permettre de réveiller des fonctions étourdies par la brutalité des variations de temps. De même que les postures de yoga inversées, à pratiquer à jeûn, et toutes les pratiques d'énergie interne.
Il est particulièrement important, comme souvent en Provence, de surveiller que la transpiration continue de se faire. On peut la soutenir au besoin, si on ne pratique pas assez d'activité physique, par des tisanes de sureau, voire de lait et de sureau le soir. C'est la saison des préparations alcoolisées (faiblement) de plantes médicinales bues à jeûn le matin, équivalent de l'armagnac dans la soupe de mon grand-père, ou de la bière matinale de mon vieux maître de Taï Chi. Vous pouvez aussi utiliser une cuillerée de vin de noix, du pastis (du vrai, sucré à la réglisse, et aux nombreuses plantes macérées) dilué, du vin d'orange, de l'hydromel...
Puis, si le temps se maintient, tout sera permis comme il est d'usage en hiver.
Samedi, j'ai découvert le Diwali provençal: la fête de l'Immaculée Conception (8 décembre normalement), qui donne lieu à la fête des lumières de Lyon et, à St Rémy de Provence, à un échange de cadeaux chez les commerçants ouverts exceptionnellement tard le soir, aux vitrines illuminées. Raviver la flamme de vie...