Le temps change avec la lune,
et la nouvelle lune du matin du 6 novembre nous a laissé un nuage de brume matinale, bien familier de ce mois de Brumaire, et se mariant à l'esprit de Toussaint.
L'un de mes professeurs, Philippe Cougnot, avait attiré notre attention sur la coïncidence entre les passages de la Terre dans les queues de comète et les jeûnes rituels. En novembre, c'est de l'ammoniaque qui rentre dans l'atmosphère, provoquant ces brusques refroidissements caractéristiques, et raison aussi peut-être de la fête de la lumière, puisque les feux allumés en purifient l'air. Ce serait aussi la raison, le passage dans une queue de comète fortement chargée en ammoniaque, de la présence d'herbe dans l'estomac de certains mammouths retrouvés congelés.
Quoiqu'il en soit, il conviendrait de réduire sa consommation de produits animaux, viande rouge en particulier, pendant quelques temps. On peut avoir besoin de se baigner pour transpirer et chasser le froid humide et envahissant. Il n'est pas encore temps de faire d'intenses pratiques physiques, mais bientôt. Les postures de yoga commencent à se pratiquer debout. Le massage à l'huile le matin réchauffe le corps, ainsi que les frictions d'eau de Cologne ou de farine de pois chiches. Le feu de la cheminée comble le manque de lumière et de chaleur, l'odeur du bois brûlé exhalant un parfum soudain exquis. Sinon, bâton d'encens et flamme de la bougie. Premières décompositions de feuilles dehors, premiers pains levés dedans. Et à nouveau des soupes et des nourritures liquides en relation avec la présence de l'eau dehors. Chez nous, douceur de nuages de crème Chantilly pour répondre à la brume. Les sèves se concentrent avant le retrait vers les racines: extraits de réglisse et de genévrier.
Jeune cade préparant ses baies pour l'année prochainefeuilles mortes comme des restes de cotillonsfleur de ciste
Le romarin, le genévrier cade et le calament rayonnent sur les chemins: ce sont eux qui accompagneront nos plats ou nos vadrouilles avec bonheur pendant quelques temps. En Provence, dès le début de l'hiver, on donnait aux enfants pour le goûter des tartines de crème fraîche (ou de fromage blanc) et d'extrait de genévrier, qui avaient la réputation de leur donner l'esprit clair, de les protéger contre les maladies et le froid de l'hiver, et de renforcer leur corps.
Quelques exemples de menu:
-Petit-déjeûner: pain d'épeautre grillé, compote de coings au safran, ghee/ tarte sablée, crème chantilly (oui, j'adore ça quand il pleut!) aux fleurs de romarin, infusion au safran/ porridge, thé au lait sucré à la réglisse/pain d'épices, Fontainebleau, infusion de romarin...
-Croquettes de semoule d'orge au parmesan, soupe de panais et carottes au romarin et au genévrier, ghee / Poêlée d'épinards, risotto d'orge aux poireaux, tomates confites/patates douces rôties, pesto de persil ou de roquette, ghee, soupe de lentilles vertes/ soupe de lentilles, carottes et céleri, purée de pommes de terre au beurre clarifié/ Soupe de lentilles corail au cumin, poêlée de fenouil au sésame et au romarin, pain de seigle ou d'épeautre...
Les matins brumeux, brillants de rosée, nous enveloppent d'une atmosphère irréelle, vent de magie, peut-être dangereuse -qui sait?- selon le songe qui fera surgir une autre réalité hors du brouillard ou sur les gouttelettes miroitantes. Cocon de coton où rêver et rencontrer nos désirs pour traverser la dormition de l'hiver. Jeûne de la pensée aussi. Temps de prendre soin de ses désirs, de ses rêves, de materner avec délicatesse les bourgeons délaissés de nos espoirs profonds pour ensemencer le terreau de l'année future, et de se couper de la rengaine du monde: images, "nouvelles", radio..."Stopper-le-monde", selon une expression du Don Juan de Castaneda.
Anciennement, fin de l'année agricole à la St Martin toute proche (11/11), ou début de l'hiver (le 6/11). Bilan de l'année et nettoyage des canaux. Les grandes veillées commençaient alors dans les granges où, à la faveur de la nuit étendant son domaine, on se racontait des histoires. Rêvons ensemble, dans la chaleur de l'amitié, nos désirs et nos espoirs...