C'est le modèle de la Gulab Jamun, une pâtisserie indienne particulièrement connue.
Quand? Pendant les pluies de fin d'été, en hiver pour les grands froids
Ça fait quoi? Ca rend bondissant et ferme, ça redonne la plénitude et le frémissement de la vie.
Ingrédients: le caillé d'un litre de lait, le khoa d'un litre de lait, 2 tasses de beurre clarifié, 2 c. à soupe de farine (optionnel), 1 tasse de sucre, 1 tasse d'eau, eau de rose, ¼ de c. à café de pistils de safran, pistaches crues émincées. Pour environ 12 pièces.
Préparation: Mixer le khoa encore tiède avec le caillé. Incorporer la farine si on l'utilise.
Façonner 12 boules de la mixture.
Préparer le sirop: chauffer le sucre et l'eau à feu doux jusqu'à dissolution du sucre puis à feu moyen pour obtenir un sirop. Dans 1 c. à soupe d'eau chaude, faire dissoudre le safran. Ajouter avec l'eau de rose au sirop.
Faire chauffer le ghee jusqu'au point où une goutte d'eau tombée dedans grésille. Ajouter les gulab jamun et laisser prendre une belle couleur dorée foncée.
Sortir les boules et égoutter l'excédent de beurre sur un linge avant de plonger dans le sirop.
Servir chaud par deux ou trois avec un peu de sirop.
Avec l'habitude, on peut se passer de farine, sans que les boules ne se décomposent à la friture. La préparation est plus aérée et gagne en légèreté.
Personnellement, je préfère même la recette sans khoa ni farine.