Le paradis c'est ici ! - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 2 septembre 2015

Un petit coup de frais, de tendre et de doux: recettes

DSCF5575.JPGLes températures ont fraîchi et il reste à peine quelques jours pour cueillir les feuilles de pêcher nécessaire au rinquinquin. Quand on veut qu'il vieillisse bien, on les cueille après le 15 août et la récolte des pêches... On en met deux poignées, après les avoir essuyées, dans un litre de bon rosé de Provence, avec 1/2 tasse de sucre blond ou 3 cuillerées à soupe de miel de lavande, et on laisse macérer deux semaines. Comme les fleurs et les fruits, les feuilles ont des propriétés laxatives et adoucissantes. Au moment où la fraîcheur naissante permet au corps de relâcher les souffles et la chaleur accumulés pendant l'été, la pêche infuse sa douceur dans notre corps. A déguster à jeûn le matin par temps frais et humide, quand on a du mal à se réveiller, ou dilué, avec des feuilles de menthe et des pêches macérées en morceaux, par un après-midi radieux d'été indien qui emporte le coeur dans l'immensité.
On peut aussi faire provision de bsissa, comme déjà évoqué. Faire rôtir 300g d'orge dans une poêle à feu doux jusqu'à une belle couleur marron. Puis, faire de même avec 100g de pois chiches et 1 c. à soupe de graines de lin. Eteindre le feu et placer dans la poêle chaude 50g de graines d'anis vert, 50g de graines de fenouil, et 50g de graines de coriandre. Passer le tout au moulin pour obtenir de la farine. Mêler la farine obtenue avec 100g d'un mélange de fruits secs locaux (noix, noisettes, raisins, pommes, épine-vinette, amandes...) et repasser au moulin.
A consommer cuite dans le lait ou le bouillon pour être bien nourrissante par temps frais et humide, avec éventuellement du miel ou de la mélasse de raisin ou de pommes, en petit-déjeuner quotidien; pétrie avec du beurre clarifié et du miel, découpée en losanges luisants, et croquée comme un gâteau avec un thé ou une tisane pour être stimulante et énergétisante, par temps ou climat sec et chaud, lors de voyages ou de randonnées; cuite avec un peu d'eau ou de bouillon, et salée... Elle peut aussi constituer la base d'une mono-diète purifiante et délicieuse, avec un peu de poivre, qui permettra de relâcher chaleur et sécheresse de l'été sans excès de flamboiement, pendant les derniers jours de rétrogradation de Vénus (jusqu'au 6 septembre).

mardi 1 septembre 2015

"La Voie Lactée" disponible en version e-book

Ci-joint dans la colonne de droite, en bas, le lien pour acheter l'e-book, vous offrir ses textes et ses photos, et contribuer à financer mon travail ,si vous l'appréciez.
Vous pouvez aussi copier-coller cette adresse:

http://www.editions-assa.fr/contents/fr/d206.html

et vive le lait!

mercredi 19 août 2015

Chronique sur France Bleu Touraine

C'est officiel, Isabelle Dorso, de France Bleu Touraine, m'a invitée à faire une chronique bien-être de 2 mn diffusée tous les mardis de septembre à 8h40. C'est chouette et c'est disponible en podcast!

Et, après un été riche en spams, je prends le risque de réactiver les commentaires.

vendredi 7 août 2015

Sous les étoiles filantes

Souvenir du QueyrasAstringent, acide et anti-oxydant, très riche en vitamines, le verjus est ce qu'il y a de plus proche au goût de l'amla, remède très utilisé de l'Ayurveda, même si ses qualités de lourdeur et d'onctuosité le rendent tout de même différent. Il contribue à régénérer les phénomènes de chaleur interne, et à apaiser les souffles.
Quand? Sur le versant des orages d'été, quand St Laurent pleure ses larmes d'étoiles filantes dans le ciel (au moment où la Terre traverse le nuage des Perséides: entre fin juillet et mi-août), quand on est déjà fatigué par la rentrée à venir, quand sécheresse et dureté dominent, quand la chaleur a amené un certain épuisement des forces.
Ça fait quoi? Ça rend tendre, comme les viandes avec lesquels il est cuit dans certaines recettes anciennes (présent dans presque la moitié des recettes du premier "Viandier" de Taillevent), ça redonne la joie et le tonus, à temps pour la Rentrée, ça rend juteux et pulpeux, ça rafraîchit, ça chasse les colères et débloque les souffles.
Cueillette dans une prairie fleurie de montagne Ingrédients: grappes de raisins vert, eau, sucre ou sel si on veut.
Préparation: égrener les grappes. Placer les grains dans une casserole en inox, couvrir à peine d'eau et laisser bouillir doucement 30mn. Filtrer, saler éventuellement, et embouteiller. Pas besoin de le conserver au frais. Écumer de temps en temps. Le plus prisé était blanc, quand l'écumage avait achevé de le clarifier. Si on veut, on peut en faire un sirop en ajoutant du sucre.
Autre méthode: presser les grains au pressoir, pas à la centrifugeuse. Saler et consommer.
Comment l'utiliser:
Mélilot jaune et épilobe en épi - frais, en limonade, avec un peu de miel et d'eau
- pour monter une mayonnaise sans oeufs, avec juste de l'huile et de la moutarde
- pour attendrir une viande, ou un poisson, dans l'eau de cuisson
- en alternative de l'omni-présente tomate, comme acidifiant dans les plats, de même que le coulis de prunes sauvages ou les pruneaux
- en vinaigrette, ou comme base de sauces
- en marinades attendrissantes
La pluie arrive... ou est arrivée. Toute dureté s'amollit sous sa douceur de mousson. Temps pour l'eau fraîche et la paresse, la couette et les gâteaux, une certaine mélancolie aussi, qui nourrissent le renouvellement de la tendresse, tandis que la terre et nos corps sourient de toutes leurs ouvertures à l'eau et aux étoiles qui tombent. Le soleil a entamé sa redescente, avec notre en-thous-iasme, et les blondes prairies fauchées, les fruits mûrs, les plantes annuelles séchées..., les premières feuilles mortes. Les promesses et les élans du printemps et de l'été ont porté leurs fruits, ou se sont asséchés par manque d'enracinement, l'inspiration du solstice va nourrir la descente progressive vers les très-bas, à laquelle les rituels des moissons rendaient la joie.
Comme les nuages s'accumulent dans le ciel, les doshas s'accumulent dans le corps et libèrent avec la pluie les excès d'humeur. S'ils ne peuvent le faire, on peut observer une catarrhe des organes, ou un certain découragement, provisoire, que des substances astringentes comme l'achillée, la feuille de frêne, de noyer... et les aromatiques aideront à passer si nécessaire. C'est le moment de l'année où le corps est le plus faible, la diminution des liquides entravant les éliminations. Pluie d'étoiles filantesBesoin de nettoyer l'engorgement par le nettoyage quotidien de la langue pour une belle voix, du nez avec de l'eau salée qui adoucira une éventuelle irritation des yeux et liquéfiera les excrétions, des oreilles peut-êtres irritées, et du système digestif avec des nourritures digestes et chaudes, des céréales vieilles, des soupes de légumineuses, ou éventuellement la pratique de shanka prakshalana sous la direction d'une personne compétente. Cet été nous a emmené dans les hauteurs, avec ses températures élevées souvent alliées à des nuits fraîches, aussi le temps est venu de retrouver la présence, à travers des préparations onctueuses, sans trop de fermentations (type pain, galette...). Les préparations de céréales qui ne fermentent pas sont à privilégier: maïs avant la nouvelle récolte, orge rôtie, riz grillé, semoule...
Temps d'utiliser les solanacées que sont tomates, poivrons, aubergines et pommes de terre. Le miel à la nature chaude et sèche est bienvenu avec la nourriture, également un peu de vin vieux ou aromatisé (hypocras, vin de noix, de feuilles de pêcher, d'épine, de violette...) avant les repas, et la joie contenue dans les substances aromatiques largement présentes en ce moment colore les plats: graines d'ombellifères telles que fenouil, carvi, anis, plantes aromatiques comme la menthe, le calament, l'origan, l'angélique... mais aussi le laurier qui chasse les vents dans toutes les préparations.
Angélique sylvestre Les fruits pulpeux nourrissent les jus et la chair du corps, tout en purgeant des excès: prunes sauvages ou cultivées, baies de sureau, mûres, pêches, premières poires et pommes, raisin primeur... Si c'est jour de soleil, on peut en manger en quantité le matin à jeûn. Ce sera bientôt le moment d'une éventuelle cure de raisin local (pas de muscat en Touraine!) dont la lourdeur et l'onctuosité nourriront les tissus asséchés.
Si la chaleur monte excessivement dans le haut du corps, on peut prendre des bains de pied chauds avec deux bonnes cuillerées à soupe de gros sel par temps frais uniquement, ou faire couler au godet ou à l'éponge un peu d'eau froide sur chaque épaule en alternance, au soir tombant, quand la chaleur de la journée se manifeste avec la tiédeur de la nuit. Si la température descend, les bains tièdes suivis de frictions du corps -à la serviette, au gant de crin ou de hammam- peuvent chasser la sensation de lourdeur et de déprime, et faire circuler ce qui stagne. Aux parfums qui montent avec la pluie répondent ceux dont on peut voiler son corps et ceux qui s'échappent des armoires pleines aux sachets de lavande, d'aspérule, de calamus, d'iris... nouvellement cousus. Une fois lavés, frottés, parfumés, on peut se mettre aux pratiques internes qui permettront d'accumuler de la force, de la chaleur, et de l'ancrage.
Benoîte de montagne Propositions de menus:
Petits-déjeuners: une cuillerée de vin de noix, reines-claudes, porridge d'orge grillée aux fruits secs ou bsissa; pêches au vin de pêcher, Fontainebleau (recette ici) à l'angélique, infusion de feuilles de frêne ou tisane d'achillée; tartines grillées, lait à la guimauve et à la fleur d'oranger, confiture de noix vertes; panini végétarien et soupe de légumineuse au basilic et à la coriandre.
Déjeuners: riz grillé aux baies d'épine-vinette (en vente sur internet uniquement, ou issues de cueillette), salade de tomates et basilic au verjus, poêlée de verdure; taboulé de boulgour d'orge, persil et menthe, compotée épicée d'abricots, feuilles de vignes farcies, bouillon de légumes aux épices; salade "feuille de chêne" aux herbes fraîches, tian de légumes, losanges de polenta grillée à l'origan et aux écorces d'orange, coulis de prunes à la cannelle.
Goûters: tatin de poires au gingembre; panna cota et coulis à la liqueur; feuilleté de figues; bradj, véritable pâte de guimauve (à la racine de guimauve!); confit de lentilles vertes.
Dîners: soupe de lentilles et légumes aux pruneaux, riz vieux; salade feuille de chêne aux herbes du jardin, bouillon de légumes épicé au beurre clarifié et au verjus, riz sauvage; figues au four farcies au fromage, pourpier, pain d'orge, soupe de pâtisson et courgettes; soupe de pourpier au verjus,

dimanche 28 juin 2015

Rappels de conseils pour la canicule

Rivière en Ardêche-le matin, rincer doucement le haut de la tête à l'eau fraîche, plusieurs fois d'affilée, tête penchée en arrière comme chez le coiffeur, éventuellement avec une infusion de fleurs adoucissantes (mauve, guimauve, rose trémière, sureau, camomille...) dans de l'eau minérale et les yeux ouverts. Ca apaise les maux de têtes, la sensation de chaleur, et redonne de la clarté aux yeux et à l'esprit.
Le soir, presser doucement de l'eau fraîche alternativement sur chaque cheville entre les deux malléoles, aussi longtemps que nécessaire (au moins 10mn). Cela fait redescendre les souffles, apaise des excès de soleil et de chaleur et permet de dormir.

chandelier de bouillon-blanc -tirer les volets, les persiennes, les stores... pour maintenir votre lieu de séjour dans l'ombre comme le terrier protecteur. Mais laisser les fenêtres ouvertes pour permettre la circulation de l'air. Humecter régulièrement les rideaux avec des eaux parfumées: l'air en circulant au travers des rideaux humides fera baisser la température intérieure de plusieurs degrés, tout en apportant une douce humidité. Les odeurs de fleurs ou d'herbe apaiseront les souffles et renforceront le sens de l'odorat, nous reliant à la terre. On peut aussi placer des pots de terre cuite non vernissés (genre pot de fleur dont on a bouché le trou) sur le rebord des fenêtres, modeste équivalent de la climatisation des plus anciennes civilisations.

-le matin au lever, s'étirer sans faire d'effort, pour rétablir la circulation des souffles qui a tendance à se figer avec la chaleur, et puiser dans la lumière et la chaleur l'inspiration qui nourrira les prochains mois, tandis que nous sommes trop cuits pour conserver nos fixations habituelles: laisser notre ciel s'ouvrir à l'inconnu dans la lumière.

-si on peut, se lever et se coucher avec le soleil, quitte à faire la sieste. Le soleil est particulièrement doux et agréable à son lever, et le seul auquel on puisse vraiment s'exposer lors des canicules.

Fraises des bois -en Espagne, il y a la sangria, en Touraine la chicolle ou le miot qu'on apportait aux moissonneurs: lors des grandes chaleurs, boire un peu de vin sucré dilué à l'eau, avec des fruits frais éventuellement, comme nous le servait ma grand-mère bordelaise quand nous étions petits lors des canicules de 1975 et 1976 (accompagné de tartines grillées frottées à l'ail), comme le vrai pastis de Provence. Cela rétablit une circulation, une transpiration...

-on peut être irrité: gelée à base d'agar-agar, panna cota, orge, orgeat (à base de farine d'orge grillée par cette chaleur, recette ici), purée d'amandes, lin, mauve, guimauve, voire aloe si on est dans un pays de cactus... peuvent procurer une sensation délicieuse de fraîcheur intérieure. On peut même se nourrir d'orgeat.

-pour rafraîchir les yeux, contempler le lointain: levers et couchers de lune ou de soleil, horizon...

-en cas de manque d'appétit, trempette dans la piscine, la rivière, la baignoire... d'eau froide de temps en temps, ou douche fraîche. On peut aussi prendre une tisane astringente avant l'heure des repas: thé vert à la menthe pas trop sucré, tisane de myrte, d'absinthe, de reine des prés, d'achillée, de feuilles de noyer, de 4 semences chaudes selon l'endroit où l'on est, ou tartines de chutney de fenugrec (recette ici).

Clématite vitalba -manger peu à la fois, liquide, parfumé. Préférer les jus (de fruits frais, de légumes, au gingembre frais en l'absence d'angélique fraîche), les bouillons (de céréales, de légumineuses, de légumes...), voire les tisanes... d'aliments rôtis, grillés, puis réhydratés par l'eau, comme nous. Des jus pour remplacer les nôtres qui s'étiolent. Boire peu à la fois, pour ne pas diluer les sucs digestifs. Consommer du lassi, ou yaourt battu avec de l'eau, ou du lait ribot, surtout en fin de repas, parce que c'est délicieux bien sûr, que ça fait le ventre plat et évite l'émaciation et les problèmes de transits, avec un peu de cumin ou du mélange "4 semences chaudes" et un peu de sel.

-manger et boire chaud, et tant mieux si cela fait transpirer, parce que la transpiration est un bon signe de circulation des souffles, et qu'elle est rafraîchissante.

-s'exposer aux rayons de la lune

Les souffles s'apaisent avec le lait du soir avant le coucher, la tendresse salvatrice des proches, la contemplation des joues rondes de la lune, les nourritures fraîches en énergie.

Une petite humaine dans l'eau et la lumière Pour les gourmands, quand le corps aura évacué l'excès de chaleur impromptu, ce sera le moment des pâtisseries! Des vraies, nourrissantes, onctueuses, à base d'oléagineux, comme on les fait au Moyen-Orient ou au Maghreb, ou encore en Inde, en Grèce, en Géorgie..., qui nourrissent la plénitude et stimulent le feu digestif. Ce sera aussi le temps des potées de viandes, poissons ou légumes, longuement cuites à petit feu, riches en graisse légères, accompagnées de céréales blanches et onctueuses: couscous, orge grillée, riz grillé... Avant, yaourt battu, pain sec, olives, fruits cuits ou au vin, et un peu de pastis bien dilué, peuvent suffire à réjouir le coeur et l'appétit.

mercredi 24 juin 2015

Recette pour apaiser les coeurs brûlés

 Orge à la crème et aux concombres
Le bon moment: quand on pique-nique par une belle journée chaude et ensoleillée, quand on se sent fatigué et tout sec, quand la chaleur nous monte à la tête, quand "c'est la misère", quand on a trop marché en plein soleil, après le stress des examens, après une dispute...
Ca fait quoi? C'est tout tendre et bien nourrissant, ça fluidifie, ça rassure, ça rajeunit et ça rafraîchit.
Ingrédients pour 3 personnes: 1 tasse d'orge, 3 tasses d'eau, 1/2 tasse de crème liquide, 1/2 concombre, 1/2 cuillerée de graines de moutarde noire, le zeste râpé d'1/2 citron, sel, poivre, graines d'angélique (optionnel)
Préparation:
- faire rôtir légèrement l'orge à sec dans une poêle jusqu'à une couleur beige
- la mettre à cuire dans les 3 tasses d'eau jusqu'à ce que l'eau soit absorbée
- pendant ce temps, éplucher le concombre, enlever les graines et le détailler en petits cubes que l'on fera "blanchir" 2 mn dans de l'eau bouillante
- faire chauffer 1 cuillerée à café de ghee, y mettre les graines de moutarde et les laisser crépiter quelques secondes avant de les mélanger à la crème
- ajouter du sel, du poivre fraîchement moulu, , et assembler tous les ingrédients dans la casserole d'orge
- laisser chauffer à feu très doux 2 à 3 mn et servir tiède avec par exemple une soupe de courgette et petits pois, ou un bouillon de lentilles et d'herbes, ou parsemer de menthe fraîche
Si les souffles sont très perturbés, on peut écraser une gousse d'ail avec la moutarde dans le ghee.

mardi 23 juin 2015

Un stage surprise en juillet

A Riaz-en-Gruyère, au bord du lac, un WE de stage les 18 et 19 juillet.

Possibilité d'être logés dans le gîte qui nous héberge à chaque fois.
Détails à venir.
Millepertuis arbustif

mercredi 3 juin 2015

Avant les grosses chaleurs

 En cas d'inappétence, de souffles bloqués (constipation, maux de tête...), d'anémie, de colère sans raison, pour se rafraîchir, récupérer ses esprits dans la fournaise, et surtout ... parce que c'est délicieux:

Boisson à la rhubarbe et à la rose
Couper 5 belles tiges de rhubarbe bien nettoyées en petit tronçons. Les placer dans une casserole avec 1,5l d'eau. Amener à ébullition et laisser bouillir à petits feux environ 5mn avec éventuellement quelques graines d'angélique ou de cardamome. Eteindre le feu et laisser tiédir.
Filtrer ensuite. Ajouter 2 cuillerées à soupe de sucre blond, et une cuillerée à soupe d'eau de rose.
Petit souvenir de Nostradamus...
Boire à température sous un arbre, en écoutant "Les roses roses" de Vanessa Paradis et Benjamin Biolay, ou en regardant les nuages.
Dans ce billet, quelques "trucs" pour faire face à la chaleur soudaine.

samedi 23 mai 2015

Recette de l'orgeat

Ancolie fleurissant et fructifiantJe ne sais pas si la pluie a lavé nos cieux mais il me semble qu'une certaine corrosion est à l'oeuvre. C'est le moment de préparer de l'orgeat.

Orgeat à l'ancienne

Le bon moment: Quand l'irritation monte, quand la chaleur brûle, quand la colère ou la fièvre nous emportent, quand on a du mal à respirer ou que les bronches sont irritées. En temps de chaleur forte et de matin frais. A la saison des amandes fraîches et des bourdonnements d'insectes.

Ca fait quoi? Ca apaise, ça repulpe, ça rafraîchit, ça allège et ça décrispe. Cela favorise aussi l'expectoration, empêche catarrhes et saignements (avec le benjoin), et permet à la joie pure de monter.

Ingrédients: 1/2 tasse d'orge perlée, 200g d'amandes fraîches ou 2 cuillerées à soupe de purée d'amandes blanches ou 200g de graines des 4 semences froides (courge, citrouille, melon, concombre), Bouteille d'orgeatsucre au goût, 1/2 cuillerée à café de teinture de benjoin ou d'extrait d'amandes amères.

Préparation: Faire cuire l'orge perlée dans 1,5l d'eau jusqu'à ce que l'eau prenne une teinte laiteuse, environ 3/4h. Filtrer et ajouter les amandes fraîches décortiquées et pilées ou la purée d'amandes. Redonner un bouillon. Laisser refroidir et filtrer à travers un torchon propre et mouillé.
Fleur de nigelle Sucrer au goût et ajouter l'extrait d'amandes amères ou la teinture de benjoin. On peut aussi aromatiser à la fleur d'oranger en plus. Servir à température. Garder au frais, pas plus de 24h, sauf avec la teinture de benjoin. Un dépôt se forme, ce qui est normal: il suffit d'agiter gentiment la bouteille pour que la coloration laiteuse redevienne uniforme.

On peut réutiliser l'orge en risotto, et le reste d'amande fraîche filtrée pour épaissir une soupe ou une autre préparation.
On trouve la teinture de benjoin sur internet, les pharmacies ne l'utilisant plus pour leurs préparations.

jeudi 14 mai 2015

Rogations et Ascension

Branche de sureau en fleurs''S'il fait beau aux Rogations
Le premier jour, il fera beau pour la fauchaison;
Le deuxième jour, il fera beau pour la moisson;
Le troisième jour, il fera beau pour la vendaison (vendanges).''
Ce dicton se vérifie assez souvent, j'en ai trouvé un tableau sur Google Bhagwan! Les Rogations sont une fête particulière, trois jours précédant immédiatement l'Ascension (jusqu'au concile de Vatican II): instituées au Vème siècle par St Mamert, l'un des trois saints de glace, leur nom vient du latin rogare qui veut dire demander.Sous un hêtre rouge En effet, l'évangile du dimanche précédent comprend le passage « demandez ce que voudrez et cela vous sera accordé » (Jean 15, 7). Elles prennent la place des robigalia du calendrier romain, célébrations cultuelles pour la protection des céréales contre la rouille. Des processions au flambeau parcouraient les champs pendant 3 jours, qui étaient jeûnés (jeûne protéique) également.
Mon professeur Philippe Cougnot nous avait expliqué la fonction toute physique, sans préjuger du reste, de ces processions: l'atmosphère de la Terre chargée par le passage dans les queues de comète,Pousses de prêle à l'origine du refroidissement observé autour des Saints de glace (cette année, Rogations et Saints de glace sont aux mêmes dates), était localement purifiée par la réaction chimique entre le feu et le gaz (peroxyde d'azote) à l'origine de dommages pour les récoltes en cette période de "lune rousse", le gaz se dégradant en eau. Pas besoin de procession ces jours, l'eau tombe bien du ciel en abondance...
L'Ascension, des céréales, des coeurs, de l'âme, pouvait ensuite se faire dans une atmosphère pure, ouverture de la porte de la Terre vers le Ciel, avant les révélations descendues à la Pentecôte.
DSCN7995__800x601_.jpg L'interdiction rituelle des mariages pendant les 3 semaines qui suivent le dimanche des Rogations, commune à d'autres cultures, me reste mystérieuse...
Quand on n'a pas jeûné, et qu'on se trouve fort rafraîchi, voire affaissé comme les fleurs, par la baisse des températures, on peut prendre du vin, par exemple celui tout juste prêt des 4 fleurs de mai, en petite quantité avant les repas, de la soupe aux pruneaux poivrée, des porridges à l'angélique ou au gingembre, des risottos, des bains de pied sinapisés... tout ce qui correspond à la saison des pluies d'été, et qui adoucira aussi la corrosion ressentie éventuellement.

samedi 9 mai 2015

Recettes du jour et explosion de fleurs

DSCN8059__600x800_.jpg"Houses and rooms are full of perfumes, the shelves are crowded with perfumes,
I breathe the fragrance myself and know it and like it,
The distillation would intoxicate me also, but I shall not let it.

The atmosphere is not a perfume, it has no taste of the distillation, it is odorless,
It is for my mouth forever, I am in love with it,
I will go to the bank by the wood and become undisguised and naked,
I am mad for it to be in contact with me.» (...)
Walt Whitman, « Song of Myself » (1892)

En rentrant de ma cueillette matinale, quand l'air encore frais sépare les bouffées odorantes et suaves de l'acacia, du chèvrefeuille, des roses, du jasmin et du sureau, je prépare immédiatement une liqueur de mai avec ces fleurs: dans un bocal, je superpose les couches de fleurs alternant avec des couches de sucre blond, sauf le sureau qui a tendance à noircir et que je fais à part en le surveillant, puis je couvre d'alcool de grains (gin en l'occurrence) à ras-bord et laisse macérer 8 jours avant de filtrer. Il est difficile de décrire le parfum qui en résulte, toute la saveur du mai fleuri! On peut aussi le faire avec du vin et utiliser les pivoines odorantes, l'aspérule...Roses Seul en cachette, sur un Fontainebleau, un nuage de Chantilly, des fraises, un tiramisu aux fraises, en sorbet, dans une boisson... Recette inspirée du livre "La saveur des fleurs", de Jelena De Belder-Kovacic, malheureusement épuisé.
Puis mon déjeûner. Mes yeux sont un peu irrités avec la chaleur qui monte vite, une soupette un peu piquante fera monter l'humidité aux narines et rafraîchira ma vue. Des pois cassés ont cuit depuis mon départ, à tout petit feu, et se sont complètement défaits, j'y ajoute un peu de lait et des queues d'asperges, puis je mixe et passe, et remets à feu doux avec sel, poivre fraîchement pilé, beurre clarifié et tige d'angélique en lamelles. J'ajoute quelques baies roses pour souligner les saveurs après avoir éteint le feu.
Pendant ce temps, des tranches de pain ont rôti avec du fromage de chèvre frais et délicieusement crémeux, ramené du marché Beaujardin, d'autres seront destinées au pesto de fânes de carottes: les fânes de la botte une fois bien rincées et épongées entre deux torchons, sont éventuellement débarrassées des tiges les plus rigides puis passées au mixeur avec quelques touffes de fenouil, de la purée d'amandes, le jus d'un citron, un peu de carvi mis en poudre et du sel.
Fleurs de marrronier Dans le jardin, les feuilles de violette, d'angélique, de menthe, de pissenlit, d'ancolie, d'arroche, de pariétaire et de cymbalaire fourniront une salade savoureuse, soulignée par une "mayonnaise" faite d'une décoction concentrée de rhubarbe, refroidie au frigo, puis montée avec de l'huile de noisette et du sel. Quelques carottes crues à croquer tremperont aussi dedans.
Pour le dessert, avec mon ratafia des 4 fleurs de l'an dernier, les premières fraises de la saison, dans la lumière délicieusement fraîche du jour, tandis que la félicité ouvre les éventails du coeur.
Jeune lapin sur les bords du Cher Un peu plus tard, quand la chaleur monte, pour me rafraîchir de mes travaux du jardin, de ma course dans les bois, de ma balade à vélo, je boirai un thandai local: une infusion dans de l'eau bouillante de pétales de rose, avec un soupçon de cannelle, des graines d'anis vert et une tige d'angélique émincée, moitié avec du lait cru mêlé de purée d'amandes et de sucre, à boire à température ambiante voire frais. Ou un orgeat véritable. Recette plus classique du thandai ici.
DSCN8055__600x800_.jpgJasminDSCN8058__600x800_.jpg

jeudi 30 avril 2015

Prochains stages

Champ de coquelicots devenu tableau dans mon appareil photoFleurs de seringat

- Stage de cuisine à Tours de 10h à 17h, les 2 et 3 mai, avec cueillette de plantes et travail sur les yeux. 160 euros, repas et goûters inclus. 8 personnes maxi. Réservation par téléphone au 06 62 38 09 85 et versement d'un acompte.

-Conférence sur les nourritures d'été le 22 mai à Béthune à 19h30. Entrée libre.
Stage de cuisine à Béthune le 23 mai, de 10h à 17h, Entretiens personnalisés le 24. RV au 06 62 38 09 85.

-Causerie à Tours, à la libraire "Lire au jardin": "Savourer le chant des saisons: les éblouissements de l'été", le 5 juin à 19h30. Entrée libre, mais prévenir la librairie si possible avant (il y a peu de places) au 02 47 47 13 12.

- Retraite d'été du 19 au 25 juillet. Des pratiques de yoga et de méditation seront proposées en plus des randonnées, de la cueillette sauvage, de la cuisine, de causeries sur les bases de l'Ayurveda et la saison en cours, et de la préparation de petits remèdes de saison, dans un chalet près de Briançon. Inscriptions avant le 19 juin par versement d'arrhes. Maximum 8 personnes. Prix du stage, incluant l'hébergement et la nourriture: 980 euros.

samedi 18 avril 2015

Le régime parfait et idéal pour tous, et autres propos

"The wind circles among the trees
DSCN7766__600x800_.jpg And it bangs about the new-made leaves
For it is breathless without you
The fox chases the rabbit round
The rabbit hides beneath the ground
For he is defenceless without you
The sky of daytime dies away
And all the earthly things they stop to play
For we are all breathless without you
I listen to my juddering bones
The blood in my veins and the wind in my lungs
And I am breathless without you
Still your hands
And still your heart
For still your face comes shining through
And all the morning glows anew
Still your soul
DSCN7774__800x600_.jpg Still your mind
Still, the fire of love is true
And I am breathless without you."
Chanson de Nick Cave and the bad seeds

Souvent, on me demande, et le propos de ce blog peut être trompeur, « que dois-je manger ? ».
Quelle drôle de question !
Question culturelle. Question de pays d'abondance, où l'on peut s'amuser avec la nourriture, rattraper des excès par un régime, être malade d'avoir trop mangé...
Cerfeuil musquéVoici donc en réponse le régime idéal et parfait aujourd'hui dévoilé pour vous seulement, en quelques lignes :
- se rappeler avant tout ce que l'on nourrit : ce moi, avec ses désirs, avec l'aspiration essentielle qui le porte et qui est une part de la lumière universelle, ce que nous ne supporterions pas de mourir sans avoir réalisé,
- attendre d'avoir vraiment faim, donc au moins trois heures après un précédent repas qui se sera terminé avant d'atteindre la satiété, afin d'être bien digéré,
- à ce moment, se demander de quoi on a envie, vraiment, en ouvrant tous les possibles. Comme un femme enceinte, pas comme un commercial en train de choisir quelle pizza lui irait dans la carte,
- quand la nourriture est enfin prête, nul besoin de bénédiction formelle : la félicité éprouvée à l'approche du moment de satiété, tandis que les sens sont aiguisés, est spontanément pleine de reconnaissance et d'amour, deux très bons alliés de la « digestion ».
Coeurs de Marie A nouveau, se nourrir jusqu'à ce moment très subtil où l'estomac n'est pas complètement plein, où on n'est pas complètement lassé de la personne, du lieu, de la situation... et, avec délicatesse et reconnaissance, parce que nous n'avons que ce monde, que cette personne, que ce repas dans le moment présent... partir accomplir nos oeuvres.

Le propos de ce blog n'est pas de dire quoi faire et quoi manger, mais seulement de proposer des options peut-être inhabituelles, des chemins de traverse ou d'école buissonnière, loin des autoroutes, au cas où, peut-être, cela augmente notre félicité, notre conscience... dans le moment présent.

Propositions de menus:
Petits-déjeuners: graines germées et fruits secs réhydratés à l'oseille et à l'angélique, boisson à la rhubarbe; bsissa (recette ici); blinis aux fleurs d'alliacée, confit de boutons de pissenlit, crème aigre, thé de frêne.
Cardamine des prés Déjeuners: mesclun aux fleurs (cardamine des prés, chou, navet ou colza, cresson de jardin...) et aux graines, fougasses chaudes, crème fouettée, mélange d'épices acidulé (za'atar, cha'at masala...), hoummous; asperges sauvages ou jets de houblon sauce au bleu, pâtes aux fleurs de romarin, pesto de consoude; roquette, cresson et laitue aux aromatiques (cerfeuil musqué, fenouil, angélique, mélisse...), crème de petits pois, riz blanc au thym frais.
Dîners: soupe d'ortie aux croûtons et boutons de pissenlit, crème battue, polenta grillée, gelée d'aubépine; crème de primevères, riz safrané, pesto de pimprenelle; endives braisées au fromage, orge grillée, crumble de rhubarbe.

mardi 14 avril 2015

Volcan de fleurs et ouverture du coeur

Lilac Wine

DSCN7747__800x600_.jpg "I lost myself on a cool damp night
Gave myself in that misty light
Was hypnotized by a strange delight
Under a lilac tree
I made wine from the lilac tree
Put my heart in its recipe
It makes me see what I want to see
and be what I want to be
When I think more than I want to think
Do things I never should do
I drink much more that I ought to drink
Because (it) brings me back you..."
chantée par Nina Simone puis Jeff Buckley

DSCN7690__800x600_.jpg Moi aussi, je me suis allongée sous le lilas de mon jardin et je me suis laissée enivrer par son odeur que la chaleur intensifiait, les yeux errant sur les petites assemblées étonnées de pensées nouvelles dressées au-dessus du lamier finissant, émergeant des salves de graines de cardamine qu'un effleurement du vent fait jaillir, à applaudir la danse toujours renouvelée des éphémères, le corps légèrement enfoncé dans la terre moelleuse et fraîche, enroulée dans l'atmosphère parfumée, au fait de l'ouverture printanière de tous mes sens, à ce moment où on sent l'humidité arriver, la lourdeur du retour à la fraîcheur, et déjà une nostalgie de l'instant passé si intense, comme un petit automne qui ouvre les éventails du coeur et le gonfle de tendresse humide et fraîche comme un baiser. bourgeon de charmeLe vin de lilas (recette dans le blog) de l'année dernière a mûri sa douceur, il est prêt à être dégusté.
C'est le moment de compter un autre temps sous le cerisier à l'odeur d'amande, au fil des pétales qui parsèment peu à peu le corps comme une neige, de regarder les cirrus élégants à travers les branches, de se retourner pour surprendre le déploiement des nacelles d'un pissenlit juste après notre passage, d'allumer son âme au miroitement plein de promesses de l'eau, ou à cette lumière dans les yeux des amis et des passants contagieuse comme un embrasement. Bourgeons de sauleA ce moment, qu'importe que je sois le bourgeon qui perce sa gangue, l'oiseau qui déploie ses ailes au vent, le passant, le mouvement de la rivière... Quelque chose s'est rompu comme une digue. Je suis le parfum du peuplier, le jeune homme sur son vélo, le héron qui chasse, la guirlande de poussins du saule, la fleur qui laisse place au fruit, les notes de ma chanson, l'atmosphère caressante et légèrement brumeuse...Tout s'unit dans un même élan.
Bien sûr, j'ai à la fois faim et très peu d'appétit. La multiplicité des parfums, des couleurs, des reflets, des textures... Dames d'onze heuresme comble, même si la promeneuse conserve un solide appétit, pourtant étanché par une salade sauvage, un riz au lait, une soupette...Si l'embrasement retarde le sommeil, la douche des chevilles ramène à la terre, ce rituel du lavement des pieds si apaisant par son humilité, sa simplicité et sa lenteur: au-dessus d'une bassine, on presse une éponge alternativement au-dessus de chaque cheville de l'embra(s)sé(e), pendant le temps qu'il faut à un bienheureux relâchement des tensions, celles de la joie qui porte hors de soi, de la fièvre, du stress, des paroles empoisonnées, de la chimiothérapie... :myosotisCela demande de quelques minutes à parfois quelques heures... On peut aussi marcher dans l'herbe tendre, ou masser les pieds au beurre clarifié.
Si les yeux se sont brûlés à la multiplicité, si on s'est exposé au soleil, de l'eau fraîche sur le sommet de la tête, une boisson à l'eau de rose, voire le thandaï que l'on sert lors des fêtes de Holi en Inde (recette dans un billet d'octobre 2010, et dans chacun de mes livres), quand les rires, les désirs et les courses effrénées de la célébration du printemps reprennent force et humanité avec un verre de lait safrané.

Propositions de menu:
 Petits-déjeûners: hilbeh (recette ici) sur tartines grillées ou fougasse au beurre, confit de pétales de roses, riz au lait, infusion de jasmin; graines germées et fruits secs au citron et à l'angélique fraîche (ou au gingembre râpé), orgeat; infusion d'aspérule odorante et menthe, pain au lait, gelée à la rose et à l'aloe, fontainebleau.
Déjeûners: soupe de légumes épicée aux pruneaux, pain vapeur, pesto; salade de fleurs et d'herbes (boutons d'arbre de Judée, fleurs de glycine, pissenlits, pâquerettes, mélisse, angélique, persil, fenouil...), semoule parfumée aux écorces d'orange et aux fleurs d'hysope, hilbeh; pain de graines germées aux fruits secs, pesto de pissenlit, hilbeh, soupette aux 4 semences chaudes.
Dîners: croquettes de millet, crème d'orties aux amandes; tarte sablée à la verdure, pesto d'oseille, carottes vichy; potée de laitue et petits pois, pancakes de lentilles, pesto de coriandre.

Enfin, notre site traiteur bio-catering-mariage s'améliore: ici.

jeudi 2 avril 2015

L'éclipse du 4 avril, les lances du bélier et la résurrection pascale

Les piques et les rougeurs du peuplierLe temps s'est suspendu entre les deux éclipses, mûrissant une oeuvre ingrate aussi incertaine que le temps de la Passion, un volcan de fleurs va naître pour la Pâque. Demain samedi, comme déjà les jours précédents, nous connaîtrons peut-être des sommets d'émotion, toujours en relation avec la place de moi et de l'autre. La pyramide que Saturne est venu compléter en signe de feu prend le pas sur le carré d'Uranus à Pluton, tandis que la Lune éclipsée en Balance près du Noeud Nord donne la direction à suivre: maîtrise du feu de l'affirmation individuelle et de la transformation, oeuvrant pour la réconciliation et le dialogue, prenant le pas sur les lourdeurs structurelles et les rancoeurs héritées du passé.
Après, dès dimanche, la résurrection, la transfiguration, la libération... promettent d'être éclatantes, fleuries, jaillissantes... Le carré de Saturne à Neptune pouvant aider à garder l'esprit clair et à ne pas se laisser emporter dans des illusions.
Feu follet flottant sur l'eau? Aussi les conseils de saison sont-ils un peu différents de la "roue des saisons" ou rtu çarya de l'Ayurveda: toujours beaucoup de verdure, de pousses, de rosettes, de bières éventuellement si la lourdeur triomphe, ainsi que des lances qui jaillissent de terre ou dans les airs (jets de houblon, d'asperge sauvage, de prêle...), de saveurs piquantes, amères et astringentes, mais aussi la protection du beurre clarifié dans lequel on fait revenir chou, épinards, laitue..., la fraîcheur et la tendresse des gelées (de pommes, de coings, d'agar-agar...), du lait cru, de la guimauve, des céréales qui ne fermentent pas (orge, maïs...), des compotes de fruits secs... Et, surtout, comme souvent depuis l'entrée d'Uranus en Bélier en 2011, la tendresse de nos proches, les joues fraîches de nos enfants, le regard attendri de nos aînés, la douceur de l'amour partagé, l'eau qui coule, la paix du travail accompli, la lenteur.... pour garder nos réserves et notre humanité. Des étirements aussi, l'usage délicieux du hammam quand les matins sont frais et les journées chaudes et ensoleillées, la contemplation du lointain, du lever du soleil, des fleurs et des pousses, l'ouverture des sens au printemps pétillant... peu d'activité physique. Il suffit de se laisser traverser par le printemps qui s'épanouit et accomplit son oeuvre en nous.
DSCF6540__800x533_.jpg Idées de menu:
Petits-déjeûners: orge au lait, miel rosat, infusion de feuilles de noyer; pétales de céréales, fruits rouges séchés, lait, tisane "Mâtins purs"; pois chiches germés à l'angélique et au citron, fruits secs réhydratés.
Déjeûners: poêlée de chou pointu aux pommes et au carvi, risotto d'orge, salade sauvage des 7 herbes de Carême;pesto de pissenlit, tartines grillées, confit d'oignons, salade sauvage aux noix, polenta fleurie; pesto de violette, crackers d'orge aux graines, potée de racines semi-confites dans leur jus.
Dîners: salsifis de bardane au beurre, salade sauvage; tatin d'endives au cumin, salade sauvage; gratin d'épinards aux amandes, salade sauvage.

dimanche 8 mars 2015

Les hésitations de mars, prochaine sortie de "Cuisine ayurvédique", etc...

"Morning Has Broken"

DSCN7677__600x800_.jpg Morning has broken, like the first morning
Blackbird has spoken, like the first bird
Praise for the singing, praise for the morning
Praise for the springing fresh from the Word

Sweet the rain's new fall, sunlit from heaven
Like the first dewfall, on the first grass
Praise for the sweetness of the wet garden
Sprung in completeness where His feet pass

Mine is the sunlight, mine is the morning
Born of the one light, Eden saw play
Praise with elation, praise every morning
God's recreation of the new day

Hymne d'Eleanor Farjeon, chanson de Cat Stevens et Rick Wakeman

Bourgeons de charmeCe texte me chantonnait à l'oreille il y a deux semaines, ou même encore jeudi dernier, mais aujourd'hui il semble bien loin, sous la pluie et le froid retrouvés. Xavier Matthias, du Champ de Pagaille, nous parle de temps "épileptique" ces dernières années, ce n'est pas faux...
Dans le soleil rare se manifeste toute la préciosité des bourgeons de charme, délicatement ébouriffés dans un arrangement de couleurs digne d'un paon, d'une courtisane à la cour de Louis XIV, d'une folle perruque, d'un dragon chinois, d'un bal de débutantes... Le saule, lui, fait soleil avec les siens, tandis que le peuplier nourrit l'oeil de son généreux rouge et le nez de sa résine parfumée.Les prunus perdent déjà leurs pétales, donnant un semblant de lenteur, ou l'idée d'une suspension, dans cette course hésitante.
Grande marée, éclipse...l'eau a éclipsé le feu, ce pourquoi une tradition en Inde recommande de se plonger dans l'eau jusqu'au cou le temps de l'obscurcissement. Les mouvements des eaux en nous et à l'extérieur de nous ont été violents, les souffles s'apaisent maintenant peu à peu. Bourgeons de saule poussinantOn peut les y aider en faisant comme tous ceux que je croise sur les bords de Loire: en s'adonnant à une activité tonique, surtout le matin, mais aussi en consommant des nourritures un peu moins austères que normalement en cette saison, des alliacées, beaucoup de verdure, de pousses, de rosettes... et en jeûnant d'internet et de paroles. Une bonne friction une fois par semaine au gant de hammam, ou au gant de crin, ou à la farine, peuvent ramener au souvenir de notre enveloppe, notre forme formante, faire circuler, et remettre les pieds sur terre, mais aussi soulager les crampes intestinales, les douleurs diffuses, la sensation de lourdeur, les éruptions de toute sorte...

Certaines d'entre vous m'ont posé la question de la disponibilité de "Cuisine ayurvédique", épuisé: mon éditrice, Florence, m'annonce sa sortie pour janvier prochain avec un nouveau titre et une nouvelle couverture. Donc encore un peu de temps avant de le retrouver éventuellement dans les étals de la Fnac ou sur Amazon...ou, beaucoup mieux, chez votre libraire si vous avez encore la chance d'en avoir un.

Buis fleuri Propositions de menus:
Petits-déjeûners: un demi-verre d'hydromel pétillant au sureau, puis une salade de graines germées et fruits secs de toutes les couleurs; une compote de fruits secs, du pesto et des tartines grillées, avec une infusion de feuilles de noyer, bien plus savoureuse que le thé; un demi-verre de bière puis des céréales craquantes, de la compote de cynorhodon, un petit fromage frais une infusion de buis fleuri.

Déjeûners: polenta grillée à l'hysope, écorces d'orange, et petits oignons grillés, salade mi-sauvage aux mille saveurs (par exemple: jeunes fenouil, angélique, persil, pissenlit, roquette, violette, coriandre, moutarde, feuille de chou rave, pousses de brocoli, alliaire, stellaire, lamier, cardamine...), confit d'oignon; fondue de feuilles de chou rave, pesto de pissenlit, tartines grillées, noix trempées dans le miel; boulettes de farine d'orge grillée, bouillon de légumes, salade sauvage, confit d'épine-vinette.
Fleurs de pêcher Dîners: crackers, pesto de pousses d'orties, soupe à l'oignon; potée de haricots et amandes, poêlée de verdure, chutney de prunes; gratin de kasha au safran, chutney de pommes, céleri râpé.

Enfin, voici une vidéo de blogueuse, que youtube m'a suggérée, où je découvre aujourd'hui une critique de "Cuisine ayurvédique" (vers la 30ème minute) puis, juste après, d'un livre de mon amie Anne Brunner: ici.

dimanche 1 mars 2015

Prochains stages (mis à jour)

Feuilles d'herbes et de lumièrefleurs de pêchers en avril 2010

-Conférence le 20 mars à 19h30 à Lille sur les nourritures de printemps.
Stage de cuisine dans le Nord Pas-de-Calais, le 21 mars.
Possibilité d'entretiens personnalisés.

-Causerie à Tours, à la libraire "Lire au jardin": "Savourer le chant des saisons: l'épanouissement du printemps", le 3 avril à 19h30. Entrée libre, mais prévenir la librairie si possible avant (il y a peu de places) au 02 47 47 13 12.

- Stage de cuisine à Marseille les 25 et 26 avril, de 10h à 17h, avec repérage de plantes sauvages et fleurs comestibles de saison, dans le cadre idéal de Samena. 160 euros, repas et goûter inclus. Inscriptions par mail et téléphone (06 62 38 09 85), et versement d'un acompte de 50 euros.
Journée d'entretiens personnalisés sur St Rémy-de-Provence le 28 avril.

- Stage de cuisine à Tours de 10h à 17h, les 2 et 3 mai, avec cueillette de plantes et travail sur les yeux. 160 euros, repas et goûters inclus. 8 personnes maxi. Réservation par téléphone au 06 62 38 09 85 et versement d'un acompte.

-Stage de cuisine en Gruyère, les 8 et 9 mai, avec repérage de plantes sauvages, précédé d'une conférence en accès libre le 7 mai. Détails à venir. Renseignements: irene-galim@bluewin.ch
Possibilités d'entretiens personnalisés.

-Conférence sur les nourritures d'été le 22 mai à Béthune à 19h30. Entrée libre.
Stage de cuisine à Béthune le 23 mai, de 10h à 17h, Entretiens personnalisés le 24. RV au 06 62 38 09 85.

-Causerie à Tours, à la libraire "Lire au jardin": "Savourer le chant des saisons: les éblouissements de l'été", le 5 juin à 19h30. Entrée libre, mais prévenir la librairie si possible avant (il y a peu de places) au 02 47 47 13 12.

- Stage d'été du 19 au 25 juillet. Des pratiques de yoga et de méditation seront proposées en plus de la cueillette sauvage, de la cuisine, de causeries sur les bases de l'Ayurveda et la saison en cours, et de la préparation de petits remèdes de saison. Lieu et tarif non encore fixés.

- Stage d'été en résidence, du 4 au 10 août, dans un magnifique jardin mi-sauvage à flan de colline, près de Lisieux en Normandie. Des pratiques de yoga et de méditation seront proposées en plus de la cueillette sauvage, de la cuisine, de causeries sur les bases de l'Ayurveda et la saison en cours, et de la préparation de petits remèdes de saison. Prix: 980 euros, tout compris. Confort sobre. Maximum 8 personnes. Inscriptions par téléphone au 06 62 38 09 85 et versement d'arrhes.

fleur d'églantiersalade

vendredi 27 février 2015

Février

DSCN7557__800x400_.jpgMoi aussi, j'aime le mois de février. J'aime ce frissonnement que l'on ressent en profondeur, comme la première bulle de l'hydromel mis à fermenter à la Chandeleur remontant à la surface. Rien n'a encore changé, sous la neige, la pluie ou le soleil, mais quelque chose dans l'allongement des jours fait frémir la vie réfugiée dans les racines, l'idée d'une éclosion, d'une percée, un dessin qui prend forme, le projet d'un épanouissement à la lumière du soleil qui transpire doucement en brume et en rosée, fermente et mousse intérieurement.
DSCN7571__800x600_.jpg En Touraine, la végétation prend cette coloration irréelle dominée par l'anis phosphorescent des mousses qui couvrent les troncs, l'or vert des boules de gui, l'orangé des branches de saules nues, et le rougeoiement des premiers bourgeons. Elle nimbe la Loire de magie serpentine dans les brumes matinales, et on y sent la trace des Mélusine et autres êtres mouvants à la croisée des mondes. En Gruyère, la neige a beau être retombée, la lumière a changé, une aube entoure les arbres et la terre d'un halo, promesse de vie à venir.
Février, mois des fièvres.
Hellébores du jardin Le Vivant s'est saturé, avec la descente du soleil vers le Sud, de froid et d'immobilité, de réserve et de stabilité, de nuit et de féminité. La goutte de lumière révélée avec le divin enfant dans les tréfonds et les très-bas de l'hiver commence son oeuvre encore toute intérieure. Avec la Chandeleur, la fête de la purification de la Vierge, Terre mère Brigit, ancienne fête mystérieuse d'Imbolc, on est sur le fil du basculement vers la manifestation. c'est l'aube de l'année, avec sa pureté et sa joie montante. Cette année, l'attrait vers la manifestation est impérieux, violent.

"Que Brigide,la vierge et la bonne,
Brigide notre flambeau et notre soleil
Brigide, la rayonnante et l'invisible,
Nous conduise au Royaume éternel." Colum Cill (VIème s.)

Il peut rendre tant de transformations nécessaires que la grippe nous plaque au lit pour une mise à jour complète et sans concession. Pour passer ce moment plus en douceur, si c'est possible, on peut être attentif à la stimulation du souffle du bas: bains de pieds aux graines de moutarde le soir au couchant, ou au gros sel, verres de lait chaud avant le sommeil, DSCF8005__800x533_.jpgadoucissants comme la guimauve qui permet de préserver l'équilibre des liquides ou la tarte au citron ou les écorces d'agrumes (cédrat, orange amère, citron bergamote...) confits au miel et au beurre clarifié ou les compotes de fruits pectoraux (dattes, raisins secs, figues, jujubes) ou laxatifs (pruneaux), transpiration accompagnant la transpiration de la terre, bière ou hydromel en cours de fermentation (en quantité modérée) au lever avant l'exercice physique, ensemençant le corps de transformation et de rosée...
Dans la médecine ayurvédique, on sert des boissons fermentées au printemps, sortes de bières ou de limonade, mais qui ne contiennent ni orge ni houblon. Si notre bière actuelle, anaphrodisiaque pour les hommes, aphrodisiaque pour les femmes, en paraît très éloignée, c'est que nous avons oublié les bières du Moyen-Age dans la composition desquelles rentraient toutes sortes d'herbes médicinales, et dont on vantait les vertus soit céphaliques, soit analgésiques, soit... DSCF7988__532x800_.jpgsuivant les herbes qui l'aromatisaient. Les anglais qui n'ont pas de vigne, ont mieux conservé, quant à eux, la tradition des bières (ale) et des vins de plantes ou de fleurs, dont la plus populaire reste le ginger ale, une fermentation tonique de miel et de gingembre à laquelle on ajoute du citron. Les propriétés médicinales de l'eau gazeuse furent quant à elles à l'origine de la création par un horloger suisse, m. Schweppes, d'une société bien connue.
L'hiver n'ayant été que peu froid, on peut avoir besoin de créer ces réserves que le froid ne nous a pas incité à faire: porridges émollients, risotto d'orge, orge au lait, panna cotta... Toutes ces préparations onctueuses et tendres qui stabilisent les élans et les nourrissent. Une activité ancrée dans les cuisses (ski, roller, chi qong...), les massages quotidiens également, avec les étirements . Mais point encore d'activité physique trop tonique.
Le rythme du Vivant est encore modeste, hésitant, comme le chant des oiseaux. Avec l'allongement des jours, on peut dormir moins, un peu moins. Le Carême a commencé, quasi en même temps que la nouvelle année chinoise et tibétaine cette année. et pourtant il me semble cette année que les austérités peuvent attendre encore un peu,même si les premières fleurs -ficaire, violette, pissenlit, lamier, perce-neige, et les étoiles des prunus...-violettes_spontanees_du_jardin.JPG sont sorties, apposant leurs timides touches de couleur sur la pâleur de l'hiver finissant. Les saveurs dominantes sont l'acide, le doux et le salé. Les textures sont frémissantes, mousseuses, pétillantes, en transformation, douces, émollientes, tendres, en gelée, craquantes en contrepoint. Donc point de fromage à pâte cuite, de fruits secs non réhydratés, de charcuterie... sauf si on est dans les hauteurs enneigées.
Propositions de menus:
Petits-déjeûners: hydromel, porridge d'orge ou de blé noir aux fruits secs, compote de pruneaux aux écorces de citron bergamote, infusion de sureau; pain au lait aux raisins secs et à la fleur d'oranger, tranches de citron confites au beurre et au miel, infusion d'angélique fraîche; pancakes, sirop de bourgeons de pins, beurre fondu, noix concassées, citron chaud au miel; tartines au beurre et à la compote de cédrat corse, jus de carottes et mandarine.
 Déjeûners: pesto d'avocat et feuilles de violettes sur pain grillé, pounti, tarte au citron bergamote; pesto de cardamine des prés ou de cresson, risotto d'orge aux poireaux, soupette de pois cassés, tiramisu; pesto de persil, galettes d'épeautre, chouée (feuilles de chou-rave très doucement fondues dans le beurre), compote de fruits secs et panna cotta au lait d'amandes.
Dîners: soupe de haricots secs aux carottes, ou minestrone; soupe de pois cassés au citron; soupe au chou.
Une petite recette tourangelle: le confit de pruneaux au Vouvray
Verser la bouteille de Vouvray dans une casserole avec 1/2 tasse de sucre blond, de la vanille, de la muscade, un zeste de citron. Cuire 20mn, filtrer et remettre à bouillir. Ajouter 1 livre de pruneaux trempés 1h. Couvrir et réduire. Mettre au frais pour 3 jours. Servir avec de la crème Chantilly, un Fontainebleau...
Variante: Faire une infusion de vanille, sucrer, ajouter du gingembre frais et du zeste de citron gratté à la mandoline. Filtrer et faire cuire les pruneaux couverts du liquide.

"Bientôt sera fait échec à l'hiver ;
Jonquilles Bientôt se délaceront fondront les ligatures glacées — Encore un peu,
L'air, la terre, la vague seront inondées de douceur par la nature épanouie
— mille formes apparaîtront
Aux mottes de terre sourdes, aux courants d'air montés comme du fond des caveaux.
Tes yeux tes oreilles — tes meilleurs attributs —
tout ce qui prend connaissance de la beauté de la Nature,
S'éveilleront, s'empliront. Tu percevras les spectacles simples,
les miracles délicats de la Terre,
Le pissenlit, le trèfle, l'herbe émeraude, les parfums les fleurs précoces,
L'arbousier sous la semelle, le vert jaune du saule pleureur, le prunier le cerisier en fleurs ;
Avec eux le rouge-gorge, l'alouette la grive, chanteront leurs chants
— le rouge-gorge aux ailes vives ;
Tous les spectacles que la pièce annuelle rejoue."
Poème extrait de "Feuilles d'herbes" de Walt Withman (trad. Jacques Darras).
Printemps des poètes du 7 au 22 mars 2015 à Tours, cité par "Lire au jardin" sur sa feuille mensuelle.

mercredi 28 janvier 2015

Réflexions après la foudre

C'était difficile d'écrire... Beaucoup ont dit ce qui semblait juste, mais surtout cette foule amassée partout en France, ce record de 4 millions, parlait d'autre chose que d'attentats, d'islam et de peur. Une véritable insurrection des coeurs, allumée par une grosse blessure...

Les travaux de Masaru Emoto sur la cristallisation de l'eau montrent que les cristallisations les plus vilaines n'apparaissent pas là où le message est la haine ou le chaos, mais là où il n'y a rien, dans l'eau qui n'a pas été vue, pas considérée, prise pour de l'eau seulement. L'eau véhicule chaque message qu'on y met, et nous sommes aussi constitués d'eau, cette eau qui nous permet de ressentir ce que les autres vivants sentent.

Mon maître nous racontait cette histoire: une vieille femme vivait à côté d'un maître très connu et respecté, qui n'était presque jamais là tant il était demandé partout. Quand il était dans son village enfin, il se plaisait à passer du temps dans son jardin, entretenu avec soin. Plusieurs fois, la vieille femme avait demandé à le rencontrer, mais elle était trop insignifiante, vieille et rabougrie, et les disciples ne l'écoutaient pas, oubliaient sa demande, ou trouvaient que le maître n'avait pas à être dérangé par elle... Elle n'arrivait pas à lui parler. Un jour qu'il était parti, elle entra dans le jardin et le saccagea complètement. Tout le monde fut indigné, sauf le maître, qui comprit que dans sa foi elle avait trouvé le seul moyen de créer un lien avec lui, et non seulement il lui pardonna mais il lui demanda pardon lui-même.

Les exclusions peuvent être de toute sorte: ignorer l'autre qui appartient à un monde qui me fait peur, qu'il soit musulman, rom, juif, catho, athée, irrévérencieux, sdf, bizarre, ivrogne, pauvre, riche..., qu'il soit mon parent, mon enfant, mon voisin, mon ami, mon employé, mon ennemi...qui a tort quand j'ai raison; ignorer cette âme en moi qui crie et aspire à autre chose que ce que mon train de vie infernal lui impose (et c'est le burn out)...; ignorer la beauté du Vivant, parfait en lui-même, toujours plus mis en ordre, et de tous les esprits non visibles qui le peuplent...
Mais un jour l'ignoré saccage le jardin, à la recherche d'amour. Et lui aussi, il a raison. Parce que tout le monde devrait être dans le jardin. Je souhaite qu'en 2015, nous invitions tout et tous dans le jardin des délices.

lundi 5 janvier 2015

Programme des stages à venir (mis à jour)

Soleil levant sur St Pierre-des-corpsDSCN5193__800x601_.jpgSoleil levant sur la LoireDSCN5174__800x600_.jpgDSCN5171__800x600_.jpg

-Conférence au Mans le 8 janvier à 18h sur les nourritures des frimas, et les produits laitiers, avec signature de "La Voie Lactée", à la librairie Thuard.

-Stage de cuisine en Corrèze les 10 et 11 janvier 2015, suivi d'entretiens personnalisés.

-Causerie à Tours, à la librairie "Lire au jardin", à 19h30, entrée libre.

-Stage de cuisine à St Rémy de Provence les 14 et 15 février, précédé de journées de soin et d'entretiens.

-Conférence à la librairie Bien-Etre à Fribourg le 19 février.
Conférence au salon Santé et Bien-Etre à Martigny (Suisse) le 21 février à 15h.
Stage de cuisine des frimas en Gruyère, le 22 février.
Entretiens personnalisés du 19 au 23 février.

-Stage de cuisine en Corrèze le 14 mars, et participation à "La Bourse aux graines" de l'association "Le battement d'ailes", précédé de journées d'entretiens.

-Stage de cuisine dans le Nord Pas-de-Calais, le 21 mars, suivi de journées d'entretiens personnalisés.

 DSCN5179__800x600_.jpgDSCN5309__800x400_.jpg

- page 1 de 17