Le paradis c'est ici ! - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 8 février 2016

Frilosité

Je le dis parfois dans mes petits billets mais c'est un cas que je rencontre souvent: une personne frileuse persuadée qu'il faut se couvrir et se reposer pour y remédier. Cela paraît logique... mais pas toujours.
La frilosité est en lien avec les souffles: mauvaise circulation, excès de froid et de sec dans le corps, dans l'âme, dans le climat, dans l'alimentation. Chez certaines personnes, une alimentation carencée peut en être la cause, soit par malnutrition dûe à la pauvreté, soit par excès de régime ou de discipline alimentaire; ou le manque de sommeil, l'excès de travail... des causes naturelles.
J'ai un ami pourtant très actif physiquement qui jusqu'à il y a peu et un certain nombre de massages à la farine se considérait comme très frileux: il s'est découvert chaudière au contraire. Parce que parfois, c'est précisément l'excès de chaleur interne qui est la cause de la frilosité. C'est pour cela que lors de certains états fiévreux, on frictionne le corps avec de l'alcool: il s'agit moins de le réchauffer que de faire circuler la chaleur figée et provoquer une transpiration salutaire. Pour ce type de personnes, non carencées, non astreintes à des travaux épuisants, se réchauffer revient à faire circuler la chaleur bien présente, à travers pranayama, étirements, frictions, alternances de chaud et de froid, sudations... délices du hammam ou du sauna par exemple. Couvrir le corps de vêtements chauds, vivre avec le chauffage trop haut, manger froid parce qu'une certaine soif persiste et le besoin de frais... augmente la stase de la chaleur, et la frilosité avec.

Jours de tempête

un ciel constellé dans l'herbe, photo de Patrick GentyLe vent d'ouest et ses brusques bourrasques ébouriffe les toîts, nos nuits et nos pensées.

Porteur de renouveau, de légèreté et de fraîcheur, il nous soulage des lourdeurs et des tourbes laissées par l'hiver tiède. On peut avoir envie de se livrer à sa caresse purifiante, le temps qu'il faut mais pas plus, et rentrer avant qu'il n'emporte aussi notre enthousiasme, notre feu, notre force; se laisser habiter par lui, se laisser emporter, inspirer, et dépasser les limites, comme la nature où les myosotis et les pensées côtoient les soucis ou les roses de Noël... courir, cabrioler, danser, sauter et rire. Vent de Carnaval et de Nouvel An asiatique pour se moquer de tout, sauter toutes les barrières, s'envoler au-dessus des mornes visions de l'habitude, et commencer un autre chemin.

On peut aussi se sentir trop bousculé, affaibli et rafraîchi par les bourrasques, et se réfugier dans un bain tiède où transpirer (ou un hammam) avant de s'étirer dans une pièce close, sous la lourdeur apaisante d'un massage à l'huile, dans la détente d'un bain de pieds à la moutarde... qui chasseront la migraine, le rhume, les douleurs, la sciatique... que les souffles perturbés ont pu provoquer.  Les nourritures qui tiennent au corps, en petites quantités si l'appétit est faible, toujours chaudes, aideront à restaurer la présence. Le beurre clarifié peut nous sembler soudain particulièrement appétissant avec des verdures ou dans une soupe épaisse -ou toujours avec des tranches de citron et du sucre-, ou l'huile avec un plat de pâtes. Les aliments aux saveurs acides, salées et douces, aux textures craquantes, sèches, onctueuses, dont les souffles ont été chassés par une cuisson à l'étouffée, seront particulièrement bienvenus: pommes de terre ou patates douces au four avec du beurre clarifié et un pesto, galette esséniennes et mozzarella di buffala en sandwich, potée de légumes racine qui nous ancrent... ainsi que toutes les ombellifères aromatiques: carvi, anis, fenouil, cumin, angélique, âche... et les alliacées: soupe à l'oignon, pissaladière, potée de poireau et brocoli... Le thé au lait de fleurs de sureau provoquera au soir une bienfaisante rosée et un relâchement bienvenu pour le sommeil.

mardi 2 février 2016

Le beurre clarifié ou ghee: recette, propriétés et utilisation

Transparent comme de l'eau, doré comme de l'orIngrédient : Beurre non salé de la meilleure qualité possible

Préparation:
- Mettre le beurre à fondre dans une casserole à fond épais et à feu très doux. Laisser la mousse monter puis se changer en croûte translucide. C'est plus facile avec au moins 500g de beurre, voire 1 kg.
Ecumer la préparation, comme c'est parfois recommandé, fait perdre les minéraux contenus dans l'écume, et appauvrit le beurre, même si l'écumage est tout à fait recommandé pour la cuisson d'autres aliments comme les légumineuses.
- Dès que l’odeur qui s’en dégage vire à la noisette ou au caramel, que la préparation a fini de faire entendre ses petits craquements, qu'en-dessous de la surface le beurre est transparent comme de l'eau et doré comme de l'or, éteindre le feu et filtrer à travers un linge fin. Ce bon moment dure peu avant que le beurre ne brûle.
Si le fond de la casserole a brûlé, à cause d'un feu trop fort ou d'une cuisson trop longue, le beurre est devenu impropre à la cuisine... de même que si sa couleur a foncé.
Les matières blanches qui ont été filtrées sont traditionnellement données aux enfants sur des tartines. Si le goût ne vous attire pas, elles seront également un élément de choix pour votre compost. Une fois filtré, le beurre ne contient plus d'allergènes et peut donc être consommé par les personnes intolérantes aux produits laitiers.
- Conserver à l’abri de la lumière dans un bocal clos mais pas au réfrigérateur, ce qui lui ferait perdre ses qualités. A moins de 25°, le ghee se solidifie.
- On peut ajouter au beurre toutes sortes de substances pendant la clarification : plantes fraîches, fruits, décoction de plantes sèches... qui vont ainsi s'y mêler intimement soit pour porter leurs propriétés médicinales dans les tréfonds du corps, soit pour les délices de la cuisine.
Il est idéal en cuisine où il apporte une rondeur qui magnifie n'importe quel plat. Egalement délicieux sur des tartines grillées, des chapatis tout juste cuites, un plat de verdure... La bonne pâtisserie est faite au beurre clarifié, comme jusqu'à une époque récente, celle des frigos et de l'abondance. Il est logique dans la préparation des tartes, quand le beurre brûle lors de la cuisson. Avec l'huile de carthame, il possède le point de fumée le plus élevé de toutes les graisses et est donc particulièrement sain pour les fritures par exemple.

Se soigner avec le beurre clarifié:
- c'est une des principales substances médicinales, à la base de certaines pilules de médecine et d'un grand nombre de préparations dont la mélasse Chyavanprash, très utilisée, dont on trouve des variantes dans beaucoup de cultures. On dit que sa belle couleur doré confère chance et prospérité à celui qui le consomme, de même qu'il améliore la vue, la vigueur sexuelle des hommes, la mémoire, l'intelligence, l'éclat... Il convient particulièrement dans toutes les conditions d'aridité, de climat ou de terrain. Il donne un corps tendre, une belle voix, la jeunesse... et remédie à l'émaciation et aux rides.
Egalement aux troubles psychologiques, à ce qu'on appelle les problèmes thyroïdiens, aux états inflammatoires aigus comme la consomption, aux séquelles de blessures et d'opérations, ou de brûlures. Dans ces cas en particulier, on fait usage de ghee de 10 ans ou le plus âgé possible, conservé dans la terre cuite, que les médecins se transmettent parfois de génération en génération : plus le ghee est âgé, meilleur est censé être son effet.
- le beurre clarifié a une nature fluide qui s'insinue dans tous les tissus du corps et en restaure la perméabilité. A ce titre, il permet une détoxification complète, en particulier quand des substances non digérées se sont accumulées dans les tissus profonds, et c'est pour cela qu'on l'utilise pour les thérapies amaigrissantes.
- la perte de poids excessif par l'ingestion de quantités importantes de ghee est une thérapie qui demande une grande vigilance au praticien. Le ghee s'insinue peu à peu dans tous les tissus, restaurant tous les feux digestifs avec l'augmentation des quantités, et surtout il emmène avec lui les amas de substances non digérées. Maigrir simplement en se privant de graisse ou en absorbant beaucoup de protéines favorise au contraire la formation de ces amas dans les articulations, les artères, la chair....ce qui stoppe les symptômes mais déclenchera un trouble parfois des années plus tard, et un vieillissement plus rapide.
- en cas de rhume, de douleurs cervicales, de constipation rebelle, d'état inflammatoire sans fièvre ni production de mucosités, de certains cas de surdité... le beurre clarifié va restaurer le souffle du bas et permettre les éliminations naturelles. De même que lorsqu'il est appliqué en onction de la tête...
Ghee lavé à l'eau de fleur d'oranger et au benjoin Allié à des écorces astringentes, il permet par exemple la régularisation des cycles féminins dans certains cas de métrorragie.
- au printemps, et pour les gens plus fragiles du foie, ou des artères, on peut ajouter au beurre fondu, avant qu'il ne se soit clarifié, ½ c. à café de poudre de curcuma pour 1 kg de beurre, ou une autre plante amère locale spécifique du sang. Plus léger que les huiles, la graisse d'oie, et toutes les autres graisses, il est mieux toléré par le foie.
- fouetté patiemment -108 fois dit-on- jusqu'à absorption d'une quantité égale d'eau, de décoction de plantes, d'eau florale... c'est du « ghee lavé », un merveilleux remède pour les peaux sèches et enflammées qui n'absorberont pas l'huile, ou simplement une crème de beauté, à conserver en pot à l'abri de la lumière et à prendre avec une spatule propre.
Mélangé à des graines de moutarde écrasées et un peu d'eau florale, cela peut permettre de préparer l'allaitement quand les seins sont douloureux ou engorgés, également soulager les seins au moment des règles, diminuer la mastose, stimuler la sensibilité et la fermeté de cette zone...
- symptômes de trop-plein : quand les selles sont chroniquement molles ou grasses, quand la peau prend une odeur de beurre, quand l'envie de beurre s'estompe, si les fleurs des femmes se ralentissent ou s'alourdissent sans autre cause manifeste... il est temps de diminuer les quantités, et de revenir à une consommation d'autres graisses, voire simplement de beurre, surtout en terrain humide.

mardi 26 janvier 2016

Suite des podcasts de France Bleu Touraine

telechargement.jpg Isabelle Dorso, de France Bleu Touraine, m'a invitée à faire une chronique bien-être de 2 mn diffusée chaque semaine à 8h40, depuis septembre, en variant les jours. C'est chouette et disponible en podcast! Et en plus, je ne suis pas la seule à intervenir: chaque jour, un praticien de médecine alternative différent! Vous pouvez écouter les podcast ici. Voici les derniers diffusés: le 4 février, le 26 janvier, le 21 janvier, le 12 janvier, le 5 janvier, le 24 décembre, le 16 décembre, le 9 décembre, le 1er décembre, le 25 novembre, le 17 novembre, et le 12 novembre.

lundi 25 janvier 2016

Stage de printemps

 Après une année d'interruption, un stage en résidence est en cours d'organisation: du 16 au 23 avril, en Ardèche, à 700m d'altitude, dans une propriété où la vie foisonne, au bord d'une rivière pure où nous nous baignerons si le temps le permet.

Nous ne ferons pas de théorie, je répondrai uniquement aux questions.
Nous commencerons au lever du soleil avec des pratiques de yoga et de pranayama, puis la préparation de repas en accord avec le lieu et la saison, des temps de liberté, des cueillettes sauvages dans les alentours foisonnant de la maison, des temps d'observation des plantes en commun, et une réflexion commune sur la perception des saveurs et des rythmes de la saison. Le soir, des pratiques de contemplation, de chant, de danse... seront proposées, et sans doute quelques balades nocturnes sous la lune pleine, selon le temps.

Infos pratiques:
- arrivée et départ de la gare de Valence, pour ceux/celles qui ne viennent pas en voiture, où un transporteur sera prévu.
- participation aux frais de nourriture et d'hébergement selon le nombre de personnes, probablement autour de 200 euros, selon le couchage en chambre ou en dortoir.
- prix du stage: 480 euros (sauf situation particulière)
- date limite d'inscription: le 20 mars. Inscription par versement d'un acompte de 240 euros.
- mon téléphone: 06 62 38 09 85

Sueurs et rosées

Baies d'épine-vinetteSeulement le 25 janvier, et le Vivant a basculé vers la manifestation. Les halos autour des arbres et des plantes se sont changés en rosée, scintillante ce matin sous le soleil, jouant à travers les brumes, et les premiers bourgeons se gonflent et s'entrouvrent de plaisir. Des raies de lumière encore rase, veloutée par la brume, lumineuse magie d'une céleste baguette, réveillent la vie endormie ça et là dans les prairies que les perce-neige ont colonisées, sous les feuilles où le pressentiment d'un mouvement après l'immobilité de l'hiver réchauffe l'humus des futures germinations, et nimbent la forêt de pureté angélique comme la chair d'un nouveau-né. Tout transpire... et nous aussi, nous laissons échapper cette eau qui s'est remise à courir en nous, qui emporte le superflu et nous baptise d'aube et de printemps dans les lumières bleutées de l'hiver.Boules de gui
Si ce n'est pas le cas, pour remettre la chaleur en mouvement, nous pouvons ensemencer nos réveils d'un peu de bière, nous engager dès le réveil dans des pratiques physiques toniques (course à pied, enchaînements d'arts martiaux, chorégraphie...), puis quand nous avons atteint notre point de rosée et que la conscience est bien installée dans le corps, avant d'être fatigué, attendre que l'appétit revienne pour prendre un premier repas. C'est un temps pour les cuissons à la vapeur, ou au bouillon, de céréales légèrement fermentées,dont la texture résiste aux corrosions et absorbe les trop-pleins, nourrissant la transformation et les élans: iddlis, miques de blé tendre, pâtes, crozets... avec la douceur pectorale et légère de préparations à la crème. Les premiers pestos, de persil, les complètent délicieusement. A moins que l'on ait envie des textures sèches, craquantes et rugueuses, toniques aussi, des crackers, gratins, tartes de pâte sablée, fruits secs... Soir tombant sur l'Indrepour retrouver l'appétit et se rassembler sous la chaleur vite montée, toujours avec un peu de vert. Si ça coince, on peut avoir envie de la douceur de la pomme compotée au four, des tisanes de sureau au lait, des fromages frais, du chou et ses jolies bronchioles vertes...

Une autre recette de mique à la vapeur
pour mon ami Patrick
Ingrédients pour 12 miques: une tasse de semoule de blé blanche (grosse), une tasse d'eau tiède ou d'un mélange d'eau et de lait cru, 1 c. à café d'huile ou de beurre clarifié, du sel, une lamelle de cube de levure boulangère fraîche
Préparation: mélanger les ingrédients dans un bol du double du volume. Faire chauffer le four quelques minutes avec le lèche-frite plein d'eau, puis l'éteindre et y placer le bol. Attendre à peu près deux heures que la préparation ait doublé de volume. Placer 1 cuillerées à soupe dans un ramequin huilé allant dans un cuiseur vapeur ou le moule d'un iddli-cooker huilé, ou dans un four à vapeur, ou un four chauffé avec le lèche-frite plein d'eau et rempli régulièrement. Lancer la cuisson à la vapeur. Au bout d'environ 20mn, démouler les petits pains vapeur, tout chauds, et les consommer avec une préparation de légumes à la crème, ou un pesto, ou des dips.
C'est nourrissant et apaisant, pur et léger, poussinant et légèrement gluant. Miam!

mercredi 20 janvier 2016

"On cuisine ensemble", podcast de l'émission sur France Bleu Touraine

telechargement.jpg Voici le lien pour (ré) écouter l'émission de ce matin sur France Bleu Touraine: "On cuisine ensemble", animée par Adrien Lacassaigne et Virginie Vivès, pour laquelle j'étais l'invitée du jour. Nous y avons un peu parlé d'Ayurveda, beaucoup de l'orge, et de mon livre qui sort demain.

jeudi 14 janvier 2016

Un petit épisode de fraîcheur

Lotus de glace sur la Loire en Février 2012Après ces quelques semaines amollies par la douceur, on sent monter enfin une tonicité, une joie, peut-être même une insensibilité au froid pour l'instant relatif, qui augurent de quelques jours, au moins, de fraîcheur très bienvenus. Le feu monte comme à la fin de l'été indien et nous pouvons avoir envie, pour passer ces deux ou trois jours d'acclimatation, de nous laver la tête; de manger beaucoup de salades avant le gel, du pesto de persil, des fruits cuits, plutôt du beurre clarifié (terrain aride) ou de la crème (terrain humide) que de l'huile, des nourritures sèches; d'élargir nos horizons en contemplant les levers et les couchers de soleil dans un ciel souvent dégagé; de nous étirer, de danser; de tout nettoyer, de jeûner, de nous extirper des boues et des décompositions...
Puis, peut-être les nourritures onctueuses nous attireront: plats de céréales et porridges, fruits cuits au four, potée de légumineuses au gras... et les pratiques physiques privilégiant la lenteur et la tenue de postures en tension, en extérieur, tandis que la joie s'épanouira, relèvera les paupières et animera les regards, et que la pureté poussinante des matins gelés ou enneigés nous insufflera une nouvelle jeunesse. Les tensions et la chaleur accumulées ces 6 derniers mois pourront se dissoudre dans la fraîcheur. L'amour qui n'avait peut-être pu s'épanouir, manquant de force, à la fin de l'année viendra éclairer notre chemin, nos projets reprendront de la vigueur, et nous aurons la concentration nécessaire, nourrie par le froid, pour leur donner forme.
 Si les changements gonflent nos abdomens, ou qu'ils nous montent à la tête, un thé bien fort ou une tisane astringente nous aideront à ne pas nous envoler et relâcher les vents en excès. Dans la perspective des médecines traditionnelles, l'"épidémie" de gastro actuelle est une réaction de nettoyage au changement de temps, pas un virus à proprement parler: le froid s'élève, et notre corps l'anticipe en élevant notre capacité de transformation et notre chaleur interne, comme une chaudière. Si le ramonage n'a pas été fait, si des excès alimentaires ou la mollesse de la douceur ont laissé des éléments non digérés sur son chemin, la chaleur interne les conduit vers l'évacuation... et c'est bien aussi.
Pour prévenir cela, on peut jeûner si on se sent sans appétit, boire des citrons chauds ou une boisson au gingembre et citron, avoir une activité physique qui demande de brûler les suppléments (à jeûn le matin de préférence)... Cela peut aussi venir d'une irritation générale, dû à un manque d'onctuosité, de douceur, de fraîcheur interne, ce qu'une bonne tarte au citron peut soulager.
Quand l'enthousiasme redescendra, ou/et l'appétit, on pourra avoir envie de s'engager dans des pratiques physiques plus toniques pour évacuer l'excès de chaleur interne et revenir à la douceur. Ou de passer au hammam ou au sauna, de se faire masser à la farine... tandis que les yeux conserveront un temps la douceur et l'éclat paisible des moments de fraîcheur.

e Porridge aux châtaignes
Porridge inspiré du chè vietnamien et du kheer indien
Ingrédients: lait cru, boulgour, noisettes, châtaignes sèches réhydratées une nuit, raisins secs, cardamome et anis ou racine d'angélique fraîche, eau de rose, vanille ou cannelle, sucre, agar-agar.
Préparation: faire chauffer 1 tasse d'un mélange d'eau et eau de rose avec 1/2 de c. à café d'agar-agar. Laisser bouillir 2-3 mn à feu doux, y dissoudre une cuillerée à soupe de sucre blond, puis éteindre et verser dans un contenant de manière à obtenir une couche d'environ 1 cm. Quand le mélange a refroidi, mettre au frais.
Faire rôtir à sec une poignées de noisettes étalées dans une poêle ou une casserole pendant environ 10 mn (le temps qu'elles exhalent une bonne odeur), puis les placer dans un torchon qu'on replie sur elles et les frotter encore chaudes à 'intérieur du torchon. Toute la peau ne partira sans doute pas... Concasser ensuite les noisettes.
Arbre entouré de son halo sous la neige Verser un litre de lait cru et 1l d'eau dans une casserole de 3l, avec 4 c. à soupe de boulgour, une grosse poignée de châtaignes coupées en 4, la poignée de noisettes, 1 c. à soupe de raisins secs type sultanas (non acides), un petit morceau de racine d'angélique fraîche ou 1 c. à café de graines de cardamome pilées et 1/2 c. à café d'anis, et un peu de cannelle (avec l'angélique) ou de vanille (avec la cardamome): 1/2 bouchon d'extrait, ou les graines d'une gousse fendue et évidée. La vanille et la cannelle permettent de mettre moins ou pas de sucre. Laisser cuire feu doux jusqu'à épaississement léger et réduction d'1/3.
Quand le mélange a tiédi, ajouter la gelée d'eau de rose coupée en petits dés. Sucrer si on le souhaite. Servir tiède ou froid selon l'envie.
Quand? Au moment où les sucs se concentrent pour l'arrivée du froid, quand la chaleur interne monte et bouillonne, après une longue marche dans la forêt fraîche et humide, pour les nuits ensemble.

dimanche 10 janvier 2016

Réactions en vrac: l'avortement, les rides, les régimes minceur, la maladie

Foetus_de_5_mois.pngLes internautes français se déchaînent contre le site ivg.net, accusé de présenter l'avortement de manière peu flatteuse. Après un tour approfondi sur le site, il s'avère que c'est faux, et que ce site a le mérite de poser un acte très courageux: aller à l'encontre d'une forme de dictature de la pensée, et présenter aussi des expériences malheureuses. Je ne suis ni pour ni contre l'avortement: être pour serait aussi absurde que d'être contre, mais je suis complètement et absolument pour le droit à l'avortement librement choisi en toute connaissance des éventuelles conséquences, actuellement largement minimisées pour ne pas avoir l'air d'être du côté des anti-IVG. J'ai eu l'occasion de voir de nombreuses fois en entretien des jeunes femmes pour qui cela avait eu des conséquences désastreuses, physiquement et psychologiquement. Femme_et_lune.jpgComment croire que porter la mort dans le berceau de la vie puisse être anodin? Cet acte pris comme une victoire du féminisme, et il l'est, demande aussi une gestion plus humaine, plus féminine, qu'elle ne l'est pour l'instant, sans parti pris. Comme de nombreux tabous de la pensée binaire qui prévaut en ce moment et contribue à toutes les fractures sociales et à tous les extrémismes.
Il existe de nombreuses autres façons d'aborder une grossesse non désirée, comme d'aborder la contraception et l'accouchement, et leurs conséquences, avec respect et tendresse pour les incroyables processus en cours. Et, là encore, les sociétés traditionnelles, dont le rapport à la vie est plus fluide et moins binaire que le nôtre, peuvent nous apprendre beaucoup, pour peu qu'on s'y intéresse et qu'on sorte des récits d'épouvante sur les sorcières et les "faiseuses d'anges".

Chaque fois (rarement) que j'ouvre un magazine féminin, je tombe sur des articles ou des pubs pour des crèmes de beauté ou des anti-rides aux résultats miraculeux, sans parler des collections de visages célèbres refaits, et du point de vue de l'Ayurveda, c'est étonnant: si le visage s'affaisse et se creuse, c'est avant tout un symptôme de dépression des organes internes, donc une crème ou une huile ne peuvent que très faiblement y remédier et une opération, ou cet incroyable traitement chinois à base de coups sur le visage, n'y remédiera que temporairement.Visage_ride.jpg Un affaissement des paupières indique une faiblesse des reins par exemple, des rides autour de la bouche et sur le menton, un déséquilibre des souffles, un assèchement du colon, ou un dysfonctionnement des organes féminins, la présence de nombreuses rides pointe un manque de sucs corporels ou un excès de chaleur interne, ou l'exposition à trop de chaleur sèche... interprétations que l'on peut aussi faire en examinant les gonflements ou l'émaciation de zones du visage, la coloration, la texture... En revanche, nous avons tous déjà eu l'occasion de remarquer que telle ou telle amie tombée amoureuse semblait soudain rajeunir: comme le kama-sutra le précise, le meilleur aphrodisiaque, c'est l'amour. Deepika_Padukone__star_indienne_au_visage_plein.jpgQu'il soit destiné à un être unique ou plus universel, l'amour amène la plénitude, physique et psychologique, qui trouve son reflet dans la plénitude du visage.
Le visage est un livre ouvert des troubles de santé, effacer les symptômes de ces troubles n'efface bien sûr pas les causes. Il vaut donc mieux s'attaquer aux causes pour espérer "rajeunir"... en consultant un thérapeute approprié en médecine chinoise, ou en Ayurveda, ou une autre médecine traditionnelle. Ou en pratiquant la compassion, en tombant amoureuse...

A toutes les époques de l'année leur régime minceur, et j'ai aussi donné le mien. Dans les textes de l'Ayurveda, il est précisé que faire maigrir quelqu'un sans contribuer à raccourcir sa vie est un exercice extrêmement difficile pour un thérapeute et, comme j'adore le redire et le ré-écrire, le beurre clarifié est l'ingrédient essentiel des thérapies amaigrissantes. En consommer régulièrement, avec des aliments chauds, est non seulement un plaisir mais le moyen de fluidifier et de faire circuler tout ce qui est non-digéré dans le corps et s'accumule dans les tissus et les organes, tant que les premières fleurs n'apparaissent pas dans la nature après l'hiver, pot_de_beurre.jpgque les selles ne deviennent pas grasses ou chroniquement molles, ou que les "fleurs" des femmes ne se dérèglent pas, symptômes qu'il n'est plus approprié. Le beurre clarifié allié aux plantes amères nettoie le sang du cholestérol, allié à une plante astringente spécifique il remédie aux hémorragies utérines et aux saignements, avec la nourriture il porte les nutriments dans les tissus profonds du corps et contribue à les régénérer... Ce beau liquide transparent et doré a aussi la réputation de conférer plénitude, chance et fortune! Maigrissons à coup de beurre, quoi de plus subversif? Pour un amaigrissement important, il vaut mieux consulter un thérapeute approprié qui proposera probablement une cure en résidence. Mais maigrir, c'est-à-dire perdre des surplus non digérés, ne doit jamais faire perdre la plénitude du visage, car alors c'est la vitalité qui est "digérée".

L'un des autres méfaits de la pensée binaire est celui-ci: la séparation fondée sur des analyses statistiques normatives entre malades ou fous et bien-portants ou normaux. La séparation est-elle si claire? Et même, existe-t-elle? La maladie existe-telle vraiment? C'est une question...
Le_chapelier_fou.jpg J'ai commencé à me la poser pendant mes études de littérature comparée, lors d'un séminaire sur la folie dans la littérature, un concept culturellement récent, et absent de beaucoup d'autres cultures. Puis, en constatant que des personnes présentant des réalisations impressionnantes du point de vue du yoga (capacité de marcher des centaines de kilomètres presque sans dormir ni manger, de supporter des froids extrêmes avec aisance, d'apaiser les animaux sauvages ou les chiens de garde, aux sens sur-développés ...), dans un état transitoire de confusion, voire de violence vis-à-vis de toute contrainte, bien compréhensible, étaient considérées chez nous comme anormales donc malades mentales, et internées, rendant de ce fait la confusion non plus transitoire mais permanente, et justifiant le caractère maladif de ces réalisations. Comment l'acquisition de "super-pouvoirs" ou "siddhis", spontanés, accidentels ou consécutifs à des pratiques intensives de yoga (ou autre), pouvait être considérée autrement qu'avec dévotion, admiration ou au moins étonnement: avec condescendance. Rabelais, reste où tu es, ce siècle n'est pas pour toi!
HH_le_Gyalwang_Drukpa.jpg A ce régime, j'ai croisé dans les montagnes de l'Himalaya un certain nombre de psychotiques, marchant pieds nus dans la neige, seulement vêtus d'un pagne, s'abritant dans des anfractuosités de rocher pour dormir, à 4000 ou 5000m d'altitude. Sans aller si loin, je vois de plus en plus de jeunes, voire d'enfants, plus que sain(t)s qui présentent des "symptômes" d'une semblable "folie", rapidement écartés du système puis mis dans des institutions spécialisées aptes paraît-il à gérer leur inadaptation au monde, ce monde producteur de déchets (et peu à peu, j'ai réfléchi à la manière de les accompagner vers leur lumière).
Je me souviens encore de cet homme que je croisai un jour d'hiver en descendant des Alpilles, vêtue seulement d'un T-shirt sous les rafales de Mistral et qui crut bon de me prévenir que j'avais des problèmes de thyroïde. Et moi qui croyais que j'étais simplement en forme et que ma ballade sauvage m'avait emplie de joie et de chaleur! La maladie, ce serait donc l'anormalité.
Celle, par exemple, de mon amie qui vit depuis une décennie avec un taux de fer si bas qu'un médecin "normal" l'enverrait se faire transfuser immédiatement, ou mon autre ami qui vit avec un taux de fer si haut qu'on lui annonce sa mort depuis sa naissance (il a 81 ans maintenant...:-))).
Une autre de mes amies me raconta avoir répondu au médecin qui lui montrait l'agrandissement du "papillon" de la thyroïde pour en justifier l'ablation planifiée: "Mais, si ses ailes poussent, c'est pour s'envoler!". Oui, tout va son chemin, non?
papillon_sortant_de_sa_chrysalide.jpg Et puis il y eut aussi des cancers autour de moi. Et je fus frappée de voir la joie, presque l'exaltation, éprouvée par certains avant l'annonce du "cancer", le mot qui tue. Et il me sembla que, pour le coup, le mot tuait au milieu d'un envol, sans parler du fait que la finesse des diagnostics conduit à traiter maintenant des tumeurs de taille ridicule. Frappée aussi parfois de l'effet addictif de la chimio, au point de penser que certaines rechutes pouvaient provenir de cette addiction, de ce besoin de se brûler au feu des produits chimiques, jusqu'à oublier toute émotion, et toute tristesse. J'eus aussi des proches atteints de troubles neurologiques importants ou de maladies auto-immunes en rémission "incompréhensible" ou "miraculeuse", des erreurs de diagnostic bien sûr.
Il me semble maintenant, avec une compréhension peu à peu plus subtile de l'Ayurveda, qu'il y a la ligne droite des moyennes, des exigences de la société et des règles, qui détermine la maladie, et sépare le dit malade, indésirable, des autres (en reste-t-il?), et la courbe des cycles humains qui, comme la lune, ont leurs phases de plénitude et leurs phases d'absence, même si lors de la phase d'absence, la mort peut apparaître, mais... c'est la vie.
Estampe_de_Minotaure__de_Picasso.jpg La maladie, pourquoi ne serait-ce pas plutôt se conformer à un idéal de personnalité formaté sans lien avec notre âme, chercher à contrôler le flot de la vie pour tout plier à nos idées, ignorer les interrogations que posent le supposé "désordre" et ses symptômes comme ses cadeaux, refuser le Minotaure porteur de vie au fond de soi, couper des morceaux de son corps ou de celui des autres en voulant chasser le monstre miroir, voiler sa conscience ou celle des autres avec des drogues légales pour rentrer dans les cases de la normalité sociale...? Prendre un médicament pour la goutte au lieu d'interroger sa consommation de viande et d'alcool, des médicaments pour maigrir ou avoir une meilleure circulation au lieu de faire de l'exercice, couper sa vésicule au lieu de s'interroger sur ses désirs inassouvis, ou se débarrasser de sa thyroïde au lieu de chercher sa paix...? Un confort factice et bien vendu que je n'ai pas vu mener au bonheur. Mais cela n'a jamais été le rôle du confort... et heureusement, même ça, l'être humain est capable d'en faire une voie.
Voie_lactee.jpg Et même, pourquoi ne pas accepter de faire confiance à la Vie, sans intervenir? Que cette énergie en surplus qui se manifeste par des symptômes de désordre ne soit pas plus à craindre que le pénible déchirement de la chrysalide du papillon? Que l'équilibre inhérent à toute chose, si incroyablement complexe et beau, n'ait aucun besoin d'être restauré, mais seulement reconnu? Que le déséquilibre précède simplement un nouvel équilibre, une nouvelle forme? Et, dans ce cadre, soigner ce serait simplement tendre un miroir, sans aucun jugement, regarder comme une mère regarde son enfant.
NB: bien sûr, je ne suis pas seule à remettre en cause le concept de maladie, au moins mentale: le féminisme et le mouvement d'anti-psychiatrie l'ont également fait en leur temps, et en ont démontré l'interprétation tendancieuse; d'autres ont élargi le débat à la remise en cause de l'obligation du bonheur et de la réussite, idéal de société patriarcale et verticale, ce à quoi j'adhère pleinement.

Ta Katie t'a quitté, de Boby Lapointe
Un autre fou: Eminem, "Just loose it"

mercredi 6 janvier 2016

Propositions de menus du moment

Mon jasmin est couvert de bourgeons de fleurs, de petites fleurs de lilas éclosent des bourgeons, des cerisiers fleurissent... C'est fou! Pour les engorgements (début d'angine par exemple), lime and ginger ale: gingembre frais, jus de citron, eau gazeuse, miel... comme au printemps! Et pour suivre les rafales de vent et l'agitation des souffles, du mouvement: celui des bulles, celui de notre corps..., et des ombellifères (graines de cumin, carvi, anis, fenouil, carotte...) pour dompter les souffles capricieux qui nous gonflent peut-être.

Petits-déjeûners: porridge d'orge aux écorces d'orange amère confite et aux fruits secs; pain d'épices, chantilly, gelée d'orange amère, thé noir ou infusion de frêne; pains d'orge, tomates séchées, mozzarella, thé d'orge grillée; soupe de légumes; tranches de citron entières confites au beurre et au sucre, thé noir, fontainebleau et coulis d'orange amère; tartines bien grillées et beurre, ghee et marmelade d'orange amère, thé à la menthe.
Déjeûners: céleri rémoulade aux pommes granny, pâtes fraîches, compote de bigarade aux épices, poêlée de chou; potée de laitue et pois cassés, gratin de millet à la crème, salade radis noir et roquette; croque au brouillé de lait et légumes racine confits, salade mélangée, pesto.
Goûters: tarte au citron, bradj, sabayon, cornes de gazelle, boules de riz vapeur farcies au sésame noir.
Dîners: soupe de légumes douce-amère aux pruneaux, mique (pâte à pain, éventuellement farcie, pochée dans le bouillon ou la soupe, voire à la vapeur, et délicieusement gorgée de jus); bûche de légumes chaude, sauce raifort et amandes, salade verte; brioche vapeur farcie à la compote de légumes, pesto de cresson ou de persil.

Brioches vapeur aux haricots
Ingrédients pour 12 brioches :
- pâte: 2 tasses de farine T55, 3/4 de tasse de farine de riz, 1/4 cube de levure boulangère fraîche, 1/2 tasse de sucre blond, ½ cuillerée à café de sel, 1 tasse de lait tiède, 1 c. à soupe d'huile;
- farce: 1 tasse de haricots secs trempés la veille, 4 shiitaké (ou lentins de chêne) réhydratés, oignon, sel, poivre, carotte, mélasse d'épine-vinette (maison) ou de grenade (épiceries orientales), ou amchoor (poudre de mangue séchée, en épicerie indienne)/ ou carottes, poireaux, pommes de terre, épine-vinette, ghee, poivre, sel/ ou chou vert, carvi, gingembre, pommes de terre...
Préparation: Faire un levain avec le lait tiède, la levure fraîche, 6 c. à soupe de farine et 1 c. à café de sucre. Laisser reposer 30mn dans un endroit tiède.
Ajouter le reste de farine de blé, la farine de riz, le sucre, le sel, l’huile, mélanger puis pétrir jusqu’à ce que la pâte se décolle des doigts.
Laisser lever la pâte à température ambiante pendant quelques heures dans son récipient recouvert d’un torchon humide, jusqu'à ce que qu'elle double de volume: elle doit être aérée, souple, et non collante.
Pendant que la pâte repose, on prépare la farce: cuire les haricots à l'eau avec 3 feuilles de laurier. Détailler les légumes et les champignons et les faire revenir dans un peu de ghee en commençant par les oignons seuls. En fin de cuisson, mouiller avec un peu de mélasse acidulée, ou un mélange d'eau et de poudre de mangue. Ajouter les haricots grossièrement égouttés et laisser cuire encore quelques minutes. Saler, poivrer.
Diviser la pâte en douze boules. Aplatir grossièrement en rond et garnir de haricots aux légumes. Refermer en plissant le bord de la pâte centimètre par centimètre. La forme finale est celle d'une bourse. Placer dans un cuiseur vapeur ou pocher à l'eau bouillante.

Pain d'orge
Ingrédients : 500g de farine d'orge (en coop bio), 1/4 de cube de levure de bière, 1 verre de lait, 1 c. à soupe de beurre clarifié
Préparation : Mettre la farine dans un plat large avec le sel et le beurre. Sabler entre les mains. Délayer la levure dans le lait tiédi et mouiller la farine sablée avec. Pétrir jusqu'à obtention d'une pâte non collante, ferme et souple, en ajoutant de l'eau petit à petit selon les besoins. 
Fariner le plan de travail puis diviser la pâte en deux. Aplatir chaque boule sur une épaisseur d'environ deux doigts. Recouvrir d'un linge humide et propre et laisser lever environ deux heures. Cuire à feu doux dans un tajine en retournant, ou dans une poêle en fonte avec couvercle, ou au four.
L'orge ne lève quasiment pas, il est donc normal d'obtenir un pain peu gonflé, et c'est délicieux.

Brouillé de lait
Ingrédients: 1l de lait cru, 25cl de crème fraîche, 1 tasse de petit-lait aigri restant d'une précédente préparation ou le jus d'un citron
Préparation: Faire chauffer le lait avec la crème. Quand le lait monte, verser le petit-lait, peu à peu, jusqu'à la formation du caillé. Éteindre le feu et laisser reposer quelques minutes. Transférer ensuite le caillé dans un torchon ou un linge fin et rincer sous l'eau froide. Accrocher ensuite le linge de façon à laisser le petit-lait s'égoutter.
Récupérer le caillé quand la consistance est encore très moelleuse mais sans excès de liquide.
Dans une casserole au bain-marie, placer le caillé, saupoudrer de curcuma pour donner de la couleur, saler, ajouter quelques fleurs comestibles de saison (bourrache, souci, courgette...) éventuellement et transférer sur des tartines grillées.
Recette extraite de mon livre "La Voie Lactée", aux éditions Assa.

mardi 5 janvier 2016

Mise à jours des podcasts de France Bleu Touraine et direct le 20 janvier

telechargement.jpg Isabelle Dorso, de France Bleu Touraine, m'a invitée à faire une chronique bien-être de 2 mn diffusée chaque semaine à 8h40, depuis septembre, en variant les jours. C'est chouette et disponible en podcast! Et en plus, je ne suis pas la seule à intervenir: chaque jour, un praticien de médecine alternative différent! Vous pouvez écouter les podcast ici. Voici les derniers diffusés: le 12 janvier, le 5 janvier, le 24 décembre, le 16 décembre, le 9 décembre, le 1er décembre, le 25 novembre, le 17 novembre, et le 12 novembre.

Pour la (re)sortie de mon premier livre aux éditions de la Martinière, je serai l'invitée de Virginie Vivès de 10h à 10h40 sur France Bleu Touraine le 20 janvier, avec un exemplaire du livre à gagner à la clé!

dimanche 3 janvier 2016

Année 2016, voeux et stage à venir

P1000131.JPGAstrologiquement, l'année 2016 est une année de surprises et de rebondissements, d'instabilité de fin de cycle, favorable aux entreprises audacieuses portées par un idéal et aux projets de réalisation personnelle. Il est possible, à un niveau collectif, que nous allions vers la fin de la Vème République, une solution à l'instabilité financière (qui peut être la fin ou le renouvellement du système), une crise migratoire contre laquelle le rempart du repli sur soi ne pourra rien; digues rompues, flots et flux incontrôlables, et dans ce cadre, les politiques de répression me paraissent vouées à l'échec; également coupure, fin, fracture, rebondissements, retournements de situation. L'ordre actuel ne doit pas être conservé, il doit être renouvelé, transformé, comme la "chose politique", pour aller vers plus de générosité et d'ouverture et favoriser la réalisation de chacun.

Alors, pour l'année 2016, je vous souhaite à tous de rebondir avec souplesse et de chevaucher l'instabilité vers la réalisation de vos rêves les plus fous et les plus audacieux.

Voici quelques chansons de natifs de l'année du singe:
"God save the queen" des Sex Pistols (Johnny Rotten est un singe de 1956)
"Creep" de Radiohead (Tom Yorke est un singe de 1968)
"Wolf" de Exo-K (Chanyeol, Chen et Baekyun sont des singes de 1992)

Je prévois un stage d'une semaine vers la fin avril, principalement pratique, dans un endroit paradisiaque au bord d'une rivière en Ardèche. Détails à venir...

dimanche 27 décembre 2015

Sortie de "Un goût de Paradis" le 21 janvier 2016

1540-1.jpgEt voilà, "Cuisine ayurvédique", ressort aux éditions de la Martinière avec un nouveau titre: "Un goût de Paradis", et beaucoup de mises à jour! Il est toujours illustré par les photos de ma précieuse amie et photographe Sophie Deiss:
"Sophie Deiss aime photographier, calligraphier, récupérer, assembler, transformer, ordonner. Elle s'est formée en Arts graphiques à l'Académie Julian et à l'EPSAA, et, depuis toujours, se nourrit de voyages, d'errances. Elle photographie comme elle respire et s'enivre d'expériences nouvelles et surprenantes, comme par exemple cette collaboration extraordinaire avec Florence Pomana: s'isoler en haut d'une montagne, sans électricité sans eau courante.et faire les photos des plats qui les nourrissaient ."

Et si ces photos ont plu à nos premiers lecteurs, c'est peut-être que dans leur simplicité elles irradient le bonheur absolu dans lequel nous avons vécu ce moment: un automne ensoleillé dans les montagnes provençales reverdies, les brumes du matin posées comme des soupirs en contrebas de la maison, la joie forte d'être ensemble et en pleine nature, la pureté, les horizons lointains, les troupeaux qui passent, le torrent et la fontaine...
Le livre sera disponible à la Fnac, sur Amazon, et dans toutes les librairies...

Musique de "Mustang" par Warren Ellis: Lale's theme

samedi 26 décembre 2015

Saturnales et trêve de Dieu puis des confiseurs

Poursuivant sur mon billet précédent, je célèbre à propos ce moment de suspension, ces douze jours entre Noël et l'Epiphanie où l'on observait le temps de chaque jour pour prévoir celui de l'année à venir. Un très bon article du Point ici sur les origines des traditions s'y rapportant: trêve en Bourse, à l'Assemblée et au Sénat, trêve sur les chants de bataille, sur les terrains de football... soulignant que nous sommes dans un moment hors du temps et des règles, que les Romains fêtaient avec les Saturnales, ce moment de l'année où toute hiérarchie était abolie, empêchant la sclérose d'un système trop figé. Un moment d'excès et de renversement des valeurs, où sans doute celles qui s'étaient trop usées s'émiettaient définitivement.
Ce temps de renversement et de suspension, il existe dans de nombreuses cultures, C'est le moment de comprendre la vacuité des différences, des séparations, des exclusions, des hiérarchies... de tout cet ordre intellectuel, jamais supérieur aux lois de la vie qui nous attirent toujours vers le miel de l'amour et de la fraternité. Et c'était vraiment joli ce qui s'est passé à Lens. Une fleur pleine de beauté, peut-être l'annonce d'un printemps de nos coeurs, maintenant que le carré de la cruauté, Uranus et Pluton, vit ses dernières semaines (il faudra quand même attendre 2019 pour en être complètement sortis).

"Sleep song" de Mariee Sioux

Time lapse des montagnes du Jura par Stéphane Godin et Bertand Picault

vendredi 25 décembre 2015

Autisme

Nick Cave jeune"Le goût des merveilles" est sorti au cinéma et sa bande-annonce m'a profondément émue, me rappelant à un écheveau complexe de perceptions, de souvenirs, de bonheurs ineffables et de travail. A tel point que je ne pourrai pas aller le voir je crois, mais je vous engage vivement à y aller pour ce regard très juste et lumineux sur ce qu'on appelle "l'autisme" ou les troubles de spectre autistique.

Régulièrement depuis 1993, je me retrouve confrontée, à travers mon travail ou des (très) proches, à ce phénomène qui, je pense, est appelé à se développer comme on le comprendra plus loin. Peu à peu, des évidences me sont apparues, dont j'ai pu faire l'expérience avec succès dans au moins deux cas.
Les TSA ont à voir avec le dedans et le dehors, ou comment le dedans peut accepter le dehors, une problématique fondamentale de "digestion" dans un sens bien plus large que la digestion des aliments, celle qu'envisage l'Ayurveda quand on parle, comme dans le langage courant, d'émotions ou d'événements mal digérés. Le dosha qui régule les échanges avec l'extérieur est le dosha pitta, le "gardien". Walt WhitmanBien sûr, puisque "dosha" signifie "ce qui peut être perturbé", il est susceptible d'être perturbé par de nombreux facteurs parmi lesquels: colère (dans le cas de bébés, perception de la colère de la mère, colère de la naissance et de la séparation...), excès d'acidité et de piquant dans les paroles comme dans les aliments, manque de compassion et d'empathie, excès de chaleur -sèche en particulier-, coercition, intrusion extérieure (du viol à la piqûre), excès de stimulation de la fonction oculaire (omni-présence des écrans) et manque d'espace, désincarnation, toutes causes que notre société normalisatrice, moralisatrice à l'excès, virtuelle de plus en plus, ne peut qu'aggraver. Le simple fait d'envisager l'enfant ou l'adulte comme un "fou" ou un "autiste" peut contribuer, je l'ai vu, à le faire replonger dans les symptômes les plus extrêmes.
Et, en effet, comment accepter, quand votre vie intérieure est infiniment plus riche que celle de votre entourage, quand l'univers peut déployer sa splendeur en un battement de cils, quand le monde extérieur et la société vous paraissent absurdes et grossiers, quand vos aptitudes sont sans comparaison avec les "normaux" (sens sur-développés, clairvoyance, capacités physiques hors-normes) qui vous invitent à leur ressembler, comment accepter d'être un albatros dont on pointe le manque de "maturité", de "réalisme" et d'habileté, comment accepter de communiquer? Même si ce rejet est le pendant d'une attitude cannibale pour l'entourage, comme un fleuve qui drainerait les rivières alentour, ou comme les bébés dont la pureté et la fragilité exposée déclenchent immédiatement un fort instinct de protection et ouvrent le coeur à l'amour. Et d'ailleurs, c'est aussi le cadeau de leur présence.
Cat stevens J'ai croisé des yogis dans les Himalayas qu'on aurait facilement pris pour des autistes, des candides ou des "fous", dénués de toute forme d'intérêt grossier, éloignés de tout mensonge, victimes faciles ailleurs, mais qui y étaient respectés voire révérés, et j'ai constaté que dans les sociétés traditionnelles, ces enfants n'étaient pas considérés comme des "moins" mais comme des "plus", élevés à l'écart de la société dès le plus jeune âge parce qu'ils ne s'y intégreraient pas: ils l'inspireraient. Ils ne peuvent prendre leur place seuls dans une société basée sur la compétition et l'intellect. Or ces enfants, plus personne ne les repère pour les élever dans le sens de leur destin, il n'y a plus de sens à leur souffrance aiguë, seulement celui d'un trouble à l'ordre, celui de la famille, de l'école, de la société. Et pour moi, la frontière entre enfants "autistes" et enfants "précoces" est très mince, comme est mince et très perméable la frontière entre "normal" et "précoce" ou "autiste": la plupart d'entre nous, blessée par la vie, a pu faire l'expériences de "troubles du comportement" tels que le repli sur soi, la répétition d'actions ordonnées et sécurisantes des heures durant, l'absence apparente d'empathie.

Voici l'ébauche d'une voie d'apaisement:
- pas de jugement, pas de morale, pas de norme, pas de diagnostic (une autre forme de jugement), pas de case. Et là on se demande où est l'autisme: dans notre société qui refuse les différences et se replie dans ses communautarismes, ou dans ceux qui souffrent de ce refus?
- un environnement très empathique, contemplatif, libre, ouvert, pur, ordonné et à l'écoute: pleine nature, montagne, monastère (là où l'on cultive aussi l'ouverture des champs de perception, là où se trouvent des semblables, là où l'on répète des actions ordonnées des heures durant)... pour soigner la blessure originelle, et pas du tout normatif. Donc pas d'école fourre-tout, pas d'apprentissage de la lecture ou du calcul à tout crin, comme voie unique de passage.
- alimentation sattvique exclusivement, parce que l'ouverture des champs de perception doit être nourrie, sauf en période de crise; alimentation pour apaiser pitta et la fonction foie-vésicule biliaire (Ah, les miracles de la panna cota!). Culture de la fraîcheur dans un monde toujours plus chaud.
Pierre Lieutaghi - massages quand c'est possible, par petites touches au début, pour rappeler au corps, à l'enveloppe poreuse de notre peau, voie d'échange avec l'extérieur. Cela peut même être simplement la prise des pouls: je me souviens d'une enfant qui m'a spontanément présenté son poignet pour que je touche ses "pouls" comme je le lui avais expliqué et qui s'est mise à parler pour me demander de garder mes doigts dessus. Cela dura une heure, pendant laquelle elle fut parfaitement calme, ouverte et même un peu bavarde à la surprise de sa maman. Elle avait ressenti l'alignement qui se produit quand on prend les pouls, comme l'expliquait le Dr Lobsang Drolma, et s'y plongeait.
- activité physique équilibrée et quotidienne, danse libre, marches dans la nature, des heures durant si nécessaire. Je me souviens aussi des résultats incroyables de la marche sur un jeune adulte, même s'il lui fallait parfois plusieurs centaines de kilomètres pour s'apaiser, défaire la raideur accumulée, et retrouver une capacité à l'empathie digne d'un rimpoche ou d'une maman. C'est la douleur ressentie qui empêche l'empathie, douleur d'être-au-monde, qui vient aussi d'un trop-plein des perceptions. Et la déficience cultivée en l'élément eau, pour atténuer la douleur.
- valorisation du destin de ces enfants, de leurs aptitudes, de leur fonction bouleversant les valeurs. A travers toutes les formes de création entre autres, afin qu'ils délivrent leur message. Et j'ai illustré ce billet de photos d'hommes qui sont pour moi tous des représentants d'une certaine hyper-sensibilité et de la douleur d'être-au-monde, un monde impur et imparfait, mais qui en ont nourri leur art ou leur travail, et leur tendresse. Les trois chanteurs ont en plus une gestuelle et des traits de visage que j'ai retrouvés chez ces enfants hyper-sensibles que j'ai croisés.
- attention particulière portée à la notion de vitesse sous toutes ses formes, ou de rythme. - et, bien sûr, certaines postures de yoga, l'usage de certains marmas, de plantes... éventuellement.
Tom Waits jeune
Ce qu'on appelle l'"autisme"", et ces êtres déraisonnables qui ne répondent à aucune forme de coercition sociale telles que l'ordre et la raison, mais seulement à leurs impulsions vitales au risque de la mort, c'est la trace du féminin de ce monde, autant mis à mal que notre Terre sur laquelle les zones "sauvages" deviennent rares.
Quand la valorisation, la juste place, n'est pas là, s'il n'y pas de sens à toute cette souffrance, toutes les déviances de violence et de fuite sont naturelles: fuite dans un ailleurs, crises de colère et de violence, auto-destruction, drogues (dont les écrans), extrémismes en tout genre, voire terrorisme, meurtre. Il nous faut d'urgence défaire les murs que nous construisons de plus en plus: communautarisme, normalisation, moralisation, tous les discours et les attitudes qui séparent... Enterrons les "politiquement corrects" consensuels et allant de pair avec le violent rejet de ce qui s'en écarte, les mythes du Bien et du Mal, les "héros" de films américains ou de propagande djihadiste qui tuent sans remords les "méchants" ou "mécréants", les doctrines et les charias, les cynismes et les mépris... ou préparons-nous à soigner les blessures. avec des fleurs, de la grâce, de la pureté, de la compassion... des feuilles d'herbes bien fragiles. A moins que le balancier ne revienne tout seul vers plus d'équilibre.
Creep de Radiohead
The Mercy Seat, de Nick Cave & Warren Ellis
"If I have to go" de Tom Waits
Trilogie du romancier de genre fantastique Erik L'Homme: Phaenomen

En janvier se tiendra un congrès à Paris sur le thème "Sortir de l'autisme" où n'interviendront que des médecins...

dimanche 20 décembre 2015

Ay que calor!

"Voie lactée ô soeur lumineuse
Des blancs ruisseaux de Chanaan
Et des corps blancs des amoureuses
Nageurs morts suivrons nous d'ahan
Ton cours vers d'autres nébuleuses

Regret des yeux de la putain
Et belle comme une panthère
Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins

Ses regards laissaient une traîne
D'étoiles dans les soirs tremblants
Dans ses yeux nageaient les sirènes
Et nos baisers mordus sanglants
Faisaient pleurer nos fées marraines

Mais en vérité je l'attends
Avec mon coeur avec mon âme
Et sur le pont des Reviens-t'en
Si jamais reviens cette femme
Je lui dirai Je suis content

Mon coeur et ma tête se vident
Tout le ciel s'écoule par eux
O mes tonneaux des Danaïdes
Comment faire pour être heureux
Comme un petit enfant candide.(...) Apollinaire, "Alcools"

Baies d'épine-vinetteLa Loire s'étale toujours mollement apparente entre les bancs de sable nombreux et inhabituels, les levers et parfois les couchers de soleil flamboient rose dans des cieux enfantins, les plantes du début du printemps font leur apparition (quelques fleurs de lilas pointent leur nez): il fait doux, très doux, trop doux pour la saison. Là où le calendrier lunaire prévoyait de la neige, il y a la fraîche douceur des matins et la langueur des après-midis. Les discours se font plus tendus, la conduite vraiment risquée pour les vélos face à des voitures impatientes, les conflits naissent puis s'apaisent faussement, les égos s'affirment à n'importe quel prix... Les déséquilibres de la saison produisent des déséquilibres d'humeur: inflammations de toute sorte, frilosité, raideurs psychologique et physique, insomnie, sécheresse ou tension de la zone ORL...
Heureusement, si on suit son instinct, et les plantes qui nous montrent le chemin, on peut danser avec ce faux printemps, y puiser l'espoir d'une chaleur après le coup de froid des événements de novembre, et sans doute cette chaleur nous permet-elle aussi de ré-ouvrir nos coeurs et les échanges que pépient les oiseaux joyeux.
Quelques aliments pas désagréables peuvent nous aider à ré-ouvrir ces échanges si on est un peu tendu et ne pas tout voir en noir et blanc, pour avoir enfin ensuite le courage et la fraîcheur nécessaires de descendre en nos tréfonds y affronter les cauchemars et les doutes qui ont pu y naître: les poires (par exemple les Tarte au citron bergamoteincomparables poires en biodynamie de Patrick Couté sur les marchés Beaujardin et Velpeau de Tours), les premières oranges amères, pour les écorces (recette ici) qui vident la vésicule biliaire de ses colères noires et favorisent le courage, le souffle du bas et le relâchement, la tarte au citron aux vertus pectorales qui permettent l'éclosion de la douceur, ainsi que la production de mucosités lors de phénomènes inflammatoires, le risotto d'orge dont je parle souvent, la panna cotta pour désaltérer les tissus en profondeur et "vider son sac" aussi, le vin allongé d'eau ou de fruits comme en été pour transpirer, un pesto de roquette à la pâte de noisette et au gingembre, une salade de radis noir yaourt et roquette, une poêlée de chou au carvi, une compote de carottes au lait à la cannelle, beaucoup de céréales onctueuses pour nourrir la paix et parce que c'est la saison, une cuillerée à soupe d'huile d'olive ou de noix le matin à jeûn et quelques gouttes d'huile de noisette ou d'amande dans le nez ("mets de l'huile"), le piquant des cressons et du raifort pour nous rendre moins piquants nous-même, mais aussi le repos quand le corps le demande, l'alternance de douches froides et chaudes ou un bain chaud avec transpiration suivi de friction et d'une douche froide, l'exposition à la lune bientôt pleine ou les aliments appropriés qui y ont été exposés (riz au lait, eau...), le tai chi en appui sur les cuisses sans forcer pour ne pas ajouter de tension, les étirements, la contemplation des horizons sur la Loire, de la lune et des étoiles, et le soin de nos pieds qui paraissent bien loin de nous en ce moment ... Grâce et harmonie pour transformer la chaleur en tendresse et clarté, même flamboyante s'il le faut.

Coucher de soleil sur la Loire Une fois encore, même si c'est Noël, comptons sur notre appétit et nos désirs plutôt que sur des traditions appropriées à un temps qu'il n'a pas fait depuis quelques années à Noël. Foie gras, dinde et marrons par 19°C, ça peut couper l'appétit pour longtemps... Soyons créatifs!

Recette de la tarte au citron
Ingrédients: deux jaunes d'oeufs, 3/4 de tasse de sucre blond, 1/2 tasse de jus de citron, le zeste râpé de 3 citrons, 1 citron entier, 1 tasse de beurre clarifié (c'est l'ingrédient qui change tout), pâte sablée.
Préparation: cuire la pâte sablée dans des moules à tartelettes ou dans un moule à tarte. Fouetter vigoureusement les jaunes et le sucre, puis ajouter le jus des citrons quand le mélange est clair. Placer au bain-marie ou dans une casserole épaisse, idéalement en cuivre-inox, sur feu doux et laisser épaissir en fouettant de temps en temps sans ébullition. Retirer alors du feu et laisser rafraîchir soit en posant dans un saladier rempli de glaçons, soit lentement à température ambiante. Une fois prise, fouetter la crème avec le beurre clarifié jusqu'à une texture complètement unie et soyeuse, puis garnir la pâte cuite à la spatule ou rafraîchir et garnir à la poche à douille. Mettre au frais la/les tarte/s. Dans une poêle, faire chauffer une cuillerée à soupe de ghee et y placer le citron restant découpé en tranches fines bien étalées sur la poêle. Laisser les tranches devenir translucides à feu doux puis saupoudrer de sucre et caraméliser légèrement à feu moyen. Ajouter les tranches en décoration sur la crème.
Les tranches de citron seules sont mon remède favori aux extinctions de voix dûes à trop de chaleur et de sécheresse.

Un phénix dans le ciel Recette du risotto d'orge
Ingrédients: orge perlée, poireaux, cardamome, poivre de setchuan, poivre, beurre clarifié, sel, parmesan ou autre fromage sec au goût neutre.
Préparation: faire cuire l'orge dans 3 fois son volume d'eau. Ajouter de l'eau, et du parmesan râpé en quantité désirée, puis saler au goût, et cuire à nouveau à petit feu pour obtenir un mélange crémeux. Pendant ce temps, émincer finement les poireaux. Faire chauffer du beurre clarifié, et y laisser revenir quelques secondes les épices fraîchement moulues, puis le poireau jusqu'à ce qu'il soit bien moelleux et fondu. Mélanger l'orge et les poireaux et remettre quelques minutes sur le feu puis servir.

Recette de la panna cota
Ingrédients: lait cru, crème liquide, agar-agar, vanille, amande amère.
Préparation: faire chauffer un peu de lait où l'on aura dilué l'agar-agar (une cuillerée à café bombée pour un litre de préparation) jusqu'à ébullition. Y ajouter la crème et chauffer à feu doux sans laisser monter à ébullition. Laisser rafraîchir en fouettant toutes les demi-heures, et ajouter les extraits d'amande amère et de vanille quand c'est tiède. Laisser prendre au réfrigérateur. Déguster avec une cuillerée d'amaretto, ou un coulis acidulé, par exemple de la mélasse de pommes ou de la gelée d'orange amère.

Une petite chanson ici pour les guerrières un peu découragées, pour relâcher un peu de pression, ou ici, toujours du "pays du matin frais".

Je ré-active les commentaires après une manip qui devrait limiter les spams...

vendredi 11 décembre 2015

Suite des podcasts de France Bleu Touraine

telechargement.jpg Isabelle Dorso, de France Bleu Touraine, m'a invitée à faire une chronique bien-être de 2 mn diffusée chaque semaine à 8h40, depuis septembre, en variant les jours. C'est chouette et disponible en podcast! Et en plus, je ne suis pas la seule à intervenir: chaque jour, un praticien de médecine alternative différent! Vous pouvez écouter les podcast ici. Voici les derniers diffusés: le 24 décembre, le 16 décembre, le 9 décembre, le 1er décembre, le 25 novembre, le 17 novembre, et le 12 novembre.

Et j'ai appris qu'il y avait aussi, sur France Bleu Touraine, une merveille, une médecine incontournable, que je souhaite depuis plusieurs années afin de rétablir un équilibre amplement défoncé: un journal des bonnes nouvelles, le JBN, à 7h22 tous les jours!

Noël approche...

I
DSCN5177__600x800_.jpg ''Un chant de la terre qui tourne, et de mots choisis en conséquence,
Croyais-tu que c'était cela les mots, ces lignes verticales?
Non, ce n'est pas cela, les mots, les mots essentiels sont la terre et la mer,
Ils sont dans l'air, ils sont en toi.

Croyais-tu que c'était cela les mots, ces sons délicieux qui sortent de la bouche de tes amis?
Non, les mots véritables sont plus délicieux que cela.

Les corps humains sont des mots, des myriades de mots
(Dans le plus beau poème reparaît le corps de l'homme ou de la femme, bien formé, naturel, gai,
Et chacune de ses parties est valide, active, réceptive, sans pudeur et n'a que faire de la pudeur).

Air, terre, eau, feu -voilà des mots,
Moi-même je suis un mot comme eux -mes qualités et les leurs se compénètrent- mon nom ne signifie rien pour eux,
Même si on le disait dans les trois mille langues, qu'est-ce que l'air, la terre, l'eau, le feu connaîtraient de mon nom?''
Walt Whitman, Chant de la terre qui tourne

Jeux de brume Le ciel est bien sombre et bien maussade en Touraine, la violente flèche de Mars et Uranus met en lumière les tourbes de Pluton ... Pourtant, si l'on s'arrache aux lumières factices des écrans, le regard plonge dans les vastes horizons nus de l'hiver sur la Loire étalée. L'espace emplit le regard et le coeur, le dos se redresse, une respiration s'installe qui anime la flamme du coeur, et la folie des courses de Noël, dont la vanité apparaît si cruelle cette année, semble puiser à nouveau à ses racines de tendresse et de partage. Peut-être tous ceux qui sont autour de moi dans la rue, faisant la chasse aux cadeaux, sont-ils seulement là pour se croiser, pour participer à ce joyeux flot pétillant le long des rues marchandes, heureux de pouvoir saisir le prétexte de l'achat pour rencontrer d'autres "mots" et former une jolie phrase tendre. Sans doute...
Au moment du triomphe de la nuit sur le jour, quand la lumière du Divin Enfant, le nôtre à tous, germera du fond de l'année, j'en appelle à la neige. Puisse-t-elle, plus tangible que les brumes qui rendent tous les contours vaporeux et doux mais s'efface avec le jour, nous envelopper de sa lourdeur et de sa pureté. Puisse-t-elle éteindre encore les sons, les odeurs, et l'agitation sans fin, pour nous permettre d'écouter notre chant, et celui des habitants de notre coeur. Puisse-t-elle de sa blancheur illuminer le fond de l'hiver, et amener le froid qui rosit les joues, fait monter la joie et éclaire la conscience. Puisse-t-elle même embarrasser les communications factices qui nous emmènent au loin, nous empêchant de voir tout prêt de nous.
 Le corps a besoin de la lumière des saveurs subtiles, de la délicatesse des textures travaillées, de l'ancrage que donnent les saveurs astringentes, et de l'apaisement des céréales et de la saveur douce (je viens d'ailleurs de découvrir que le caractère wa, signifiant paix en japonais, 和, est formé des caractères "céréale" et "bouche").On peut n'avoir envie que de céréales, de lait, de fruits, de safran, de crème... pendant un temps. Ou de nourritures qui purifient des émotions peut-être perçues comme des impuretés ou des poisons de ces dernières semaines. Au lieu de nous tourner vers les gendarmes de l'extrême, purifions notre intérieur: endives braisées, soupe miso, salades sauvages, pommes, tsampa... tous aliments qui sont aussi des dépolluants, et nous permettront de faire face aux transformations nécessaires, voire de les enfourcher joyeusement.
Voici une recette de tatin d'endives:
Lever de soleil sur la Loire Ingrédients : un rouleau de pâte feuilletée au beurre, 6 endives, de l'origan, de l'hysope (facultatif), du thym et des écorces d'oranges, du miel, du beurre clarifié, sel, poivre, parmesan râpé.
Préparation : couper les endives en deux dans le sens de la longueur. Faire chauffer 1 cuillerée à soupe de ghee dans une poêle. Ajouter une cuillerée du mélange d'écorces d'oranges (ou de zeste), de thym, d'origan et d'hysope. Placer les endives face large reposant sur le fond de la poêle et laisser braiser à feu doux et à couvert avec un peu d'eau, pas complètement cependant. Quand elles sont encore fermes, saler et poivrer puis les disposer dans un plat à tarte éventuellement couvert de papier cuisson, face large contre le fond toujours. Saupoudrer de parmesan et ajouter une ½ cuillerée à soupe de miel. Couvrir avec le rouleau de pâte feuilletée et mettre au four préchauffé à 180° pour 30mn. Retourner aussitôt à la fin de la cuisson et finir éventuellement de dorer dans l'autre sens. Servir chaud en entrée par exemple.
On peut remplacer le parmesan par une chantilly au raifort.

Suggestion de menus pour Noël, ou le Nouvel An:
Pain d'épices pur miel, pur seigle, sans levure ni chimie Vin de noix
Feuilletés au chèvre et aux poires; koftas de chou vert, sauce raifort et amandes; crackers aux graines et dips; fruits secs rôtis aux épices et aromates
Bûche de légumes
Velouté de cresson
Duo de purée de céleri et dauphines de potimarron aux noix; ou polenta grillée aux baies d'épine-vinette
Canard ou seitan à l'orange
Fromages
Mont-Blanc sur pain d'épices de neuf mois
Liqueur d'angélique
ou
Feuilletés au fromage; fruits secs rôtis aux épices et à l'orange; crackers et dips
Crème de pois cassés au gingembre
Tourte de courge musquée
Topinambours sautés aux pommes et au safran
Feuilles de bettes farcies à la polenta et aux baies d'épine-vinette
Chutney de poire et mandarine
Salade de feuilles de violette, cardamine et angélique au citron bergamote
Pesto de cresson et avocat, crackers aux graines de courge
Pain d'épices et crème glacée rose et safran au champagne

Une reprise d'une petite chanson d'Anne Sylvestre

''La terre ne refuse rien, elle est suffisamment généreuse,
Les vérités de la terre attendent continuellement, elles ne sont pas si cachées d'ailleurs,
Elles imprègnent toutes choses et se transmettent elles-mêmes volontiers,
Transmettant un sentiment et une invitation, je ne cesse de dire quelque chose,
Je me tais, pourtant si vous ne m'entendez pas, à quoi vous suis-je utile?
Enfanter, améliorer, si j'en suis incapable, à quoi donc suis-je utile?''
Walt Whitman, Chant de la terre qui tourne

La bande-annonce d'un film à voir: "Les délices de Tokyo", et d'un autre tout aussi émouvant et délicat "Le goût des merveilles". Ils sortent bientôt...

jeudi 19 novembre 2015

Enfin un peu de fraîcheur...

Baies d'épine-vinette encore rosesAprès les flammes de ce long été indien, de cette année si chaude, de ces événements récents qui nous brûlent, voici la bénédiction de la fraîcheur hivernale. Elle éteindra les flammes, réveillera la joie et la tonicité, nous permettra de plonger dans la tristesse et la nostalgie, d'ouvrir les eaux des pleurs pour laisser sortir ce qui doit, cicatrisant les blessure, nous entourant de pureté et de clarté. Dans la nuit de l'hiver, même quelques jours, nous saurons profiter de la magnifique opposition entre Vénus et Uranus pour faire échec aux tourbes et au chaos, mais aussi pour descendre en nos très-bas chercher la lumière qui nous guidera jusqu'aux renaissances du printemps.
Les volutes de l'ipomée sur un camélia finissant Comme la fraîcheur arrive brusquement, comme un ange pressé de nous secourir, il est possible que nos rouages coincent un peu au début: bronchite, angine, symptômes grippaux, absence à soi-même, fatigue... Lait chaud et guimauve pour les bronchites et les rhumes ainsi que les douleurs dans le corps, plats de céréales en abondance, nourritures réconfortantes et adoucissantes, massages, bains de pieds sinapisés le soir, repos si nécessaire, douceur, conscience et tendresse toujours.
Embrassons-nous plus que jamais, en nous récitant comme une litanie les délices qu'abritent ce monde de désir et d'amour. Voici les humbles miennes de ces jours écoulés: splendeur de l'épine-vinette qui déploie toutes ses couleurs et de sa baie rouge rubis ou rosissante comme un sein timide, douceur de l'amitié partagée autour d'un repas tout simple à dire des banalités qui ne sont que des prétextes, Les petites fleurs poilues du lamier pourprehumble beauté de la branche chargée de kakis qui ploie sous son fardeau dans le jardin de mon ami, complicité pétillante dans la découverte d'un nouveau coin de vie sauvage près de moi, émerveillement des trésors réveillés pour soi-disant consoler une amie, repos de mes yeux dans le regard tendre et juvénile de mon vieil ami, étrange beauté des cieux qui couronnent la Loire en ce moment Rosée sur des feuilles de capucineet joie de voir les levants gris et roses, harmonie ultime de ce chaos qui réveille nos aspirations au meilleur et nous tire de notre quotidien pressé qui oublie l'essentiel, richesse des odeurs d'humus sur mon chemin, tendresse partout, joie d'éveiller la conscience pour le combat nécessaire, joie de fouler les moissons de feuilles dans leur promesse de vie printanière, délices secrets de mon palais intérieur. Je les offre à qui veut, au vent, aux âmes de ceux qui sont partis, aux habitants de mon coeur... et surtout à ceux qui ont meurtri et tué, sans s'y arrêter.

Une petite musique: ici... et une autre ici.

samedi 17 octobre 2015

Rappels

telechargement.jpg Isabelle Dorso, de France Bleu Touraine, m'a invitée à faire une chronique bien-être de 2 mn diffusée chaque semaine à 8h40, depuis septembre, en variant les jours. C'est chouette et ce sera disponible en podcast! Et en plus, je ne suis pas la seule à intervenir: chaque jour, un praticien de médecine alternative différent! Vous pouvez écouter les podcast ici. Voici les derniers diffusés: le 25 novembre, le 17 novembre,et le 12 novembre.


la Voie Lactée Mon livre La Voie Lactée "Hymne au lait : réflexions, poèmes, citations, recettes, histoires et textes de médecine ancienne" est disponible en version e-book, plus facile à obtenir ici. Les magnifiques photos, qui portent si bien le propos général, réalisées en Gruyère, sont à nouveau de Sophie Deiss, la photographe de mon premier livre, Cuisine ayurvédique (Minerva). Lui, il sera disponible en janvier, mis à jour et re-publié par Lamartinière sous un nouveau titre Un goût de paradis. Le troisième, sur les saisons, est en cours de rédaction...

Quant à la newsletter mensuelle du site de Ayurveda en France (lien ici réservée aux abonnés, mais c'est gratuit), l'association des praticiens français de l'Ayurveda, c'est votre servante qui s'y colle également à partir de maintenant, en plus de la recette mensuelle. Et je remercie le bureau de sa confiance!

- page 1 de 18