Le paradis c'est ici ! - le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 26 mai 2017

Jours de canicule...

Une petite humaine dans l'eau et la lumièreAprès avoir déroulé quelques grognons rêtifs, encore tout ensommeillés des jours frais, la chaleur monte vite et épanouit tout à présent, de notre corps qui s'épanche, aux fleurs qui s'ouvrent, aux feuilles qui s'étirent, à l'espace qui s'ouvre...
Ce n'est plus le temps de la réflexion, de la concentration, du travail qui fait taper les doigts à toute vitesse devant l'écran. Vient ce moment merveilleux où l'esprit lâche son emprise, où l'inspiration peut nous emplir en même temps que le soleil caresse notre peau, où l'extérieur peut emplir notre intérieur, nous bouleverser, nous renouveler, nous épanouir. C'est le temps des paroles dans les cafés, du bruissement des rires le soir dans les rues, de l'ondoiement des robes des jeunes filles, des insectes dans l'air, des pollens qui se balancent, Lever du soleilde la brise qui nous fait fondre d'un bonheur sans raison. de la lenteur et de la rapidité. Dans les trois règnes, humain, animal et végétal, tout aspire à communiquer, à échanger, à se fondre...
C'est l'Ascension, ce sera la Pentecôte bientôt, quelque chose nous est révélé dans le feu qui disperse notre feu, un dieu nous murmure des histoires colorées, douces et gaies...fragiles comme des pétales, immenses comme le ciel.
On peut avoir besoin de s'accrocher pour ne pas s'évanouir de tant de bonheur, ou se dissoudre en arc-en-ciel. Contempler l'eau qui coule et son miroitement, semblant promettre toujours le Paradis. Faire couler de l'eau sur nos chevilles: si l'embrasement retarde le sommeil, la douche des chevilles (padadhara) ramène à la terre, ce rituel du lavement des pieds si apaisant par son humilité, sa simplicité et sa lenteur: au-dessus d'une bassine, on presse une éponge alternativement au-dessus de chaque cheville de l'embra(s)sé(e), pendant le temps qu'il faut à un bienheureux relâchement des tensions, celles de la joie qui porte hors de soi, de la fièvre, du stress, des paroles empoisonnées, de la chimiothérapie... Cela demande de quelques minutes à parfois quelques heures...
Parterre de nigelle Se plonger dans le ciel pur, si rare à Paris. Manger une crème glacée accompagnée de gelée d'herbes pour faire un ventre plat et redescendre quelques bouffées, ou boire un mélange de yaourt et d'eau gazeuse pour un lassi picotant au cumin et au citron. Tamponner ses tempes avec de l'eau de rose, comme une princesse des Mille et Une Nuits. Poser des mains amies sur les bras de nos compagnons de rire. Danser. Se baigner dans l'eau fraîche puis se mettre au soleil, avant de recommencer encore. Contempler la danse des humains, des animaux et des végétaux. Cueillir des fruits charnus, les bras bien levés... et manger l'été précoce. Laisser les paroles enfouies qui remontent comme des bulles trouver leur voie d'expression et s'envoler légèrement vers la clarté, avec leur fardeau ou leurs cadeaux.

mercredi 24 mai 2017

décompte tome 4, recettes et menus du moment

JasminAujourd'hui, et grâce à Françoise, Pernette, Jean-Michel et Philippe, nous arrivons à la somme de 3487 euros! Il ne manque plus qu'un peu plus de 2000 euros pour que le tome 4 soit publié.
Et il reste des exemplaires du tome 1...
L'AG de l'association a dû être reportée en raison d'un trop-plein d'évènements mais sera reprogrammée très bientôt.

Mai, le mois des fleurs blanches, des graminées juteuses murissant leurs grains, des parfums qui rendent amoureux, de l'exultation et de la chair.
Dans ce temps riche en saveurs, en montagnes russes et en rebondissements cette année, dans ce printemps sec et iconoclaste qui continue de voir disparaître piliers et certitudes, voici quelques plats réconfortants que j'affectionne:

Fleurs de serynga Semoule d'orge aux légumes de printemps
Quand l'appétit ronge l'estomac, que nous sommes captivés par les volutes des plantes grimpantes, que la chaleur nous rend trop légers ou trop lourds...
Ciseler trois oignons nouveaux, et deux cuillerées à soupe de chaque: aneth, coriandre, menthe. Faire revenir le tout dans une petite casserole avec 1 à 2 cuillerées de beurre clarifié. Réserver.
Passer une tasse d'orge perlée au moulin, mouture grossière, ou prendre une tasse de semoule d'orge du commerce. Couper 1/2 botte d'asperges vertes en tronçons, écosser deux poignées de petits pois, équeuter deux poignées de pois gourmands.
Faire revenir l'orge dans un peu de beurre clarifié quelques minutes à feu doux puis ajouter 4 tasses d'eau, du sel au goût, les légumes, et un peu de mélange "subtil" (cardamome, coriandre, setchuan). Cuire en remuant de temps en temps pour éviter que l'orge ne colle.
DSCN8059__600x800_.jpg Juste avant la fin de la cuisson, ajouter les herbes et l'oignon revenus. Servir éventuellement avec du fromage frais, de la burrata, de la crème...

Nouvelle recette d'orgeat
Pour les jours de chaleur brûlante, pour nourrir la tendresse et la fécondité en regardant les prairies où les graminées se balancent, et passent doucement du vert tendre et juteux à l'or du temps des moissons...
Faire tremper 1/2 tasse d'orge mondé pendant 24h dans de l'eau. Egoutter. Placer dans un bol et attendre la germination en rinçant les grains avec de l'eau.
Chèvrefeuille Quand les germes commencent à sortir, faire bouillir 3l d'eau. Mixer l'orge avec une petite quantité de cette eau bouillante. Verser le tout dans le reste d'eau. Au bout de 2h, filtrer.
Ajouter 200g d'amandes fraîches décortiquées et pilées, ou 2 c. à soupe de purée d'amandes. Redonner un bouillon. Laisser refroidir et filtrer à travers un torchon propre. Sucrer au goût (on peut aussi ajouter un peu de réglisse dans l'eau bouillante) et ajouter 1/2 c. à café d'extrait d'amandes amères ou de teinture de benjoin. On peut aussi aromatiser à la fleur d'oranger en plus. Servir à température. Garder au frais, pas plus de 24h, sauf avec la teinture de benjoin. Un dépôt se forme, ce qui est normal: il suffit d'agiter gentiment la bouteille pour que la coloration laiteuse redevienne uniforme.

Fleurs de marrronier Fraisier ou framboisier léger
Un concentré de mai...
Ingrédients: une mesure de crème liquide, une mesure de fromage blanc de bonne qualité, de belles fraises odorantes, farine, lait, crème, beurre clarifié, poudre d'amandes, levure boulangère, eau de rose, liqueur de fleurs de mai ou à défaut amaretto et eau de rose, zestes de citron, sucre, gingembre, cannelle, clou de girofle.
La veille, fouetter la crème en Chantilly, en ajoutant un peu de sucre pendant qu'elle prend. La mélanger avec le fromage blanc. Aromatiser avec la liqueur de mai ou l'amaretto et l'eau de rose. Laisser prendre au frais dans une mousseline.
Préparer la génoise en mélangeant le beurre clarifié, la crème et un peu de lait avec de la farine, du sucre et de la levure boulangère. La pâte doit avoir une consistance de crème épaisse. Laisser la pâte doubler de volume dans un endroit tiède. Ajouter la poudre d'amandes et laisser doubler à nouveau. Faire cuire dans un moule de la forme désirée pour le fraisier sur une épaisseur suffisante pour envisager de la couper en deux.
Préparer un sirop léger avec les zestes de citron, un peu de gingembre frais, de cannelle et de clou de girofle.
Sureau Couper la génoise par le milieu avec un grand couteau. Garnir la première moitié de fraises équeutées debout et étaler le Fontainebleau (le mélange fromage frais et Chantilly) à la spatule entre les fraises. Couvrir de l'autre moitié de génoise. Au pinceau, humecter la moitié supérieure de génoise avec le sirop. Verser du sirop dans le plat afin d'humecter l'autre moitié.
Laisser prendre au frigo ou/et déguster...

lundi 24 avril 2017

Statuts de l'association avant AG

Chers tous,
Les nouveaux statuts sont enfin prêts et il ne manque qu'une assemblée générale pour les valider. Vous êtes tous invités à y participer si vous partagez sans réserve l'objet de l'association, ou souhaitez participer aux futurs stages. L'assemblée aura lieu dans la deuxième quinzaine de mai, à une date à déterminer avec les volontaires, dont certains deviendront membres du conseil à l'issue d'un vote. Ecrivez-moi si vous souhaitez participer.

Quand les statuts seront validés par l'AG et publiés, le compte bancaire sera créé et les participations au tome 4 récoltées en chèque seront encaissées. En effet, comme précédemment annoncé, les prochains tomes de "Savourer le chant des saisons" seront édités au profit de l'association.
La cotisation pour être membre sera volontairement faible, afin que ce ne soit pas un obstacle.

Préambule : Le nom « Le Paradis, c'est ici » reste associé au blog démarré en 2009 et à la section Ayurveda .

Article 1 Titre
Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre « Le Paradis, c'est ici ».

Article 2 Objet
Cette association a pour objet la préservation de la vie sauvage sous toutes ses formes et la diffusion des savoirs traditionnels, manuels en particulier, comme fondements de la recherche d'un Ayurveda « à la française », et d'une réflexion sur l'environnement et le bonheur.

Article 3 Moyens d'action
Afin de faciliter la réalisation de cet objet, l'association pourra être amenée à organiser des stages, des conférences, la venue de spécialistes... et toute autre activité qu'elle jugera utile dans le respect des lois en vigueur. Elle anime un blog dans la perspective d'un Ayurveda « à la française »: blog.leparadis7ici.org.

L'association prenant de l'ampleur, elle se divisera en cellules indépendantes, chacune spécialisée dans leur objet : Ayurveda à la française, apiculture ancienne, vannerie sauvage, charpente, arts du textile, protection des oiseaux, protection de la forêt... et éventuellement munies de leur blog. En cas de conflit, chaque cellule pourra quitter l'association avec ce qu'elle y aura éventuellement amené.

Article 4 Siège social
Le siège social est transféré au 21 rue du cardinal Lemoine 75005 Paris. Il pourra être modifié sur simple décision du conseil.

Article 5 Durée
L'association est constituée pour une durée illimitée.

Article 6 Membres
Sont membres actifs les personnes qui participent au fonctionnement de l'association ou à la réalisation de son objet.
Sont membres adhérents les personnes qui bénéficient des activités de l'association.
Sont amis de l'association les personnes qui ne souhaitent pas être membres mais souhaitent apporter leur soutien aux activités de l'association.
Sont membres d'honneur les experts qui interviennent au sein de l'association. Les membres d'honneur sont dispensés de cotisation.

Article 7 : acquisition et perte de la qualité de membre
- acquisition de la qualité de membre
L'admission des membres est soumise à l'appréciation du conseil. Un refus n'a pas à être motivé.
- perte de la qualité de membre
La qualité de membre de l'association se perd par
la démission notifiée par lettre recommandée au/à la président(e) de l'association ; cette démission ne prend effet qu'après paiement des cotisations échues et de l'année en cours ;
l'exclusion prononcée par le conseil pour tout motif grave, l'intéressé ayant été préalablement invité à présenter sa défense ;
le décès, pour les personnes physiques, ou la dissolution pour quelque cause que ce soit, pour les personnes morales.

Article 8: cotisations et ressources
1° Cotisations
Les membres de l'association contribuent à la vie matérielle de celle-ci à travers le versement d'une cotisation annuelle, dont le montant est fixé tous les deux ans par le conseil.
2° Ressources
Les ressources de l'association sont constituées :
des cotisations annuelles
des subventions publiques et aides privées que l'association peut recevoir
de toute autre ressource non interdite par les lois et les textes en vigueur.
3° Mutualisation de moyens
L'association peut être amenée à mutualiser différents moyens pour faciliter l'intervention des membres d'honneur (matériel, assurance...).

Article 9: le conseil
1° Le conseil de l'association comprend trois membres actifs et 1 membre adhérent.
2° La durée des fonctions des membres du conseil est fixée à deux années, chaque année s'entendant de la période comprise entre deux assemblées générales annuelles. Les membres du conseil sortant sont immédiatement rééligibles.
3° En cas de vacance d'un ou plusieurs postes de membre du conseil, le conseil pourra pourvoir à leur remplacement en procédant à une ou plusieurs nominations provisoires.
4° Le mandat de membre du conseil prend fin par la démission, la perte de la qualité de membre de l'association, la perte des droits civiques, ou la révocation prononcée par l'assemblée générale, ladite révocation pouvant intervenir sur incident de séance. En cas d'absences répétées sans motif valable, les membres du conseil sont réputés démissionnaires d'office.
5° Les fonctions de membres du conseil sont bénévoles.

Article 10: réunions et délibérations du conseil
1° Le conseil se réunit autant de fois que nécessaire:
sur convocation de son/sa président(e) chaque fois que celui/celle-ci le juge utile et au moins une fois par an.
si la réunion est demandée par au moins la moitié de ses membres.
2° Les décisions du conseil sont prises à la majorité simple des membres présents ou représentés. En cas de partage des voix, celle du/de la président(e) est prépondérante.

Article 11: pouvoirs du conseil
Le conseil est investi des pouvoirs les plus étendus pour administrer l'association, dans les limites de son objet et des pouvoirs attribués par l'assemblée générale. Il autorise le président à agir en justice. Il prend notamment toutes les décisions relatives à la gestion du patrimoine de l'association, et particulièrement celles relatives à l'emploi des fonds, à la location ou l'acquisition des locaux nécessaires à la réalisation de l'objet de l'association, et à la gestion du personnel.
Le conseil définit les principales orientations de l'association. Il arrête le budget et les comptes annuels de l'association.
1° Le conseil assure la gestion de l'association. Il se réunit aussi souvent que l'intérêt de l'association l'exige, sur convocation de son/sa président(e).
2° Le/la président(e) représente seul l'association dans tous les actes de la vie civile et est investi de tous les pouvoirs à cet effet. Il/elle fait établir sous sa responsabilité les comptes de l'association.
3° Le/la trésorier/ère est chargé(e) de l'appel des cotisations. Il/elle procède au paiement et à la réception de toute somme. Il/elle établit un rapport sur la situation financière de l'association et le présente à l'assemblée générale.
4° Le/la secrétaire est chargé(e) des convocations, établit ou fait établir les procès verbaux des réunions du conseil et de l'assemblée générale.
5° Les fonctions de membre du bureau ne sont pas rémunérées.

Article 12: réunions et délibérations de l'assemblée générale
1° L'assemblée générale comprend tous les membres de l'association à jour de leurs cotisations à la date de la réunion. Chaque membre peut se faire représenter par un autre membre de l'association muni d'un pouvoir, toute autre représentation étant invalide. Chaque membre présent ne peut détenir plus de trois pouvoirs au cours d'une même assemblée.
2° L'assemblée se réunit au moins une fois par an, dans les 6 mois de la clotûre de l'exercice social et à chaque fois qu'elle est convoquée par le conseil ou sur la demande d'au moins un quart des membres de l'association.
Son ordre du jour est arrêté par le conseil ou par les membres qui ont demandé la réunion. La convocation est adressée à chaque membre de l'association, par mail ou sms, au moins 15 jours avant la date de la réunion. Elle mentionne l'ordre du jour.
3° Elle se réunit au siège de l'association ou en tout autre lieu mentionné sur la convocation.
4° L'assemblée générale est présidée par le/la président(e) du conseil, le/la vice président(e), à défaut par la personne désignée par l'assemblée.
5° Il est tenu une feuille de présence qui est signée par les membres de l'assemblée lors de l'entrée en séance et certifiée par le président.
6° Réserve faite de ce qui est dit aux articles 15 et 16, l'assemblée délibère valablement quel que soit le nombre des membres présents ou représentés.
7° L'assemblée ne peut délibérer que sur les questions inscrites à l'ordre du jour. 8° Sauf celles visées aux articles 15 et 16, les délibérations de l'assemblée sont adoptées à la majorité des membres présents ou représentés.
9° Les délibérations de l'assemblée sont constatées sur des procès-verbaux inscrits sur le registre des délibérations et signés par le/la président(e) et le/la secrétaire, ou sous autre forme moderne et légale.

Article 13: pouvoirs de l'assemblée
Outre ce qui est dit aux articles 15 et 16, l'assemblée est seule compétente pour :
approuver le rapport du conseil exposant la situation de l'association et son activité au cours de l'année écoulée ainsi que les perspectives ;
approuver les comptes de l'exercice écoulé ;
approuver le rapport sur la situation financière de l'association ;
donner quitus aux membres du conseil de leur gestion ;
procéder à l'élection des membres du conseil et ratifier les nominations à titre provisoire ;
révoquer les membres du conseil, même si cette question n'est pas à l'ordre du jour ;
autoriser tous actes ou opérations excédant les pouvoirs du conseil.

Article 14: exercice social
L'exercice social commence le 1er janvier et se termine le 1er décembre de chaque année. Exceptionnellement, le premier exercice commence le lendemain de la publication au journal officiel et se termine le 31 décembre 2017.

Article 15: modification des statuts
Les statuts ne peuvent être modifiés que par l'assemblée générale, sur proposition des membres du conseil ou du quart des membres de l'association.
L'assemblée ne délibère valablement sur première convocation que si la moitié au moins des membres sont représentés. Si ce quorum n'est pas atteint, l'assemblée est convoquée avec le même ordre du jour au moins 15 jours après la première réunion. Lors de cette seconde réunion, elle délibère valablement quel que soit le nombre des membres présents ou représentés. Les modifications des statuts sont adoptées à la majorité des deux tiers des membres présents ou représentés.

Article 16: dissolution
1° L'assemblée générale est seule compétente pour prononcer la dissolution de l'association et statuer sur la dévolution des biens ainsi que la fusion avec une ou plusieurs associations. Elle délibère et adopte ces résolutions dans les conditions précisées à l'article 12 des présents statuts.
2° En cas de dissolution de l'association pour quelque cause que ce soit, l'assemblée désigne un liquidateur si besoin.

Article 17: règlement intérieur
Le conseil peut établir un ou plusieurs règlements intérieurs ayant pour objet de préciser ou de compléter les statuts de l'association. Il est seul compétent pour les modifier ou les abroger.

samedi 1 avril 2017

Autres merveilleuses moissons du moment

Pousses d'ortiesSalade de pimprenelle, pousses de menthe, d'achillée, de patience, de pariétaire; feuilles de violette; fleurs de romarin, boutons d'arbres de Judée...
Merveilleuses parce qu'à partir de maintenant, la nature est le cuisinier qui assemble et parfume les plats. A peine besoin d'inventer: il suffit de cueillir ce qui se présente, de préférence dans le jardin ou le terrain le plus proche, là où sont rassemblées exactement les plantes qu'il nous faut, pour créer les plats les plus raffinés et les plus riches en saveur, à commencer par les salades, en laissant notre main se porter toute seule vers telle ou telle verdure, moissonner plus lourdement telle ou telle plante, à consommer de préférence crue parce que notre feu digestif encore réglé sur le froid a besoin de ralentir en douceur en s'attaquant à du cru, dont la vigueur porte le printemps au plus profond de nos tissus.
Pousses de consoude au premier plan, et iris dans un petit ruisseau en Picardie Cerfeuil musquéGlycine
Les orties du printemps, encore petites et presque inoffensives, toutes poilues, sont délicieuses en soupe bien sûr, par exemple avec des pois cassés, mais aussi en poêlée, cuites dans un peu de beurre et d'eau, éventuellement associées à des racines, de bardane par exemple, ou de consoude, signalées par les pousses qui jaillissent de terre. Comme cela a été dit, la consoude est une plante magique, grande restauratrice des tissus abîmés ou blessés, une véritable maman des cellules, et doit être abordée avec respect, sous peine de dégager des alcaloïdes très repérables au goût, et toxiques! L'ortie peut aussi être consommée en pesto cru, avec un peu de citron, de purée de noisettes et de sel, ou écrasée seule et appliquée sur les têtes qui manquent de poils, à qui elles communiqueront sans doute leur pilosité abondante. Si on se pique en les cueillant, il suffit de frotter sur les piqûres une feuille de plantain, et la douleur s'estompe, ce qui vaut également pour les piqûres d'insectes, du moustique à la guêpe après extraction du dard.
Ail des oursLierre terrestreRomarin en fleur
Très nourrissante, l'ortie permet de répondre légèrement à la question éternellement posée aux végétariens: "Mais... tu ne manques pas de protéines?" (toi qui tiens apparemment debout et manges végétarien depuis 25 ans), l'ortie étant l'un des végétaux, avec la consoude, les plus riches en protéines. Son pouvoir est décuplé par la fermentation, et l'application de bière d'ortie -ou purin-, outre son pouvoir régénérant sur certains sols, peut venir à bout de certains rhumatismes tenaces, en provoquant un eczéma temporaire et dérivatif: à utiliser avec un praticien expérimenté ou à ses propres risques...
Le lierre terrestre est la première lamiée à produire son arôme fort et rafraîchissant. On l'utilise comme la menthe, à toute petit dose, ou associé à un produit lacté. Il supporte mal la cuisson...
Il est toujours important d'identifier une plante avec précision avant de la cueillir et, à plus forte raison, de la manger. Cela vaut avec le cerfeuil sauvage, très courant au printemps au bord des routes, que l'on reconnaît à son odeur fortement anisée. Son parfum délicat et légèrement sucré, et la dentelle de ses feuilles, soutiennent la richesse des salades de printemps en apportant un contrepoint de douceur. Il se révèle tout particulièrement en sorbet, réduit en purée avec un peu de citron et de sucre, et passé à la sorbetière. Ses fleurs à l'arôme suave illumineront une salade, le même sorbet, une tartine...
Cardamine des présHerbe-à-Robert
Dans les forêts, l'ail des ours éphémère colonise parfois le sous-bois, et l'atmosphère, son odeur aillée, propre à "réveiller les ours" de leur hibernation, s'échappant par bouffées sous le soleil. On consomme son bulbe et ses feuilles, avant la floraison. Proche des colchiques, des arums et du muguet, toxiques, il s'en distingue facilement à l'odeur.
La cardamine aussi est piquante, qu'elle soit "des prés", avec ses fleurs roses pâles, ou "cressonnette" en petites touffes échevelés au ras du sol, sur les tiges desquelles poussent des petites feuilles ressemblant au cresson.
Les dentelles de l'herbe-à-Robert, voisines de celles du cerfeuil, se déploient sur des tiges rouge violacé dans les sous-bois, avant qu'une petite fleur rose ne se dresse à l'embranchement des tiges quand la plante a pris de l'ampleur. On récolte les sommités fleuries. Elles font partie des traditionnelles 7 herbes de Carême dans certaines régions, et donnent une touche d'étrangeté aux salades auxquelles elles sont incorporées. Je les utilise aussi presque systématiquement avec d'autres fleurs et herbes sauvages dans mes rouleaux de printemps dont elles renforcent l'astringence.
Le romarin fleurit quand le foie est sollicité par les changements de saison et, à une époque où les plantes étaient nos compagnes quotidiennes, on utilisait surtout ses sommités, comme celles d'autres plantes aromatiques et balsamiques, dans les salades.
Quant à la glycine, son parfum ne se reconnaît absolument pas dans ses jolies fleurs, seule partie non toxique de la plante, dont le goût se rapproche plutôt de l'huître, mais elles sont une joie pour les yeux.
Angelica archangelica: l'angélique cultivée fleurit en avrilCymbalairePousses de fenouil
Sur les vieux murs, ceux que l'obsession de la "propreté" a épargnés, on trouve les touffes tombantes de la cymbalaire, aux toutes petites feuilles et fleurs. Au printemps, elle apaise le regard de ses reflets bleutés et discrets, et le ventre de sa pulpe onctueuse. On y trouve aussi parfois une autre "casseuse de pierres", la pariétaire. En Provence, on en roulait les touffes pour récurer les casseroles. Elle récure aussi les organes...
Si on a cultivé de l'angélique, ses tiges ont pris de l'ampleur à cette période, peut-être même leur fleur principale s'est-elle élevée au-dessus du large buisson de feuilles. Impressionné par sa beauté et sa majesté, on peut néanmoins en cueillir les tiges qui, émincées finement, parfument divinement toute préparation, de la salade au dessert. Avec les feuilles, très amères, très rapidement fânées (le signe des plantes particulièrement sattviques, comme la consoude), je réalise souvent du ghee à la teinte verdâtre et au parfum idéal pour magnifier un plat de légumes. Très stimulante et chauffante, elle est cependant à éviter à partir des grosses chaleurs.
Lamier maculéFeuilles de plantain lancéoléPousses d'achillée
Ce n'est pas le lamier maculé, aux fleurs rose pourpre tachetées, que l'on consomme habituellement, mais plutôt le lamier pourpre, pour ceux qui l'apprécient. Lui aussi, il fit partie des salades de Carême, mais son parfum étrange, comme celui de l'herbe-à-Robert, ne plaît pas à tous. Moi, j'aime son goût d'ailleurs, de temps anciens, rêvés ou réels, où le goût plaisant n'était pas si tristement évident.
Avec les feuilles de violette, le plantain est une base des salades de printemps, même si sa saveur est humble. Tout comme les pousses d'achillée, dont le froufroutement dans la bouche est la principale qualité culinaire. Elle réveille la texture d'une salade, même et surtout d'une laitue, mais aussi de l'explosion de saveurs et de textures d'une salade sauvage. Elle porte son léger froufrou jusque dans les intestins alourdis du printemps.

Fleurs de pêcher en Touraine
Quand j'habitais en Provence, j'avais la chance de pouvoir éclaircir les grappes de fleurs de pêcher chez un voisin. Ces fleurs à l'odeur d'amande amère, je les saupoudrais de sucre pour une nuit puis les plongeais dans l'eau bouillante, ou les faisait chauffer avec du sucre dans de l'eau fraîche, afin qu'elles lui communiquent leur parfum, dans un sirop qui soulignerait la douceur d'un Fontainebleau ou d'un riz au lait. Ou bien, je les ajoutais avec parcimonie aux salades. Parcimonie parce que la fleur, comme celle du prunellier et du cerisier, contient un acide qui rafraîchit, fluidifie et désengorge à faible dose, mais peut à forte dose provoquer des hémorragies.

vendredi 31 mars 2017

Pissenlit: l'ébouriffé

Prairie de pissenlits Droit sur sa rosette, il montre sa tête ensoleillée sur les prairies printanières, riches ou vraiment engorgées, avec la candeur d'un ado ébouriffé après une soirée arrosée. Le nom de son genre, Taraxacum, semble un éternuement ou une imprécation pour conjurer les obstacles! Souvent complice de la pâquerette, il a lui aussi des vertus amollissantes et permet d'évacuer ce qu'elle a dirigé vers les émonctoires. Remède aux raideurs, et aux désordres comme aux habitants indésirables de nos tuyaux, il nettoie de la colère qui monte avec la chaleur, et tonifie l'appétit. On consomme ses feuilles à l'amertume bienvenue, ou sa rosette au cul blanc, en salade, tant que la fleur n'est pas venue; quand la fleur est venue, ses feuilles toujours, mais blanchies et cuites au beurre; mais aussi ses boutons, marinés comme des câpres dans le vinaigre et le sel; ses fleurs en confiture ou en sirop, ou en vin; et ses racines, récoltées entre l'automne et le printemps, torréfiées pour un succédané de café, crues, ou en décoction. Sa racine s'enfonce d'ailleurs profondément dans le sol, ce qui lui donne sa résistance et la capacité de fleurir sitôt le dégel, voire de refleurir à la fin de l'été. Son nom annonce clairement ses propriétés: "pisse en lit", aussi est-il un auxiliaire de choix pour les hommes -et parfois les femmes- ventripotents et colériques, souvent généreux, dont il dégonfle la colère et résout les blocages en réanimant le "souffle du bas". "Manger les pissenlits par la racine" indique effectivement une certaine urgence de traitement... Puis, quand il a généreusement ensoleillé les jours incertains du début du printemps, il se transforme en neige blanche, avec les chatons de saule, les pétales de prunellier, de cerisier, de pommier... et va porter la bonne nouvelle là où le vent emportera ses fragiles nacelles.Avant de souffler sur ce vieux jeune homme
Vin de pissenlit
Récolter deux grosses poignées de fleurs pour une bouteille de vin blanc. Débarrasser les pétales du calice et mettre cette moisson intégralement jaune dans le vin pendant 8 jours. Ajouter éventuellement une cuillerée à soupe de miel.
La cramaillotte, ou miel de pissenlit
Récolter environ 100 fleurs pour un pot de cramaillotte. Les laver et séparer les pétales du calice. Soit, sécher préalablement les fleurs au soleil s'il y en a, soit garder quelques pétales décoratifs, et placer immédiatement le reste dans une tasse d'eau bouillante et laisser frémir quelques minutes puis macérer quelques heures. Filtrer avec précaution. Pour faire une gelée au sucre, ajouter le même poids en sucre et cuire jusqu'à la bonne consistance. Au moment de mettre en bocaux, ajouter les pétales réservés.
Sinon, sucrer au goût et gélifier en ajoutant 1/4 de c. à café d'agar-agar au liquide froid, puis amener à ébullition à nouveau quelques instants, et laisser refroidir en pots après avoir ajouté les pétales.

Humble pâquerette...

Pâquerettes et pissenlitsFleur de Pâques... Ses pétales, en fait des fleurs ligulées, font une corolle de blancheur à un coussin poussinant de fleurs tubuleuses jaunes. Elle vient sur les pelouses et les prairies, même très tondues, où elle repousse opiniâtrement au ras du sol ou... "des pâquerettes". S'il va pleuvoir, elle fronce son nez qui peut rosir comme les joues des enfants sous le froid ou la pluie. Sa rosette pulpeuse et duveteuse, aux feuilles très légèrement dentelées, est délicieuse en salade avant la montée des fleurs, étonnamment odorantes quand on s'en approche. Toute petite, tout près de la terre, elle offre sa douceur avec constance à chaque printemps, quand la tiédeur met en lumière les raideurs et les lourdeurs,Pâquerettes aux joues roses en Tourainequand les épanchements, les bourgeonnements et les floraisons, en nous-même ou dans la nature, laissent des cicatrices que son huile répare, même sur les terrains arides parce que trop traités, trop rasés, trop arpentés...
Pour faire de l'huile de pâquerette: remplir un bocal de "fleurs", couvrir d'huile, de tournesol par exemple, et mettre au soleil. Rentrer le bocal quand il pleut et quand il fait nuit. L'huile, douce et onctueuse, apaise les raideurs intérieures et certains eczémas en massage, répare les blessures et les cicatrices, dégonfle les ecchymoses, efface les rides... De même que l'infusion des fleurs et des feuilles, ou leur consommation en salades.Bouquet de pâquerettes à l'ombre Elle apaise également l'inflammation des orteils chez les messieurs aimant les nourritures riches, et les poumons des enfants à la poitrine étroite qui pleurent jusqu'à se "casser la voix". Elle permet au ventre de relâcher les humeurs lourdes du printemps et les selles qui ne passent pas, et en apaisant l'inflammation intérieure, dégonfle les rétentions d'eau. Vin de pâquerette: 2 poignée par bouteille de vin blanc sec, macérer 8 jours. A consommer à raison d'une à deux cuillerées à soupe le matin à jeûn quand on est tout raide, ou sujet aux allergies.
Huile de pâquerette en macérat solaireEn cas d'état inflammatoire, on peut aussi boire sa décoction et se couvrir pour transpirer abondamment. Et son effet "fondant" fait merveille sur les duretés qui peuvent venir aux seins tant elle sait raviver la douceur de ce qui jaillit, se gonfle, fleurit et s'épanouit.

samedi 25 mars 2017

Une belle journée de printemps fleuri en plein Paris

P1000936_-_Copie.JPGP1000934_-_Copie.JPGP1000933_-_Copie.JPGP1000918_-_Copie.JPGP1000898_-_Copie.JPGP1000894_-_Copie.JPGP1000928_-_Copie.JPGNombrils de vénus dans le jardin alpin du Jardin des PlantesP1000895_-_Copie.JPG

mercredi 22 mars 2017

Tome 4, un printemps sous-jacent, recette

ail des ours en fleurIl reste 3 personnes qui n'ont pas répondu, mais tous les autres contributeurs se sont prononcés pour la poursuite de la collecte en vue du tome 4 de "Savourer le chant des saisons". Merci à tous et espérons que la sortie de la rétrogradation de Vénus le 15 avril portera la bienveillance et l'amour au coeur des élections... et permettra la publication du tome 4 sur le printemps!

Alors que le printemps marque la montée des sèves, la sortie de l'ombre, et le début de la manifestation, ces semaines à l'humidité bienvenue sont plutôt synonymes de relâchement, de descente, de retrait. Celui de Vénus dans sa course à l'envers, elle dont la rotation autour du Soleil est déjà en sens inverse des autres planètes, doublement rêtive cette fois. Les doshas accumulés depuis juin, et les crispations, enfin relâchés dans le corps, on peut ressentir un peu d'engorgement, de lourdeur, de tristesse, Poussins de saule en Auvergnede dégoût... Une bonne limonade de gingembre au citron fera pétiller les papilles et le désir, une jeûne partiel ou une mono-diète, ou un nettoyage plus radical opéré spontanément par le corps, ou une activité tonique mais modérée accompagnée d'assouplissements, dans la joie d'un corps plus délié avec la tombée des eaux. A nouveau, le goût acidulé des baies d'épine-vinette mettra du soleil dans nos plats de céréales, accompagnées d'herbes, de pousses, de germes, et de piquant/pénétrant: celui de l'angélique fraîche, du poivre de setchuan, de la cardamome, de la menthe, voire du raifort si on se sent très lourd.... La contemplation de la beauté à l'oeuvre dans la nature rafraîchit les yeux et le foie: celle des jeunes filles et des amoureux, celle de la suspension du temps dans la grâce d'une floraison fragile en plein Paris, celle de l'éclat tendre des regards sous la pluie...surprises sous la grisaille et l'apparente déprime. La tiédeur arrive!

PrimevèresDécouverte aujourd'hui des bébés amandes fraîches en provenance d'Iran (chez Eskan, rue des entrepreneurs à Paris, ou sur internet) incorporées à de l'orge aux herbes et au safran. Une recette végétérianisée de Najmieh Batmanglij:
Kitcheri vert aux amandes fraîches
Cuire séparément deux tasses d'orge perlée, préalablement rôtie à sec, à l'eau, et 1/2 tasse de lentilles vertes; ou pour une variante, 1 tasse de riz basmati et 1/2 tasse de soja vert trempé une nuit.
Faire revenir 10mn dans 6 c. à soupe de ghee 1 bouquet d'oignons nouveaux émincés avec leurs "feuilles", 1 tasse de bébés amandes, 1 tasse de coriandre fraîche, 3 tasses de persil et 1/2 tasse de menthe. Faire chauffer l'orge et les lentilles ou le soja ensemble, y ajouter la mixture verte, ainsi qu'1/2 tasse de jus de citron, 1 c. à soupe de mélasse de fruits (raisins ou poire), et 1/4 c. à café de filaments de safran dissouts dans 1 c. à soupe d'eau de rose pendant 10mn. Saler, poivrer et servir.
Le goût est subtil et délicieusement acidulé. Le plat rafraîchit comme un matin de printemps pur.

mercredi 15 mars 2017

Décompte tome 4, rétrogradation de Vénus, menus et recettes de saison

Narcisse à MonnaieNous sommes le 15 mars, date de fin du décompte. Et il y a, sous réserve d'erreur de comptage des frais de port, 2701,43 euros en caisse affectés à la publication. Merci à Jean-Marc, Gisèle, Patricia, Marie, Maryse, Jeanne-Marie, Dominique, Sonia, Gaëlle, Julie, Eloïse, Alexis, Martine, Karine et Cécile. Normalement c'est la fin, mais trois d'entre vous m'ont suggéré autre chose. Chacun va donc être contacté par mail pour vous proposer un remboursement, ou de simplement attendre que le montant collecté à travers les ventes du tome 1 ou les contributions soit suffisant pour l'impression du tome suivant. Je m'en remettrai donc pour la suite à vos réponses, d'autant plus importantes que c'est pour vous que j'écris!

Depuis le 4 mars, la Vénus du soir dessine dans le ciel son bel ouroboros autour du Soleil, avant son union avec le Soleil le 25 mars et la "nouvelle" Vénus, qui deviendra du matin. Au cours de cette boucle, elle va repasser sur le trajet effectué depuis le 30 janvier, pour redevenir directe le 15 avril et finalement achever sa boucle le 19 mai (de 26° du signe des Poissons à 13° du signe du Bélier). Prunus en AuvergneLes personnes nées en signe vénusien (Taureau, Balance), ainsi que celles pour qui Vénus est une planète dominante du thème, peuvent vivre une forme de dormition, ou de retrait, dont les beaux fruits se manifesteront en mai. Pendant cette période, les affaires de coeur sont au centre de l'attention, mais intériorisées, approfondies. Les remises en question sur la manière dont nous vivons les nôtres, leurs enjeux, leur "réalité", et peut-être aussi celles que nous avons vécu lors de la dernière boucle de Vénus dans ce secteur, en février-mars-avril 2009, sont susceptibles de mener à une évolution importante dans le secteur concerné de notre thème. Cette boucle, ce ralentissement, ce retour... donnent à Vénus pour quelques semaines la puissance d'une planète lente, et sa station en Bélier une énergie conquérante au moment de l'année où l'amour monte au coeur. Ces jours, elle a encore son visage courroucé, celui dont la flamboyante beauté déjoue les manipulations et les obstacles. Le 25 mars est une date exceptionnelle pour le coeur, la fécondité, la réconciliation, le dépassement des ruptures..., ainsi que les jours avant et après.

Magnolia à St Pierre-des-Corps Ca y est, le printemps froufroute à nos pieds, jette ses premiers à-plat de couleur sur les cerisiers et les prunelliers, ses touffes de narcisses, de jonquilles, de primevères, d'orchis.. dans les prairies, nous réveille les narines de timides parfums sous le soleil... Une incertitude demeure dans l'hésitation de la chaleur qui nous balance d'une saison à l'autre à la faveur d'une éclaircie, tandis que sous nos pieds des mondes s'ouvrent: premières et délicieuses rosettes de pâquerette, de pissenlit, de pimprenelle, de cressonnette, cardamine, herbe-à-Robert, stellaire, silène enflé...Les saules aux chevelures anisées se balancent dans la brise, tandis que les peupliers aux branches encore nues rougeoient de leurs bourgeons au parfum entêtant. C'est le moment du tout petit, du gracile, du fragile... Les pétales qui s'envolent déjà, les pousses qu'il faut s'agenouiller pour regarder ou prier... La vie pétille et fourmille mais ne se manifeste encore qu'avec retenue, sous la terre, dans les troncs et les tiges.
Inanna Mangeons des pousses, buvons des sèves, et continuons de nous abstenir de graisse, de sucre et de produits animaux pour éclore en majesté en avril. Les saveurs qui dominent le printemps: piquant, amer-acide, astringent. On les trouve dans les bières médicinales où ont macéré des plantes, dans les sèves qui fermentent naturellement, le kombucha, les limonades maison, dans les pousses de printemps, dans les pâtes non levées, les céréales de terre pauvre, ce qui est rôti, grillé, séché, les graines germées, les jus d'herbe...
Vierge aux roses Et, comme le manteau de la Terre, que notre peau fourmille, et laisse s'échapper pousses et bourgeons subtils, comme la Vierge aux roses ou la déesse sumérienne Inanna, tandis qu'une activité physique de nature tonique nous garde dans la présence, et une certaine détente malgré le passage de mars en Bélier.
A Paris et dans les villes touchées par la pollution, l'alliance entre plantes pectorales et verdures nettoyantes de saison est particulièrement importante, même si les restaurants et les magasins nous proposent déjà les légumes de l'été: allergies, irritation des bronches, des yeux, des muqueuses nasales... peuvent être apaisés par les moyens habituels de rafraîchissement intérieur. A l'aube des élections, il est peut-être temps de nous mettre à rêver un autre mode d'existence!

Propositions de menus:
Petits déjeûners : café d'orge et de chicorée, jus de carottes, pain d'orge grillé au beurre clarifié, gelée d'angélique; pain moelleux, sirop de bourgeons de pin, fromage frais, infusion de buis fleuri; pain de verdure, compote de pruneaux, bière de gingembre ; un demi-verre d'hydromel pétillant au sureau, puis une salade de graines germées et fruits secs de toutes les couleurs.
Déjeûners: polenta grillée à l'hysope, écorces d'orange amère, salade sauvage aux mille saveurs (par exemple, jeune fenouil, persil, pissenlit, roquette, violette, moutarde, feuilles de chou rave, pousses de brocoli, alliaire, stellaire, cardamine), confit d'oignon; pesto de pissenlit, poêlée de chou au carvi, tartines grillées, noix trempées dans le miel; crêpes roquefort et pissenlit, bouillon d'épluchures, mâche et stellaire, confit d'épine-vinette.
Dîners: crackers, pesto de pousses d'orties, soupe à l'oignon; potée de haricots et amandes, poêlée de verdure, chutney de prunes; gratin de kasha au safran, chutney de pommes et céleri rémoulade.

vendredi 24 février 2017

Décompte tome 4

Feu follet flottant sur l'eau?Nous sommes à J-19, et le décompte des chèques et des versements, moins la très petite commission de Paypal et les frais de port, nous amène à 2122 euros, soit plus du tiers de la somme nécessaire. Merci à Karine, Sabrina, mes parents, Véronique et Dominique pour leur contribution ainsi qu'à ceux qui ont fait un mailing pour partager leur enthousiasme!
Pour rappel, voici les contreparties, le total à atteindre étant de 5575 euros:
- à partir de 5 euros: un grand merci pour votre soutien
- à partir de 24 euros, plus les frais de port: un grand merci et un exemplaire dédicacé du tome 4 de "Savourer le chant des saisons"
- à partir de 46 euros, plus les frais de port: un immense merci et le tome 1 et le tome 4 dédicacé de "Savourer le chant des saisons"
- à partir de 120 euros, plus les frais de port: un gigantesque merci, 5 exemplaires du tome 4 de "Savourer le chant des saisons" dont 1 dédicacé, et votre nom dans la liste des contributeurs du livre
- à partir de 500 euros, plus les frais éventuels: un divin merci, un exemplaire dédicacé du livre, votre nom dans la liste des contributeurs et une journée de stage pour 1 à 10 personnes, ou un repas pour 12 personnes.
Frais de port: 7,25 euros pour la France, 14,75 euros pour la Suisse. Nous ne pouvons avoir de tarif préférentiel de la Poste avant d'avoir atteint 100 ex. pour une même zone d'envoi...

Cette nouvelle lune est pleine de douceur et de changements. On sent la pluie arriver, et avec elle le relâchement des tensions accumulées lors de ces mois secs et parfois frais...La tendresse peut nous envahir à nouveau, la subtilité aussi, celle que porte l'eau dans sa grâce et son abnégation, et la joie de la faim revenue.

vendredi 17 février 2017

Propositions de menus et décompte tome 4

 En comptant les chèques au nom de l'association, et la promesse de don faite par deux généreux soutiens, nous bondissons à 1744 euros, presque le tiers de la somme nécessaire! Merci à Kethy, Philippe et Yvonne, Sophie, Béatrice et Florence! Vu les bouleversements dûs au changement de site pour la collecte, et à mon propre retard dans la rédaction des recettes, je vais augmenter le délai de 15 jours. Nous sommes donc à J-27.Certains d'entre vous semblent éprouver des difficultés à passer par Paypal: il est aussi possible d'envoyer un chèque au nom de l'association à son siège 21 rue du cardinal Lemoine 75005 Paris.

Malgré la brutale douceur, les brumes et les rosées de février sont là, et la blancheur omniprésente dans la réverbération de la lumière sur la Nature nue, halo de pureté sur la promesse de vies à venir, tandis que la digestion des reliquats de l'hiver s'achève dans les mousses et les lichens. Le Carnaval arrive... avec ses beignets, ses bugnes, la fin des crêpes... et ses folies. Les premiers perce-neige apparaissent en touffes, les noisetiers déroulent leurs chatons moelleux, quelques pousses d'orties poussinent entre les feuilles mortes... Le délicieux frisson de février est bien là, plein de vie qui s'étire comme un chat au sortir du sommeil.
Champ d'oliviersPropositions de menus du moment pour materner ce tendre réveil:
Petits-déjeûners: pommes et poires cuites au four, blinis, compotes d'écorce d'oranges amères, crème; hydromel, porridge d'orge ou de blé noir aux fruits secs, compote de pruneaux aux écorces de citron bergamote, infusion "Matins purs" (angélique, cardamome, guimauve, réglisse, mélilot, aspérule...); pain au lait aux raisins secs et à la fleur d'oranger, tranches de citron confites au beurre et au miel, infusion d'angélique fraîche; pancakes, sirop de bourgeons de pins, beurre fondu, noix concassées, citron chaud au miel.
Déjeuners: pesto de persil, galettes d'épeautre, chouée, compote de fruits secs et panna cotta au lait d'amandes ; riz grillé au safran, amandes et baies d'épine-vinette, poêlée de légumes, gougères au poivre de Jamaïque, soupe de pois cassés au citron; tian de légumes racines, pesto d'orties, soupe de pois cassés aux carottes.
Goûters: bavarois, cake à l'orange, baba au rhum, sabayon, compote de carottes.
Dîners: daube de haricots aux pruneaux et mique; crème de haricots rouges; ragoût de haricots aux choux et poireaux.

samedi 11 février 2017

Après la comète... et décompte tome 4

_1000782.JPGMerci à Laurence, Cécile, Stella, Corinne, Anaïs, et Nathalie qui ont, les premières, soutenu le tome 4. Nous sommes à 190,97 euros. Une longue route à parcourir donc... En théorie, nous sommes à J-17. Comme sur Ulule, si nous ne parvenons pas à réunir le montant nécessaire pour l'édition du tome 4, tous les fonds versés vous seront retournés.

La comète, alliée à l'éclipse pénombrale de la nuit d'hier, et la "lune des neiges" (bien nommée cette année à Paris puisque la danse des blancs flocons a enfin saupoudré la capitale d'une magie éphémère), nous a peut-être un peu tourneboulés, inspirés, attendris... et notre corps anticipe à nouveau une rapide remontée des températures. Peut-être que le Ravi fait son apparition dans notre coeur, soudain immense comme la nuit peuplée d'étoiles, peut-être que nous avons quelques grognons tout jaunes qui rechignent au fond de nous et se contorsionnent dans nos canaux subtils, peut-être que le feu qui monte va embraser la cheminée de nouveau... Un sorbet au citron bergamote ou à la mandarine (oui, je sais, j'en mange depuis Noël) fera descendre les trop-pleins de l'estomac; un peu d'activité physique tonique au réveil, jusqu'à la transpiration, transformera les grognons et gardera la belle énergie qui monte dans le corps; un peu de bière pour ceux qui ne veulent/peuvent pas bouger, et les saveurs acides, piquantes et astringentes réveilleront l'appétit; du triphala avec un peu de ghee le soir pour les grognons les plus lourds, les vraiment très renfrognés... parce que ce mois de février, de fièvres, de sueurs et de rosée, n'est pas comme les autres années: il danse sa valse hésitation entre l'hiver roide et le printemps tendre et amoureux. Cette ébullition qui monte habituellement avec grâce au début de février, sous la neige ou la douceur, se déhanche en gestes saccadés, manifestant la folie du Carnaval, folie/révélation qui durera peut-être toute l'année.

jeudi 2 février 2017

Le tome 4 en financement participatif émigre sur le blog!

Champ de coquelicots devenu tableau dans mon appareil photoJ'ai eu quelques soucis avec Uule, qui a souhaité modifier le projet une fois validé et 10% de la collecte réalisée, aussi ai-je décidé de quitter ce mode de financement et de le transporter directement sur le blog, ce qui m'a donné l'occasion de me recentrer sur l'association à l'origine de ce blog.
Tout l'argent collecté l'est au nom de l'association "Le Paradis, c'est ici" qui existe depuis 2009, et que nous sommes en train de réanimer. Les statuts remis à jour, ainsi que son objet, seront bientôt publiés sur le blog, et dans le journal officiel, l'un de ses objets étant la diffusion de savoirs en relation avec l'Ayurveda et l'alimentation.
Récolte du jardin ensauvagé Le projet est le même que sur Ulule, moins leur commission de 8%. Les contreparties ne changent pas non plus...et je vous tiendrai régulièrement au courant sur le blog, puis à travers le bilan de l'association en fin d'année, du montant collecté.
Nous avons besoin pour le 28 février de :
- 4975 euros pour imprimer 500 exemplaires du tome 4 de "Savourer le chant des saisons" (et seulement 1000 euros de plus pour l'imprimer en 1000 exemplaires) d'au moins 180 pages en quadrichromie, sur du papier couché 135g, avec une couverture souple et une reliure cousue.
- 600 euros pour payer notre maquettiste, Diane, qui m'évite de passer des heures supplémentaires devant un écran et nous fait bénéficier de son professionnalisme.
- le paiement des frais de port pour ceux qui choisissent des livres en contrepartie: 7,25 euros exactement tant que la Poste ne nous consent pas de tarif spécial, 14,75 si c'est pour la Suisse.
Ce qui donne 5575 euros à collecter, plus les frais de port.

Parterre de nigelle sur le point d'éclore Et voici les contreparties:
- à partir de 5 euros: un grand merci pour votre soutien
- à partir de 24 euros, plus les frais de port: un grand merci et un exemplaire dédicacé du tome 4 de "Savourer le chant des saisons"
- à partir de 46 euros, plus les frais de port: un immense merci et le tome 1 et le tome 4 dédicacé de "Savourer le chant des saisons"
- à partir de 120 euros, plus les frais de port: un gigantesque merci, 5 exemplaires du tome 4 de "Savourer le chant des saisons" dont 1 dédicacé, et votre nom dans la liste des contributeurs du livre
- à partir de 500 euros, plus les frais éventuels: un divin merci, un exemplaire dédicacé du livre, votre nom dans la liste des contributeurs et une journée de stage pour 1 à 10 personnes, ou un repas pour 12 personnes.
Si vous ne pouvez pas, ou ne souhaitez pas participer, vous pouvez, si vous appréciez ce travail de recherche, diffuser l'info sur les réseaux sociaux, où je ne suis pas. Et on verra si on arrive à collecter le montant nécessaire à temps pour que vous ayez un exemplaire du livre en main au début de la saison...
Moi, je me plonge dans la rédaction des recettes... inspirée par la réception d'une bible de la cuisine persane: "Food of life" de Najmieh Batmangli. Des fruits, des herbes, des épices, de la subtilité et des savoir-faire...Quelle merveille!

jeudi 26 janvier 2017

Re-doux express!

La météo annonce une très rapide remontée des températures. Votre corps l'a sans doute anticipée et vous vous sentez plein de compassion et de tendresse pour le monde, prêt à fêter la St Valentin et la Chandeleur en même temps, à pardonner tous ceux qui vous ont offensé, émerveillé devant les petits riens du quotidien... Quasi extatique en fait.

A moins que l'élan vers le haut ne se soit pas arrêté au coeur, et que vous ayez la tête prise, le nez qui coule, les yeux et la base du nez rouge...parce que toute cette belle énergie s'envole. Pas la peine de rester au chaud, cela ne fera que s'aggraver. Vous trouverez sans doute votre bonheur dans le mouvement tonique: course, travaux de la maison, marche dans la ville à la recherche des trésors oubliés des soldes, toujours sport sous la couette... ou une bonne pratique martiale au matin. Un hammam peut aussi stopper les symptômes, un massage à la farine pour se débarrasser de cette vieille peau qui ne tolère pas autant d'amour, ou plus prosaïquement une série de squats si vous avez encore du "jus" malgré l'absence prolongée d'humidité. A Paris, on préfèrera le "sous la couette" et le hammam aux activités sportives ou en extérieur.

samedi 21 janvier 2017

Très froid et très sec: quelques petits trucs pour être bien

A Paris, et dans une partie de la France, le froid est intense et très sec, et l'air pollué. A l'intérieur, l'atmosphère est encore un peu plus asséchée par le chauffage...ce qui peut créer un excès de souffles dans le corps, à une époque de l'année normalement marquée par un froid humide, lors d'une année très chaude et sèche. Cela peut conduire à la grippe, ou à d'autres manifestations de troubles de souffles et de la circulation. Quelques petits gestes simples:
- comme les gelées qui cuisent toute dureté, profiter de ce froid sec pour laisser cuire et gélifier nos amas non digérés..
- consommer toutes sortes de gelées ou de produits gélifiés: panna cotta, sabayon, lemon curd, aspic... dont vous avez probablement délicieusement envie.
- pas le moment pour se lancer dans un marathon...ou gare aux courbatures. L'Ayurveda recommande plutôt le sport sous la couette pour chasser le froid.
- laisser chantonner dans la maison à tout petit feu la potée de légumes-racines, ou de légumineuses, ou même de viande..qui humidifiera l'atmosphère et stimulera l'appétit. .
- faire des inhalations de temps en temps, une à deux fois par jour. Pas avec des huiles essentielles qui agresseraient les muqueuses déjà fragilisées par le froid, mais, une serviette sur la tête ou le nez dans un inhalateur, quelques feuilles de menthe, d'hysope et de tilleul ajoutées au bol d'eau chaude. Quand l'air est très sec, respirer de la vapeur peut être très apaisant. Le hammam est en revanche déconseillé, d'autant que le re-doux annoncé le rendra bientôt vraiment agréable...

samedi 14 janvier 2017

Tome 4 de "Savourer le chant des saisons" et menus du moment

DSCN7571__800x600_.jpgLe top départ a été donné jeudi:

le tome 4 de "Savourer le chant des saisons" est sur Ulule!

Ce volume contiendra plus de 180 recettes, les sections "cueillette" et "préparations du mois" seront évidemment plus importantes, comme celles des 2 tomes suivants, et de plus nombreuses photos illustreront les plantes.
Si vous souhaitez soutenir ce travail, vous pouvez pré-acheter le tome sur Ulule, réserver un stage ou un dîner, ou simplement communiquer et "liker" sur les réseaux sociaux (où je ne suis pas). Plus de détails sur le site...
Et quelle belle tâche que la mienne à présent: comme la Terre en dormition givrée, rêver le printemps fleuri et lumineux dans le cocon de nuit d'un hiver bien frais, dans la douceur angélique des lumières rases, dans l'ébullition pure des brumes matinales...!

Voici quelques propositions de menus onctueux et pectoraux, tandis que les températures descendent à nouveau:
Primeveres_en_Auvergne.JPG Petit-déjeûners: mon porridge au gingembre, pomme au four, thé fumé; tchaï, porridge d'orge grillée, pâte de coing; tartines grillées, beurre fondu, compote d'orange amères, jus de carottes.
Déjeûners: flan de carottes, fondue de chou chinois au setchuan, chutney de poires; potée de pois chiches acidulée aux épices et poireaux, risotto d'orge aux coeurs d'artichauts et citron bergamote, tranches de mandarine confite.
Goûters: tarte au citron, galette à la frangipane, panna cotta, tatin de poires au gingembre et à la mandarine, lait de poule, sabayon au champagne ou au Vouvray.
Dîners: gratin dauphinois; minestrone et pain noir; crème d'orge.

Porridge au gingembre
Pendant les cures, je me suis aperçue que la recette du porridge n'était pas évidente pour tout le monde...Moi, je le fais comme ça:
Ingrédients: 3 cuillerées à soupe de flocons d'avoine, 1 1/2 tasse d'un mélange moitié eau moitié lait cru, 1 c. à café de gingembre frais pelé et râpé, 1 c. à soupe d'amandes effilées, 1 c. à soupe de raisins secs, 1 c. à café de baies d'épine-vinette, 1 c. à café de graines de lin, 2 c. à café de mélasse de raisin ou de poire, une poire coupée en cubes.
Préparation: faire chauffer le mélange eau et lait avec les flocons. Ajouter les graines de lin et les fruits secs. Quand la préparation a pris corps, de la consistance d'une crème fouettée, ajouter le gingembre et la mélasse (miel à défaut), ainsi que la poire. Consommer bien chaud.

Lait de poule
pour début de grippe... ou gourmands.
Ingrédients: 2 jaunes d'oeufs, 1 tasse de lait cru, 1 tasse d'eau, 2 c. à soupe de crème liquide, 1 c. à soupe d'eau-de-vie ou de liqueur (de préférence, bénédictine ou chartreuse), sucre ou miel.
Préparation: chauffer le lait avec l'eau. Ajouter la crème et retirer du feu. Fouetter ou passer au shaker avec les jaunes d'oeufs battus avec le sucre ou le miel, et la liqueur. Boire joyeusement et bien mousseux.

Chez certains, les prémisses de la baisse importante de température prévue a déjà envoyé les souffles vers les hauteurs et déclenché des affections ORL: bains de pied chauds au gros sel ou à la moutarde, beurre clarifié à jeûn dans un verre de tisane chaude (camomille par exemple), contemplation du bout du nez (en louchant) pendant quelques minutes chaque jour, frictions du corps entier...
Ce merveilleux froid qui arrive, s'il dure un peu, nous permettra de relâcher la chaleur accumulée toute cette année, de trouver une certaine paix, la clarté de nos pensées, le rayonnement de notre coeur... N'hésitons pas à nous y exposer! Et appelons la pureté de la neige à le couronner...

dimanche 8 janvier 2017

Meilleurs voeux pour 2017!

Aube sur St Pierre-des-Corps
Après les bouleversements et les rebondissements de 2016, voici une année qui va demander d'ouvrir nos esprits pour accepter les changements que nous avons vu émerger, et nous réconcilier. Beaucoup d'entre nous auront envie de déménager, de changer de métier, voire de vie; certains le feront, migrant eux aussi. Un changement qui balaiera aussi les feuilles mortes collectives: vieux partis peut-être, idéologies fânées, pouvoirs usés et abusés.
Il ne sera toujours pas temps pour la stabilité ni pour l'ordre, mais bien pour la réussite éclatante d'actions audacieuses quoique ancrées, portées par la droiture et le travail de longue haleine, ainsi que pour la grandiloquence, la futilité et la folie des grandeurs de personnages qui pourront disparaître par la suite, aussi vite qu'ils se sont gonflés (une histoire de grenouille plus grosse que le boeuf?), parce qu'avant tout on recherche cette année droiture, ancrage et pureté. Peut-être la fin de l'idée d'une Vérité unique, d'une "version officielle", et l'acceptation des multiples vérités, même "honteuses", que recèlent notre monde complexe, du feuilletage de la réalité même tangible. Une humble ouverture vers la voie de la compassion...
Alors, pour cette année 2017

mes meilleurs voeux de réussite, que se réalisent nos souhaits les plus chers, que la pureté nous guide!

jeudi 29 décembre 2016

Idées de menu végétarien pour le Nouvel An

Feuilletés aux poires et reblochon, ou chèvre et compote de poires
Fruits secs rôtis aux épices et à l'orange
Blinis, cardons et dips: rillettes d'artichauts, pâte d'olive verte, sabayon aux lentins de chêne et girofle, crème de céleri rave, pesto de cresson et avocats
Crème de panais aux pommes et noisettes
Ravioles de fromage caillé et chou dans leur bouillon d'épluchures au safran
Crème de pois cassés au gingembre
Tourte de courge musquée
Topinambours sautés aux pommes et au safran ou gratins de cardons
Feuilles de bettes farcies à la semoule d'orge et aux baies d'épine-vinette
Légumes racines confits aux épices
Ragoût de châtaignes aux coings
Chutney de poire et mandarine
Moutarde de Bénichon
Des nuages comme des ailes tout autour de Notre-Dame Salade de feuilles de violette, cardamine et angélique au citron bergamote
Pain d'épices, et crème glacée rose-safran au champagne
Duo de panna cotta et sabayon au citron bergamote, gâteau de carottes
Lait de poule
Florentins aux fruits de berce de mon amie Christine Causera
Mousseux chocolat, mandarine et poivre de sitchuan du chef Stéphane Décotterd
La plupart des recettes sont sur ce blog ou dans mes différents livres...:), sauf l'avant-dernière, et la dernière dont le lien va vers le blog excellent d'un chef étoilé suisse. Sa recette m'a tellement scotchée que j'ai juste eu envie de la faire sans rien y changer: parfaitement adaptée à la saison, équilibre des goûts, harmonie des arômes et des textures. Ah, les suisses!

La grippe maintenant: ce qu'on appelle virus ou épidémie de la grippe est un ensemble de symptômes qui relève du dérèglement de Vata, ou des souffles: un excès de froid et de sec qui se loge dans les articulations, dont seule la fièvre, mais au risque de sécher encore un peu plus le corps, peut faire sortir. Effectivement, la grippe arrive tôt cette année: une année particulièrement sèche et chaude, et agitée... Les agapes de fin d'année et une nourriture riche en graisses, en sucres lents, en sucs (bouillons, jus, laits...) sont la meilleure manière d'y échapper, à condition qu'il n'y ait pas d'excès d'alcool. Réjouissons-nous et profitons de ces nourritures précieuses et délicieuses que seul le froid de l'hiver peut nous permettre de digérer!
Joyeuses fêtes à tous!

lundi 26 décembre 2016

Le temps de la suspension du temps, propositions de menus et recettes pour estomac festifs ou trop chargés

Voie_lactee.jpgNous entrons aujourd'hui dans ces douze jours entre Noël et l'Epiphanie, trêve des confiseurs ou héritage des Saturnales, où, les excès alimentaires aidant, le temps se suspendait, et avec lui les hiérarchies, les règles de la société, les guerres et les compétitions, voire les activités de la Bourse; hommage au Féminin, à ce point de l'année où toute puissance se réserve et se régénère, où les règles écrites s'effacent et se renouvèlent en se perdant ou se renversant, dans le silence assourdissant des festivités. A voir cette année 2016 qui s'achève, je crois que des Saturnales s'imposeraient, une alternative courageuse aux trublions qui l'ont animée. Oui, parce qu'une société qui accepte que ses règles soient complètement abolies pour Femme_et_lune.jpgquelques jours, c'est une société qui affronte leur validité ou leur inanité: quand le clochard est devenu roi ou le migrant devenu bourgeois, ou le brigand devenu policier, la véritable place de chacun apparaît avec force au moment du retour à l'ordre établi, et dans le joyeux chaos se lève la chape de l'ennui et de l'usure.

Petits-déjeûners: cuchaule ou fouace rabelaisienne (brioche au safran), crème fouettée, thé guen maicha, compote de cédrats; blinis, pâte d'olives vertes, écorces d'oranges confites, brouillé de lait aux fleurs, thé d'arbousier ; tiramisu, clémentines, thé d'orge grillée; tarte au citron bergamote, thé de frêne; pain d'épices, pomme au four, chantilly, thé fumé; soupe de légumes, pain noir, beurre, compote de pommes.
Déjeûners: tartines aux légumes, salade de mâche aux noix, potée de pois chiches aux 13 épices (dans "Le goût du paradis"); couscous de légumes d'hiver, semoule d'orge au beurre, confit de cédrat; gratin de chou-fleur et épinards au carvi, naans, pesto de persil, chutney de pommes; haricots rouges à la bourguignonne, gratin de polenta, confit de topinambours aux pommes, salade verte; gratin dauphinois, salade d'endives et chicons.
Dîners: tatin d'endives, potée de haricots; soupe de lentilles, carotte et céleri, pain de kamut ; purée de céleri gratinée, soupe de cresson (et orties séchée éventuellement) ; potée de carottes, poireaux et pommes de terre ; bortsch et dumplings; fondue vau vacherin.

DSCN5233__800x600_.jpg Blinis ou pancakes
Recette de mon livre "La Voie Lactée"
Ingrédients: lait ribot, farine de seigle, une pincée de sel; ou lait, 1 lamelle de levure boulangère, farine de blé, miel, eau de fleurs d'oranger, 1 pincée de sel.
Mélanger les ingrédients la veille ou quelques heures avant. Laisser reposer la pâte en entourant le contenant de linges pour le préserver des courants d'air. La pâte est prête quand des bulles se forment et remontent à la surface. Cuire les blinis à feu moyen dans une poêle de petite taille.
Tartines aux légumes
Ingrédients: lait, farine, fromage fondant (vacherin, reblochon cendré, comté...), légumes de saisons coupés en tranches (tronc de brocolis, coeurs d'artichauts, carotte, panais, chou...), origan ou za'atar, grandes tranches de pain pas trop épaisses et un peu sèches, éventuellement lamelles de tomate confite.
Préparation: Couper les légumes en tranches et les disposer dan une poêle ou une casserole plate. Les arroser d'eau, ajouter un peu de beurre clarifié et faire cuire à feu fort. Quand l'eau s'est évaporée, vérifier la cuisson des légumes et réserver.
Faire chauffer 1 cuillerée à soupe de beurre clarifié dans une casserole, ajouter 3 cuillerées à soupe de farine de blé et faire blondir à feu moyen. Délayer la farine à feu doux, en tournant sans arrêt, avec 2 tasses de lait cru versé peu à peu. Quand la préparation a pris du corps, arrêter le feu, ajouter du fromage selon votre goût, saler et poivrer.
Disposer les légumes sur les tranches de pain, tartiner avec la béchamel, saupoudrer d'origan et passer à four chaud le temps de faire un peu gratiner.
DSCN5211__800x600_.jpg Couscous de légumes d'hiver
Ingrédients: carottes, panais, chou chinois ou daubenton ou de Bruxelles, artichauts, beurre clarifié, garam masala...
Préparation: éplucher et découper chaque légume séparément en tranches pas trop fines, sauf les artichauts. Mettre les artichauts à cuire dans de l'eau bouillante salée et citronnée. Faire cuire chaque légume séparément à l'étouffée dans un peu d'eau avec un peu de beurre et de sel. Réserver. Récupérer le coeur des artichauts à mi-cuisson et finir leur cuisson à l'étouffée aussi. Mélanger tous les légumes et leurs bouillons, ajouter un peu de garam masala et chauffer à feu doux quelques minutes. Servir.

Voici quelques propositions pour se nettoyer après les agapes et les excès, pendant ou après ces douze jours entre Noël et la Chandeleur où tout était en suspens.
Après le pic de tiédeur de ce WE, la saveur astringente peut nous permettre de nous rassembler à nouveau, et de retrouver une impression de pureté et de légèreté: thé, tisane de feuilles, café d'orge...
Si on a trop bu, une soupe à l'oignon gratinée bien poivrée, avec un peu de vin blanc, ou une poêlée de chou chinois ou Daubenton au carvi et au beurre clarifié, ou une soupe de vermicelles au lait salée, ou un thé à la cannelle... apaiseront les souffles. Un passage au hammam en climat sec, au sauna en climat humide, avec alternance de bain ou douche froide, également... En prévention des excès de boisson: 6 amandes amères, un très ancien "truc".
DSCN5193__800x601_.jpg Si on a trop mangé, on peut éviter de brutaliser à nouveau son corps par un jeûne: manger léger, bien cuit, en s'arrêtant juste avant la satiété, arrosé avec le bouillon de potées longuement mijotées à tout petit feu, et boire de l'eau chaude entre les repas, avec éventuellement du gingembre sec ou de la racine d'angélique, du miel et du citron.
Si on se sent écoeuré au matin, ou assoiffé par la nuit tiède, du citron encore et toujours, ou de la mélasse de grenade, du verjus, du jus d'épine-vinette... tous ces acides rafraîchissants qui ont disparu de nos étagères, et qu'on trouve encore dans les épiceries exotiques. A défaut, de l'eau vinaigrée, au vinaigre de cidre...
​ Si la voix s'est cassée de trop de chant, d'alcool ou d'exposition à l'humidité, voici un remède délicieux: faire revenir les tranches entières d'un citron dans du beurre clarifié jusqu'à ce qu'elles soient translucides, ajouter un peu de sucre qu'on laisse très légèrement caraméliser, et consommer immédiatement.
Et, d'une manière générale, pour chasser le froid de l'hiver, ou en profiter, l'Ayurveda recommande vivement le sport sous la couette, sans oublier les fous rires et les câlins, panacées universelles!

lundi 19 décembre 2016

Le temps de décorer son palais intérieur

 Nous arrivons au point nul de l'année, à Noël, aux tréfonds de la nuit de l'année, dans nos racines intérieures. Comme dans une caverne de lutins, elles vont être illuminées par les fêtes, par ces cadeaux que nous avons tendrement préparés (ou pas) et qui nous ont interrogés sur notre générosité, sur la lumière de nos relations avec ce cercle intime qui peuple de rires, d'amour et de joyaux les salles de notre palais intérieur, celui où nous gardons précieusement la mémoire de l'amour, de la beauté et de la grâce, à l'abri des saisons et des soubresauts du destin. Et même si aucun pays ne tient compte de la course du soleil, que l'activité est incessante autour de nous, nous savons bien que cette nuit est faite pour mûrir nos étoiles dans le silence et le repos, et veiller sur notre flamme.
Et puis, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 8 janvier, Mercure est en phase de rétrogradation: il n'est plus temps de signer un contrat, une vente, un accord... Les déplacements risquent de se compliquer également. C'est vraiment le moment d'hiberner!
Moi, je voterai pour le candidat qui proposera des jours de congé aux femmes chaque mois pour leurs fleurs,Lever de soleil sur la Loire qui adaptera les rythmes scolaires et de travail à la durée du jour, qui promouvra la vie sauvage et préservera les forêts primaires, qui plantera les grandes villes d'arbres fruitiers et de fleurs locales et réduira la place des voitures... ou pour celui qui ne fera rien, comme le monarque parfait du Tao, mais inspirera l'harmonie.
Voici quelques propositions de menus, avant le menu de Noël (si j'arrive à l'écrire à temps):
Petits-déjeûners: thé d'aspérule, gâteau de bsissa, pommes au four; bradj, à la mélasse de coings, smoothie aux kiwis, camomille; compote de cédrat ou d'orange amère, thé vert-menthe-réglisse, tartines grillées, beurre clarifié.
En forêt Déjeûners: feuilles de chou farcies à la semoule, crumble de courge, pesto de persil; tatin d'endives à l'orange et au miel, poêlée de bettes et épinards à la mandarine, semoule aux pois chiches ; mesclun aux noix, pain d'orge, fromage, bouillon de légumes.
Dîners: patate douce au four, potée de 3 choux; tarte à l'oignon, mesclun; soupe miso aux poireaux, brioches farcies aux haricots.

- page 1 de 21